< retour

Essai PORSCHE Panamera GTS

Jean-François Destin le 22/05/2012

En associant un V8 de 430 chevaux, une transmission intégrale et un châssis sport, la Porsche Panamera GTS sublime la berline sportive de prestige.

Voir la vidéo en HD

Présentation

Lancée en 2009, La Panamera était, jusqu'à peu, disponible en 8 versions depuis le seuil d'accès 6 cylindres 300 chevaux jusqu'au modèle Turbo S V8 de 550 chevaux en passant par des variantes diesel et hybride de 250 et 380 chevaux. Avec la GTS (Gran Turismo Sport), Porsche propose la quintessence sportive de la gamme sans avoir recours à la suralimentation. Avec à la clé des performances pures et authentiques rappelant celles de la 904 Carrera de 1963, la première Porsche GTS de l'histoire. Redoutable sur la route et fascinante dans sa présentation, la GTS bénéficie d'un châssis surbaissé, de freins renforcés et d'une stupéfiante suspension pneumatique à la carte la rendant confortable même avec les jantes optionnelles Turbo II de 20 pouces. A cette avalanche de "plus" technologiques s'ajoutent une transmission intégrale quasi parfaite et une boite PDK double embrayage 7 rapports. De quoi dynamiser cette berline de 4.97 m frisant les 2 tonnes et la rendre aussi maniable et efficace qu'un coupé sportif.

Au-delà des 288 km/h en pointe et du 0 à 100 km/h en 4,5 secondes, on retient surtout le plaisir et la facilité de pilotage et le rendement énergétique record (autour de 13 litres même en attaquant). En mariant le cuir, l'Alcantara, le chrome, l'alu brossé et le carbone (optionnel), le vaste habitacle frise la perfection. Ceux qui ne sont pas rebutés par son design arrière un peu massif, n'auront rien à regretter en signant un chèque avoisinant les 120.000 € pour se l'offrir. Un achat plaisir doublé d'un bon placement, les Porsche gardant toujours une très haute valeur de revente.

Voir plus de photos

Design extérieur et intérieur

Annoncée pendant plus de 20 ans, la première berline de Porsche n'a pas fait l'unanimité lorsqu'elle est sortie. Reprenant la face avant chère à la marque et notamment aux 911, elle a en effet hérité d'un arrière générant un porte-à-faux jugé exagéré. Ces premières critiques se sont presque éclipsées sous l'effet d'une subtile déclinaison de gamme dont la GTS constitue l'apogée. Un œil avisé remarque un abaissement de la caisse de 10 mm et des voies élargies mais aussi des petits détails de finition sportive. Citons entre autres les sorties d'ailes latérales peintes en noir brillant tout comme les baguettes d'encadrement des vitres latérales, la baguette décorative du hayon et le diffuseur. En contraste, les bas de caisse et la jupe arrière ou s'encastrent les quatre sorties d'échappement ont droit à un noir mat. L'exclusivité sportive est accentuée par l'adoption des jantes de 20 pouces et de l'aileron de la Panamera Turbo. Spectaculaire, ce dernier se déploie à la fois en hauteur et en largeur au-delà de 90 km/h.

L'habitacle, véritable écrin de luxe et de raffinement sportif fait la part belle à l'Alcantara, l'un des matériaux les plus nobles que l'on puisse trouver à bord d'une automobile. Marié à un cuir noir à surpiqures blanches, il habille les bandes centrales des sièges "sport" adaptatifs, les accoudoirs de portes, l'accoudoir de la console centrale, le ciel de toit et surtout la jante du petit volant SportDesign trois branches associé à des palettes de commande de boite en alu. Cet alliage léger côtoie du chrome et des inserts en carbone contenu dans un pack optionnel. Enfin, le sigle GTS apparait sur les appuis têtes des quatre sièges, sur les seuils de porte et sur le compte-tours dans la ligne de mire centrale du volant.

Châssis et moteur

Empattement long, voie larges, monte de pneus généreuse (225/45 à l'avant et 285/40 à l'arrière) et châssis abaissé : la Panamera GTS est naturellement calibrée pour les plus hautes performances. Ce delta idéal de dimensions et gabarit encadre un pack technologique exceptionnel agissant sur le comportement routier, le confort et la facilité de pilotage. C'est le cas en premier lieu du PTM (Porsche Traction Management), la transmission intégrale active avec différentiel central associé à un différentiel de freinage automatique et au système antipatinage. Sans aucune intervention du conducteur, le couple est réparti entre les deux essieux et la moindre amorce de patinage de chacune des roues est sous contrôle pour garder la voiture sur sa trajectoire et assurer un maximum de motricité. Cette transmission intégrale travaille en osmose avec le PASM (Porsche Active Suspension management), une suspension pneumatique adaptative à trois modes (Confort, Sport et Sport Plus). Elle ajuste en permanence l'amortissement de chaque roue pour réduire les mouvements de caisse et assurer l'assiette, la fonction "Sport Plus" déclenchant un abaissement supplémentaire de 15 mm de la garde au sol. Évoquons aussi le PSM assurant la stabilité dynamique du véhicule, l'exemplaire direction Servotronic à démultiplication variable et un freinage de référence doté d'étriers à 6 pistons à l'avant et 4 à l'arrière. Inutile lorsqu'on ne roule pas sur circuit, les freins céramique sont proposés en option.

Côté moteur, Porsche ne fait pas évoluer que son fameux 6 cylindres à plat. Ici le V8 4.8l de 400 chevaux des Panamera S et 4S passe sur la GTS à 430 chevaux entraînant un couple de 520 Nm. Avec pour résultat un 0 à 100 km/h en 4,5 secondes et 288 km/h en pointe. Ce surplus de puissance est obtenu entre autres grâce à de nouveaux arbres à cames et à un nouveau système d'air dans le bouclier avant (explications dans notre vidéo). Bénéficiant d'une injection directe à 120 bars, du système Variocam Plus agissant sur le calage des arbres à cames et la levée des soupapes, ce V8 ultra moderne se dote d'un système stop/start automatique et d'un système d'échappement sport dont le son est modulable. Enfin j'ai gardé le meilleur pour la fin à savoir la boite PDK à 7 rapports, à ce jour la meilleure exploitation du double embrayage.

Au volant

Impressionnante à l'extérieur par son gabarit et dans l'habitacle par le luxe sportif déployé, la Panamera ne parait pas facile à piloter. En ville, il faut composer avec des dimensions XXL et une visibilité périphérique pas au top surtout dans le rétro central. En fait une fausse première impression car au rythme du grondement de son V8, cette puissante berline 5 portes se laisse apprivoiser. Tout a été pensé pour offrir les meilleures et les plus sures sensations sportives. C'est le cas de la position de conduite quasi idéale, des sièges enveloppant le corps comme une double peau et de tous les boutons très intuitifs alignés sur la console centrale. Inutile d'ouvrir la notice pour comprendre la clim, les réglages de la suspension pneumatique ou ceux de la gestion moteur et boite avec les modes Sport et Sport +. On peut même relever la caisse de 30 mm pour faciliter l'accès dans les parkings.

Mais le plus bluffant se détecte aux allures sportives lorsqu'on décide de lâcher les 430 chevaux tout en laissant l'électronique de la boite PDK s'occuper des changements des 7 rapports. Au fil des kilomètres, la gestion semble si appropriée qu'il devient superflu, après les avoir essayés, d'avoir recours aux palettes. Même confiance vis-à-vis d'une transmission intégrale intelligente paramétrée pour éviter toute altération du comportement routier. La Panamera GTS avale les revêtements les plus inégaux sans roulis ni déport de caisse tout en maintenant un grand confort. Même en optant pour des modes plus fermes, la suspension tarée pour accroître encore l'adhérence et la motricité ne malmène pas les occupants. Via le petit volant revêtu d'Alcantara, la direction à démultiplication variable permet un excellent ressenti du train avant. Enfin le freinage fait honneur à la réputation de Porsche dans ce domaine. Aucun client n'en viendra à bout mais il est conseillé d'opter pour les disques en céramique sur circuit.

À retenir

La GTS démontre une fois de plus les capacités de Porsche à sublimer ses versions ultra sportives. Au point ici d'oublier le poids et le gabarit imposant d'une Panamera qui s'est parfaitement intégrée dans la catégorie des berlines d'exception. Et ce à notre avis un cran au dessus de ce que propose BMW, Audi et Mercedes. Sa ligne un peu lourde à l'arrière ne concurrence pas la silhouette magnifique d'une Aston Martin Rapide 4 portes. Mais pour le contenu technologique, l'agrément de conduite, la sécurité active et passive et le rendement, l'avance de la Panamera, véritable 911 à 4 places ne se discute pas. Sans parler d'un tarif ajusté autour de 120.000 €.
points fortsContenu technologique, rendement du V8, tenue de route, confort, consommation, agrément au volant, qualité de fabrication, luxe et finition de l'habitacle, équipements.
points faiblesDesign arrière, gabarit imposant en ville, poids élevé, commande code/phare perfectible, pas de fermeture des portières assistée.
16.5

20
Les chiffres
Prix 2011 : 145 504 €
Puissance : 430 ch
0 à 100km/h : 4.5s
Conso mixte : 10.9l/100
Notre avis
Agrément de conduite : 17/20
Sécurité active et passive : 19/20
Confort et vie à bord : 16/20
Budget : 15/20

Autres articles pouvant vous intéresser

PORSCHE Panamera 4S Pack Sport Chrono
PORSCHE Panamera 4S Pack Sport Chrono

Vous recherchez une berline spacieuse et confortable, mais qui soit aussi une...

PORSCHE Panamera S Hybrid
PORSCHE Panamera S Hybrid

La Panamera élargit son cercle chromatique... vers le vert ! Outre une...

PORSCHE Panamera V6
PORSCHE Panamera V6

Animée jusqu'ici d'un gourmand V8 de 400 ou 500 chevaux, la Porsche Panamera...

Tous les essais PORSCHE
BMW M850i xDrive Coupé
BMW M850i xDrive Coupé

Pour remplacer sa Série 6, BMW ressort un numéro 8 qui ne lui a pas toujours...

PEUGEOT 508 SW PureTech 180 EAT8 GT Line
PEUGEOT 508 SW PureTech 180 EAT8 GT Line

Dans un segment dominé par le conformisme, le nouveau break Peugeot impose un...

NISSAN Qashqai 1.3 DIG-T 160 ch
NISSAN Qashqai 1.3 DIG-T 160 ch

Même si son succès commercial ne se dément pas, le Qashqai a décidé d'évoluer...

Tous les essais

Avis des propriétaires

Commentaires

avatar de RAHM
RAHM a dit le 27-09-2012 à 13:48
J'ai eu l'occasion d'essayer, à sa sortie, la Panamera 4S ( V8 400 CV), sur route et sur circuit, et ce fut un vrai bonheur : -puissance idéale, ergonomie parfaite, et mélodie envoutante. Que dire alors du son extraordinaire de la version GTS, qui rappelle les Ferrari et autres Maserati Quattroporte. Je suis étonné que vous n'en parliez pas. Je termine en citant Jacky Ickx : une auto qui ne fait pas un joli bruit est une auto ratée !!!
avatar de SKIPPER
SKIPPER a dit le 23-05-2012 à 09:49
En fait, c'est la concrétisation moderne du "rêve d'ingénieurs" que Porsche avait fait, il y a 30 ans, en créant la 928 mais, cette fois ci , cette voiture sera considérée comme une vraie Porsche alors que la précédente n'aura jamais été adoptée par les puristes.