Essai MERCEDES GLC 220d 4MATIC AMG Line

Alexandre Lenoir le 02/01/2023

Pour savoir comment a été repensée la recette à succès du GLC, nous avons à disposition la première configuration moteur disponible, la 220d forte de 197 chevaux et d'une hybridation légère.

Partagez

réagir

Chère polyvalence

On dit souvent l'importance d'un nouveau véhicule dans une gamme d'un constructeur. Pour ce qui est du nouveau GLC, la formule est tout sauf galvaudée. Deuxième vente mondiale de la marque derrière la Classe E, ce SUV est aussi numéro 3 en France, derrière la berline compacte Classe A et son pendant surélevé, le GLA. Avec 6 000 ventes annuelles dans l'hexagone, il est surtout premier du segment, devant les Audi Q5, BMW X3 et Volvo XC60.

La dégustation d'une assiette commence toujours par l'appréciation du dressage. Concernant le GLC, le moins que l'on puisse dire est que le changement s'est d'abord fait dans la continuité. Bien que ce Mercedes GLC millésime 2022 ne présente aucune pièce de carrosserie commune avec le précédent, son dessin est on ne peut plus proche de celui-ci, au point qu'on pourrait le prendre pour un simple restylage. De profil, on pourrait se laisser berner par le vitrage de disposition et de style identiques, ou les embossages de carrosserie très similaires sur les flancs. Seule véritable touche différenciante, le rétroviseur vient se positionner non plus au pied du pilier A, mais plus en recul et sous la vitre, directement sur la portière. L'aérodynamisme s'en trouverait amélioré, avec pour double conséquence un gain en consommation et en confort acoustique. Difficile de déterminer combien de centièmes de points de Cx sont effectivement gagnés ainsi (le constructeur revendique un coefficient de traînée de 0,29, contre 0,31 pour le GLC précédent), mais ce SUV est en effet un modèle de silence à bord en évolution.

Voir plus de photos

Côté face, on retrouve également les grands traits caractéristiques de la version AMG Line du GLC précédent, même si le dessin est plus en finesse, tant au niveau des feux que du bouclier. Une finesse qui se décline également à l'arrière, avec des feux au style 3D inédit, mais aussi de nouveaux petits extracteurs sur la fuite des ailes. Au bout du compte, le GLC 2022 tutoie les limites du segment avec une longueur augmentée de 6 cm (4,72 m), pour une largeur inchangée et une hauteur à peine abaissée (-0,4 cm). L'empattement progresse quant à lui très légèrement (+1,5 cm).

Un habitacle en rupture

Dans l'habitacle, la rupture avec le GLC précédent est plus évidente. Côté espace intérieur, les occupants sont plutôt bien lotis, puisque ce SUV déjà accueillant gagne encore un peu en place, notamment à l'arrière, mais surtout en coffre qui, avec 620 litres, progresse de 70 litres et devient le mieux disant de sa catégorie.

Derrière le nouveau volant à trois branches doté de commandes tactiles - heureusement pas trop sensibles, mais tactiles quand même -, l'instrumentation numérique gagne un mode Off Road de série, tous les GLC étant livrés avec la transmission intégrale 4MATIC.

Mais c'est sur la console centrale que les changements sont marqués, le GLC reprenant les équipements de la Classe C, notamment le grand écran vertical et son interface MBUX ici en version 2.0, avec les aérateurs désormais placés au-dessus. Sous l'écran, on trouvera quelques boutons de raccourcis, notamment vers les modes de conduites. Auparavant situés devant l'accoudoir, ils libèrent l'espace pour un vide poche plus grand mais toujours aussi mal-pratique une fois fermé, puis qu'on ne peut strictement rien poser dessus.

Quant à l'ambiance, notre modèle d'essai était équipé d'une finition en plastique un peu trop cheap. Et si une fois installé on trouve facilement une position de conduite adaptée à son gabarit, il faudra prendre garde à ne pas maculer son bas de pantalon en le frottant au marchepied lors des accès et sortie du véhicule, surtout si l'on a évolué hors du bitume. Car sans être un franchisseur, le Mercedes GLC dispose d'un mode Tout terrain qui lui permet de s'échapper sans appréhension, y compris sur des terrains très meubles, gras et glissants et avec des assistances numériques au conducteurs dignes de ce qu'on attendrait plutôt d'un Range Rover.

Au volant

Au volant, la première impression s'avère trompeuse. Car si le moelleux de l'amortissement nous a laissé craindre un véhicule sujet aux prises de roulis prononcées, force fut de constater que cet aspect est plutôt fort bien géré, aidé par la suspension pneumatique dont était équipé notre modèle. Le châssis très sain s'adapte plutôt bien aux 2 tonnes bien pleines de ce modèle, et l'on parvient à enchaîner les prises d'appui en virage sans difficulté particulière. On peut remercier au passage le train arrière directionnel qui offre une belle maniabilité en ville et améliore la tenue de route. Reste à savoir ce qu'il en sera avec les modèles PHEV, à la masse avoisinant les 2,5 tonnes. Car ici, rappelons-le, l'hybridation légère se limite à un alterno-démarreur alimenté par un circuit 48 volts.

En tout état de cause, ceux qui voudront tracter, privilégieront ce modèle 220d dont la remorque freinée pourra totaliser jusqu'à 2500 kilos, contre 500 de moins pour les modèles PHEV. Quoi qu'il en soit, le GLC se montre à l'aise sur tous les terrains et toutes les routes, ce qui n'est pas gagné d'avance pour un SUV.

Côté punch, le 4-cylindres diesel fait ce qu'il peut avec ce qu'il a : les 197 chevaux thermiques ne sont jamais de trop et, même les 23 petits chevaux électriques supplémentaires sont toujours bienvenus dans les phases de relances. Mode Sport enclenché, le 0 à 100 km/h demande tout de même 8 secondes, sur fond de bruit de mazout très présent. Cela reste confortable dans la plupart des situations et la boîte automatique à 9 rapports se montre suffisamment réactive pour utiliser les petites palettes solidaires du volant. Celles-ci permettent de forcer temporairement le passage séquentiel des rapports dans un ersatz de mode manuel. Quant au bruit, il s'estompe sensiblement à allure stabilisée.

Et pour ceux qui préfèrent s'en remettre aux assistances, il faut souligner la qualité du dispositif de conduite semi-autonome de Mercedes, largement en avance sur sa concurrence. Seul l'assistant de changement de file s'est montré parfois un peu capricieux. Reste à pouvoir mesurer ce qu'apporte réellement l'hybridation légère, notre consommation ayant atteint 7,3 litres aux cent kilomètres (pour 5,2 l. annoncés par le constructeur).

À retenir

quoteÀ l'aise sur tous les terrains, le Mercedes GLC fait preuve d'une belle polyvalence accompagnée d'une débauche technologique de premier plan... à condition d'y mettre le prix. Si cette version 220d n'est pas la plus excitante en termes de motorisation, elle aura cependant les faveurs de ceux qui veulent pouvoir tracter.
points forts4 roues motrices de série, polyvalence, habitabilité, équipement
points faiblesBeaucoup d'options, trop de plastique
14.9

20
Les chiffres
Prix 2022 : 80 100 €
Puissance : 197 ch
0 à 100km/h : 8s
Conso mixte : 5.9 l/100 km
Emission de CO2 : 155 g/km
Notre avis
Note de coeur : 15/20
Agrément de conduite
  • Accélération
  • Reprises
  • Direction
  • Agilité du châssis
  • Position de conduite
  • Commande de boîte
  • Etagement de la boîte
:
15/20
Sécurité active et passive
  • Adhérence
  • Freinage
  • Equipements de
    sécurité
:
17/20
Confort et vie à bord
  • Habitabilité
  • Volume du coffre
  • Visibilité
  • Espaces de rangement
  • Confort de suspension
  • Confort des sièges
  • Insonorisation
  • Qualité (matériaux, assemblage, finitions)
:
16/20
Budget
  • Rapport prix/prestations
  • Tarif des options
  • Consommation
:
12/20

Partagez

réagir

Derniers essais MERCEDES

MERCEDES AMG GLC Coupé S 63 4Matic+
MERCEDES AMG GLC Coupé S 63 4Matic+
MERCEDES GLC Coupé 250d 4Matic
MERCEDES GLC Coupé 250d 4Matic
MERCEDES GLC 220 d 4matic
MERCEDES GLC 220 d 4matic
Tous les essais MERCEDES

Avis des propriétaires

Commentaires