• FORD FOCUS COUPÉ-CABRIOLET 2.0 16V

Essai FORD Focus Coupé-Cabriolet 2.0 16V

Vincent Desmonts le 04/04/2007

On n'avait pas vu de cabriolet chez Ford depuis la disparition de l'Escort. L'oubli est désormais réparé, et de belle manière puisque Ford passe directement au coupé-cabriolet.

Voir la vidéo en HD

Présentation

C'est un grand retour ! On n'avait pas vu de cabriolet chez Ford depuis la disparition de l'Escort. La première Focus avait en effet été privée de ce dérivé représentant des ventes relativement anecdotiques mais porteur d'image pour la marque. L'oubli est désormais réparé, et de belle manière puisque Ford passe directement au coupé-cabriolet, formule en vogue sur le segment.

Peugeot 307, Renault Mégane, Opel Astra, Volkswagen Eos... la concurrence est jeune et redoutable sur le marché des coupés-cabriolets 4 places grand public. Après toutes ces années d'absence, Ford se devait de ne pas rater son retour. Le constructeur s'est adressé à Pininfarina pour le design et la mise au point de cette Focus Coupé-Cabriolet, par ailleurs assemblée dans l'usine du carrossier à Turin. Il en résulte une silhouette ne manquant pas d'élégance, même si certains trouveront la malle arrière un peu longue. Il faut dire qu'avec 4,51 m de longueur, la Focus Coupé-Cabriolet est la plus grande de sa catégorie. La gamme comprend trois moteurs : deux essence (1.6 16V de 100 ch et 2.0 16V de 145 ch, version essayée ici) et un diesel 2.0 TDCI de 136 ch, bloc issu de la collaboration entre Ford et PSA. La gamme débute au tarif alléchant de 23 350 €, plaçant la Focus de manière compétitive par rapport à ses rivales, françaises notamment.

Voir plus de photos

Design

Il va de soi que le style est un critère important lors de l'achat d'un coupé-cabriolet. Pour 48% des acheteurs, c'est même le critère de choix numéro un ! Ford avait frappé un grand coup avec le concept-car Vignale présenté au salon de Paris en 2004 : sobre, élégant, cet avant-goût de la Focus Coupé-Cabriolet avait remporté tous les suffrages. Il a ensuite fallu adapter ce style aux contraintes de la production en série, mission délicate confiée aux équipes de Pininfarina. Le résultat préserve l'essentiel des charmes du concept Vignale, même si la malle arrière paraît allongée. La carrosserie se pare de multiples joncs chromés, les optiques adoptent un fond noir et un bandeau chromé sur lequel est gravé « Focus » vient s'insérer au-dessus de la plaque d'immatriculation arrière.

Ford a opté pour un toit rétractable en deux parties. Un choix qui pourra surprendre à l'heure où les coupé-cabriolets déploient des trésors d'ingéniosité en adoptant des toits en trois parties aux cinématiques complexes (Opel Astra, VW Eos, Volvo C70, BMW Série 3...), mais que les ingénieurs expliquent par un souci de fiabilité maximale, ainsi que par une plus grande rigidité structurelle de l'ensemble. Cinq vérins hydrauliques et trois moteurs électriques assurent la manoeuvre de ce toit, manoeuvre entièrement automatique (verrouillage compris). La procédure prend environ 30 secondes et nécessite d'être à l'arrêt, contact mis.

Habitacle

Avec ses dimensions XXL, la Focus Coupé-Cabriolet offre une habitabilité généreuse. Les places avant sont accueillantes, et l'assise abaissée de 20 mm permet de ne pas se cogner à la baie de pare-brise à chaque tentative d'accès à bord. A l'arrière, la largeur appréciable évitera aux adultes de jouer des coudes, d'autant que la place aux jambes apparaît satisfaisante. Dommage en revanche que l'assise soit si courte et le dossier arrière si vertical : la posture risque de se révéler inconfortable sur de longs parcours. L'accès aux places arrière est facilité par les sièges avant coulissants, qui conservent en mémoire leur position lorsqu'on les ramène en place.

La présentation intérieure est reprise en tous points de la berline, le coupé-cabriolet se distinguant par des harmonies de teintes spécifiques. La qualité des matériaux donne satisfaction, même si l'assemblage pourrait faire preuve d'une plus grande rigueur. Terminons par signaler la remarquable capacité du coffre : même toit replié, la capacité frise les 250 litres, ce qui permettra de glisser quelques bagages, voire une valise (26 cm sous le tendelet). Toit en place, le volume dépasse les 500 litres, une valeur digne d'un bon break ! Le secret d'une telle capacité réside dans la longueur importante du coffre. Les personnes de petite taille auront d'ailleurs des difficultés à attraper le tendelet lorsqu'il est enroulé tout au fond de la soute...

Châssis

Pour compenser la perte de rigidité causée par l'ablation du toit fixe, la Focus Coupé-Cabriolet a reçu pas moins de 180 kg de renforts divers (sous les sièges arrière, dans la baie de pare-brise, au niveau du plancher). Quant aux liaisons au sol, si à l'avant la géométrie Mac Pherson est reprise des berlines Focus normales, la suspension arrière indépendante « Control Blade » est dérivée de celle des versions sportives ST. Mais les réglages ont été adaptés à la vocation plus paisible de ce coupé-cabriolet qui n'a pas vocation à accueillir le bouillant 2,5 litres turbo de la Focus ST.

Néanmoins, les 180 kg de renforts pesant lourd sur la balance, il a fallu augmenter le tarage des ressorts et amortisseurs par rapport à la berline 4 portes dont cette Focus Coupé-Cabriolet est dérivée : ils ont été raffermis de 30%. Quant aux barres antiroulis, leur rigidité a été augmentée de 8% à l'avant et 33% à l'arrière. Un travail qui porte ses fruits. La Focus Coupé-Cabriolet dévoile un comportement routier plaisant, avec une bonne efficacité doublée d'une réelle agilité. La rigidité n'atteint pas le niveau d'excellence de la Peugeot 307 CC, mais permet de préserver de bonnes qualités routières. Seuls quelques grincements lorsque le toit est en place trahissent les efforts que subit la structure. La direction à assistance électro-hydraulique (hydraulique simple sur la version 1.6) donne pleine satisfaction, rendant parfaitement superflu le réglage du degré d'assistance selon trois lois (Confort, Normal ou Sport).

Moteurs

La gamme se compose de trois moteurs : un 1.6 essence dont les 100 ch ont fort à faire pour donner vie aux 1 473 kg à vide de la Focus Coupé-Cabriolet (version strictement réservée à la balade !), un 2.0 TDCi diesel à filtre à particules développant 136 ch (nerveux et souple, mais à la sonorité trop présente) et le 2.0 essence de 145 ch auquel nous consacrons cet essai.

Un moteur doué d'une sonorité agréable, d'une souplesse convaincante et d'une douceur de tous les instants, mais qui doit composer avec une boîte 5 rapports à l'étagement bien trop long. Un choix probablement destiné à préserver les consommations (7,5 l/100 km en moyenne seulement, mais 10,6 l/100 km en ville tout de même...), mais qui nuit à la vivacité sur les deux derniers rapports. L'ajout d'un sixième rapport permettrait de resserrer l'étagement, d'autant que cette boîte donne par ailleurs satisfaction en matière de commande (douceur et rapidité). A noter qu'une boîte automatique sera disponible avec ce moteur à partir de juin 2007.

Sur la route

A l'image des berlines Focus, le coupé-cabriolet se distingue par un bon compromis confort/tenue de route, seulement entaché par une certaine fermeté à basse vitesse, renforcée sur notre modèle d'essai par la monte pneumatique en 18 pouces (générant par ailleurs d'importants bruits de roulement). Bien que ce genre de véhicule soit plutôt calibré pour la balade, la Focus Coupé-Cabriolet ne craint pas les enchaînements de courbes prises à un rythme accéléré. Le train avant suit alors assez fidèlement la trajectoire, laissant filtrer un léger sous-virage lorsqu'il atteint ses limites. Le train arrière se révèle quant à lui assez coopératif, en permettant d'inscrire la voiture en virage au lever de pied. Prudence tout de même lors freinages appuyés en courbe, l'essieu postérieur ayant alors tendance à refermer le virage.

La Ford Focus Coupé-Cabriolet a visiblement été l'objet d'une attention toute particulière en matière d'aérodynamique : les remous restent raisonnables et supportables, même vitres baissées. Il est alors possible de rouler jusqu'à 110 km/h sans être incommodé. Sur autoroute, remonter les vitres permettra d'éviter d'être trop décoiffé, tout en limitant les bruits. Le filet anti-remous, facturé 180 € en option, apparaît dès lors superflu. En revanche, les bruits d'air sont trop présents lorsque le toit est en place : de nombreux remous génèrent des nuisances au niveau des vitres latérales. A l'usage, le moteur 2.0 remplit correctement son office, sans pour autant faire d'étincelles, vu le poids élevé et l'étagement perfectible de la boîte. Relativement sobre sur route et autoroute, il devient un peu trop gourmand en ville ou lorsqu'on le sollicite davantage.

À retenir

Plutôt bien placée en matière de tarifs et offrant une très bonne habitabilité, la Ford Focus Coupé-Cabriolet se place favorablement sur un marché très concurrentiel. Dans cette version 2.0 145 ch, elle mériterait une boîte à l'étagement plus resserré afin de gagner en nervosité, d'autant que son moteur ne manque pas de caractère. Une insonorisation plus soignée serait également un plus. Pour le reste, la Ford Focus cabriolet ne vous décevra pas.
points fortsHabitabilité, coffre vaste, comportement routier agile, moteur plaisant, tarifs compétitifs, remous aérodynamiques bien contenus.
points faiblesBoîte longue, bruits aérodynamiques toit en place, consommation en ville.
13.6

20
Les chiffres
Prix 2007 : 26 050 €
Puissance : 145 ch
0 à 100km/h : 10.3s
Conso mixte : 7.5l/100
Notre avis
Agrément de conduite : 15/20
Sécurité active et passive : 16/20
Confort et vie à bord : 15/20
Budget : 16/20

Autres articles pouvant vous intéresser

FORD Focus ST 2.3 EcoBoost BVM6
FORD Focus ST 2.3 EcoBoost BVM6

La Ford Focus ST revient, plus puissante et plus bardée de technologie que...

FORD Focus RS Performance Pack
FORD Focus RS Performance Pack

Pas vraiment réputée inefficace, la Focus RS s'offre un raffinement suprême...

FORD Focus RS
FORD Focus RS

La nouvelle Focus RS est l'une des sportives les plus attendues de 2016. Il...

Tous les essais FORD
PORSCHE Cayenne Coupé Turbo
PORSCHE Cayenne Coupé Turbo

Il lui en a fallu du temps ! Le Porsche Cayenne cède enfin à la mode du coupé...

BMW M135i xDrive (F40)
BMW M135i xDrive (F40)

La BMW Série 1 fait sa révolution. Exit la propulsion et les 6-cylindres, et...

VOLVO S60 T8 Polestar Engineered
VOLVO S60 T8 Polestar Engineered

Hybride rechargeable, la mécanique combinant essence et électricité de la...

Tous les essais

Avis des propriétaires

Commentaires