< retour

Essai AUDI RS4 Avant (B9)

Nicolas Valeano le 15/01/2018

Le plus vendu des modèles RS fait son grand retour : la RS4, quatrième du nom, troque son prestigieux V8 pour un V6 biturbo qui conserve la même puissance de 450 chevaux mais progresse en performances, gavé de couple par sa paire de turbos. De quoi, si le moteur sait convaincre, perpétuer le concept de familiale ultra sportive qui a toujours fait son succès.

Voir la vidéo en HD

La quadrature du break

Depuis la mythique RS2 développée avec Porsche, on associe immanquablement les modèles hautes performances de la gamme Audi RS (pour Rennsport) avec une carrosserie break (mêmes s'ils ont été déclinés autrement depuis). C'était le cas pour la première RS4, la fameuse B5 des années 2000 qui a connu un immense succès, jusqu'à en arriver au fur et à mesure des générations à la B9, apparue en version normale il y a deux ans et que voici enfin en déclinaison RS4. Et dès le premier contact visuel, le charme opère. En agissant subtilement, les designers ont parfaitement réussi à transfigurer le sage break classique en un engin musclé, élancé, bien campé sur ses roues de 20 pouces optionnelles et abaissé de 27 millimètres par rapport à une A4 classique. On ne dira jamais assez comment la silhouette d'un break apporte un dynamisme visuel bien spécial par rapport à une berline tricorps classique, et cela se vérifie parfaitement ici. La couleur Sonoma Green Metallic de notre voiture d'essai souligne avec élégance la sportivité chic de sa silhouette, parsemée des ingrédients typiques de chaque version RS, comme la calandre en nids d'abeille, les ailes élargies avec un méplat en clin d'œil au dessin de l'icône Audi quattro des années 80, les rétroviseurs de couleur tranchée et les sorties d'échappement ovales. Dans l'habitacle, on retrouve le design et la qualité des matériaux typiques de la marque. Les sièges baquets spécifiques offrent un typage orienté confort plutôt que maintien maximum, une bonne mesure pour faciliter l'usage au quotidien qui reste une vocation de cette auto. Selon les packs optionnels, on peut personnaliser l'ambiance à bord, tandis que le Virtual Cockpit peut adopter un affichage typique des modèles RS avec compte-tours central et shift light.

Voir plus de photos

Un cœur d'athlète

Jusqu'ici, tout va bien, mais la grande interrogation concerne le compartiment moteur. Alors qu'un très noble V8 équipait la génération précédente, ici c'est un V6 qui est aux commandes. On peut voir cela de deux manières : certes il s'agit de downsizing, réduction de cylindrée imposée par les consommations et donc, émissions de CO2 chez tous les constructeurs, même pour des modèles sportifs comme celui-là. Mais c'est aussi une sorte de retour aux sources puisque la fameuse B5 était elle aussi équipée d'un V6 biturbo. Alors qu'elle développait 380 ch, on atteint aujourd'hui 450 chevaux, soit exactement la puissance du V8 de la version précédente. Mais ici, le moteur progresse énormément question couple avec un gain de 170 Nm, la promesse au quotidien de performances exceptionnelles avec une valeur totale culminant à 600 Nm. Ce couple moteur maxi est présenté sur un plateau par les deux turbos dès 1 900 tours/minute, c'est d'ailleurs là une énorme différence avec le moteur V8 précédent, bien moins vigoureux à bas régimes. Et question performances, les chiffres parlent d'eux-mêmes : il suffit de 4,1 s pour propulser la RS4 de 0 à 100 km/h, soit 0,6 s de moins qu'avec le modèle précédent, qui était aussi plus lourd de 80 kg.

De l'efficacité pure

Alors, le V6 2.9 biturbo tient-il ses promesses et son rang ? Clairement, la réponse est oui. D'abord, bien secondé par une boîte Tiptronic 8 rapports ultra rapide, il pousse très, très fort. Les montées en régime sont ultra vives, l'ensemble respire et réagit sans inertie, dans une vigueur franchement impressionnante. Plus ou moins libérées selon le mode sélectionné, les vocalises flattent l'oreille généreusement (surtout avec notre échappement sport reconnaissable à ses sorties noires) mais sans trop en faire. Certains resteront peut-être un peu sur leur faim en comparaison d'autres modèles encore plus démonstratifs, voire surjoués (oui, Monsieur AMG, on parle de vous !) mais nous avons trouvé ici un bel équilibre sonore, sans artifices pétaradant aux changements de rapports. L'équilibre est aussi dans les qualités dynamiques de cette auto qui, malgré ses 1 715 kilos à vide, offre un comportement d'une grande vivacité. Il faut dire que notre voiture d'essai était équipée du pack Dynamic RS qui comprend l'amortissement Dynamic Ride Control maîtrisant parfaitement le roulis, la direction dynamique et le différentiel arrière quattro, bref, tout ce qui aiguise ses performances. La vitesse y est également relevée de 250 à 280 km/h. Un pack qui a un prix, 7 570 euros, incluant aussi les phares Matrix LED qui ne sont pas de série, étonnamment. Autant jouer la sportivité jusqu'au bout avec les freins en céramique renforcée de carbone à l'avant à 7 300 euros et là, on dépasse les 6 chiffres pour cette auto finalement basée sur une familiale, la classique A4. Mais quelle familiale ! Le budget sera grevé aussi par le malus maximum de 10 500 € en 2018, ainsi que par une consommation qui, si elle s'affiche très raisonnable en mode normalisé (8,8 l/100 km en cycle mixte), sera autrement plus vorace en usage sportif. Il ne faut pas se voiler la face : cette auto se conduit avec générosité et sa consommation s'en ressentira fortement, comme c'est généralement le cas avec des moteurs suralimentés sportifs. Et là, les petits 58 litres du réservoir imposeront des ravitaillements trop fréquents.

Vive le quotidien

Reste qu'avec un niveau de confort tout à fait appréciable en mode... confort et un espace à bord et un coffre de 505 litres parfaitement exploitables à quatre adultes, la RS4 est tout à fait vivable au quotidien. Question équipements de sécurité, cette Audi peut recevoir tous les raffinements disponibles dans la gamme mais là aussi, il faudra rallonger la liste des options, même pour l'indispensable régulateur de vitesse adaptatif. Décidément, ici, seul l'essentiel est livré de série : les ingrédients du plaisir de conduite.

À retenir

Quelle santé ! Expressive, vraiment très rapide, extrêmement efficace, la RS4 transforme en vraie sportive radicale le break familial, sans qu'il ne laisse de plumes au passage. Toujours habitable, confortable et exploitable au quotidien, il devient simplement diabolique à la moindre sollicitation. De quoi combler le père de famille ou simplement, l'amateur de voitures de sport.
points fortsExtraordinaires performances, moteur survitaminé, polyvalence d'usage
points faiblesTarif et prix des options, politique d'équipements, petit réservoir/consommation élevée
17.5

20
Les chiffres
Prix 2017 : 92 000 €
Puissance : 450 ch
0 à 100km/h : 4.1s
Conso mixte : 8.8l/100
Notre avis
Agrément de conduite : 19/20
Sécurité active et passive : 20/20
Confort et vie à bord : 18/20
Budget : 13/20
Tag :

Autres articles pouvant vous intéresser

AUDI RS4 Avant (B8)
AUDI RS4 Avant (B8)

Avec son nouveau break RS4, Audi perpétue une lignée exemplaire qui a réussi...

AUDI RS4 (B7)
AUDI RS4 (B7)

Les roadsters surpuissants et autres GT de haut vol n'ont qu'à bien se tenir,...

AUDI RS4 (B5)
AUDI RS4 (B5)

Avec son V6 biturbo de 2,7 litres et 380 ch, la l'Audi RS4 constitue le break...

Tous les essais AUDI
AUDI R8 V10 5.2 FSI RWS S tronic
AUDI R8 V10 5.2 FSI RWS S tronic

Avec cette série limitée RWS, la R8 brise un tabou : c'est la première Audi...

MAZDA MX-5 2.0L SKYACTIV-G 184 ch
MAZDA MX-5 2.0L SKYACTIV-G 184 ch

+24 chevaux, soit 15 % de puissance en plus : pas de quoi révolutionner le...

PEUGEOT 508 (II) 2.0 BlueHDi 160 ch Allure EAT8
PEUGEOT 508 (II) 2.0 BlueHDi 160 ch Allure EAT8

Désormais largement dominé par les marques premium, le marché des berlines...

Tous les essais

Avis des propriétaires

Commentaires