Essai ALFA ROMEO Giulietta

Vincent Desmonts le 07/06/2010

En soignant son confort et en améliorant ses aspects pratiques, l'Alfa Romeo Giulietta répond aux attentes de la large clientèle des berlines compactes. Mais sait-elle séduire les Alfistes ?

Voir la vidéo en HD

Présentation

Après dix ans de bons et loyaux services, l'Alfa 147 est enfin remplacée ! Avec son look inspiré des MiTo et 8C Competitizione, sa remplaçante la Giulietta sait séduire. Ses dimensions en hausse (+ 13 cm) lui permettent d'offrir un coffre agrandi et des places arrière légèrement plus généreuses. Hélas, ceci se paye « cash » sur la balance : à puissance égale, l'Alfa Romeo Giulietta pèse... 130 kilos de plus que la 147. Pour lutter contre cet embonpoint, l'Alfa compte sur un nouveau moteur essence 1.4 MultiAir. Hélas, malgré son turbo et sa levée variable des soupapes d'admission, ce bloc manque de punch sous les 2 500 tr/min. En outre, il a tendance à s'essouffler passés les 5 000 tr/min. Utiliser le sélecteur du système DNA n'y changera pas grand chose : même en mode « Dynamic » (entendez par là « Sport »), le 1.4 MultiAir reste lent à la détente.

L'Alfa Romeo Giulietta se fait pardonner grâce à son châssis. Bien campée sur des voies larges, elle résiste vaillamment au roulis et affiche un agréable mélange d'agilité et d'efficacité. L'amortissement, bien plus rigoureux que celui de la 147, garantit en outre un bon confort. Seules fausses notes : un freinage manquant de stabilité à haute vitesse, et un poids (encore lui !) qui vient se rappeler à notre bon souvenir dans les virages les plus serrés. Plus habitable et plus confortable que la 147, l'Alfa Romeo Giulietta saura séduire un public élargi. Mais elle devra muscler son caractère mécanique si elle veut passionner les Alfistes !

Voir plus de photos

Design extérieur et intérieur

Alfa Romeo le clame haut et fort : la Giulietta inaugure une plateforme entièrement nouvelle, modulaire, et qui sera réutilisée pour les futurs modèles du groupe Fiat. En attendant, l'Alfa arbore des dimensions plutôt généreuses, avec 4,35 m de long (Audi A3, BMW Série 1 et VW Golf restent sous la barre des 4,30 m) et 1,80 m de large. Une stature qui se ressent visuellement : la Giulietta semble nettement plus grosse que la 147 qu'elle remplace. Au point de paraître plutôt massive sous certains angles, notamment de trois-quarts arrière. Élégante, certes, mais costaude, la Giulietta !

Les dimensions en hausse ont au moins eu le mérite de corriger le gros défaut de la 147 : son coffre. La Giulietta offre enfin une soute digne de la catégorie, avec 350 dm3. Les places arrière sont également légèrement plus accueillantes. La planche de bord affiche un dessin recherché et un assemblage soigné, même si certains matériaux dénotent. En matière de finition, « Juliette » ne rivalise pas encore avec la concurrence d'Outre-Rhin...

Mécanique et châssis

Le groupe Fiat est très fier de sa dernière trouvaille, le système MultiAir. Ce procédé permet de réduire les pertes par pompage en remplaçant le papillon des gaz par une levée variable des soupapes d'admission. Outre une puissance et un couple en hausse, Alfa Romeo promet une réduction des émissions de CO2 et de la consommation (- 10 %). Conjugué au start and stop, le système MultiAir fait en tous cas des merveilles aux tests d'homologation : malgré 170 ch et 250 Nm de couple, le 1.4 MultiAir ne rejette que 134 g/km de CO2 et revendique une consommation en cycle mixte de seulement 5,8 l/100 km ! Performances et sobriété, beurre et argent du beurre ? Nous verrons que la réalité est moins flatteuse...

Côté châssis, l'Alfa Romeo Giulietta bénéficie d'un train avant Mac Pherson remanié, et d'un nouveau essieu arrière multibras compact, qui permet de gagner de précieux décimètres-cube au niveau du coffre. Pour le reste, l'Alfa s'en remet largement à l'électronique : direction assistée électrique avec correction automatique du survirage, contrôle de stabilité VDC, différentiel autobloquant électronique, sélecteur de mode de conduite Alfa DNA (déjà vu sur la MiTo)... La Giulietta joue les dompteuses de puces savantes !

Sur la route

Dès les premiers tours de roues, une évidence s'impose : l'Alfa Romeo Giulietta a appris les bonnes manières. Quand la 147 chahutait ses passagers sur mauvaises routes et les indisposait par sa médiocre insonorisation sur voies rapides, la Giulietta affiche un confort général particulièrement soigné, gagnant ainsi ses galons de routière.

Mais une fois sortie de l'autoroute, l'Alfa Romeo Giulietta commence à dévoiler sa grosse faiblesse : un moteur 1.4 MultiAir inerte à bas régime, qui n'est guère aidé dans sa tâche par le mauvais étagement de la boîte 6 rapports. Il est même parfois nécessaire de rentrer la première si l'on veut conserver le rythme en sortie d'épingle à cheveux ! Les parcours très tourmentés en montagne ne sont d'ailleurs pas vraiment la tasse de thé de la Giulietta : son train avant rechigne à l'inscription dans les virages les plus serrés, faisant travailler dur l'ESP afin de coller à la trajectoire. Le poids, cet ennemi...!

La Giulietta s'en sort nettement mieux lorsque l'horizon se dégage. Elle enchaîne même avec une certaine souveraineté les routes de campagne, affichant alors un équilibre très réussi entre agilité et stabilité. La direction assistée électrique se fait oublier, le freinage affiche un mordant et une endurance rassurants (mais une stabilité sujette à caution !). Voilà qui fait regretter que le moteur n'ait pas davantage de caractère. Sa sonorité apparaît en effet quelconque, et il ne démontre que peu d'enthousiasme à hauts régimes. D'autant que la technologie MultiAir doit encore faire ses preuves : si Alfa Romeo annonce fièrement une consommation mixte de 5,8 l/100 km, nous avons pour notre part relevé près du triple à l'ordinateur de bord... lors d'un essai mené, il est vrai, tambour battant !

À retenir

En soignant son confort et en améliorant ses aspects pratiques, l'Alfa Giulietta répond aux attentes de la large clientèle des berlines compactes. Il est hélas regrettable que les dimensions intérieures et extérieures en hausse se soient accompagnées d'une telle inflation pondérale. Un embonpoint qui ne fait pas l'affaire d'un moteur 1.4 MultiAir plutôt timoré, ni du châssis, peu à l'aise sur parcours montagneux. Gageons qu'avec une poignée de kilos en moins et un moteur au caractère plus affirmé, la Giulietta n'aurait aucun mal à conquérir le cœur des Alfistes.
points fortsConfort de suspension, châssis équilibré et efficace, coffre et habitabilité en progrès, style distinctif, équipement complet.
points faiblesMoteur creux à bas régimes, poids en hausse, comportement routier sous assistance électronique, stabilité au freinage à haute vitesse, sobriété à confirmer.
13.9

20
Les chiffres
Prix 2010 : 28 500 €
Puissance : 170 ch
0 à 100km/h : 7.8s
Conso mixte : 5.8l/100
Notre avis
Agrément de conduite : 14/20
Sécurité active et passive : 15/20
Confort et vie à bord : 14/20
Budget : 13/20

Autres articles pouvant vous intéresser

ALFA ROMEO Giulietta Veloce
ALFA ROMEO Giulietta Veloce

C'est officiel : la Giulietta sera remplacée en 2018... si tout va bien ! En...

ALFA ROMEO Giulietta QV 240ch
ALFA ROMEO Giulietta QV 240ch

La Giulietta Quadrifoglio Verde reçoit le moteur et la boîte à double...

ALFA ROMEO Giulietta QV 235ch
ALFA ROMEO Giulietta QV 235ch

La nouvelle Giulietta Quadrifoglio Verde fait revivre une griffe mythique....

Tous les essais ALFA ROMEO
BMW M2 Compétition M DKG
BMW M2 Compétition M DKG

La M2 Compétition n'est pas qu'une version un peu plus puissante de la M2 :...

TESLA Model 3 Grande Autonomie
TESLA Model 3 Grande Autonomie

La Model 3 débarque enfin en Europe, à des tarifs débutant à 42 600 €....

TOYOTA Camry Hybrid Lounge
TOYOTA Camry Hybrid Lounge

Hors-jeu les grandes routières généralistes ? Pourtant, 20 ans après avoir,...

Tous les essais

Avis des propriétaires

Commentaires

avatar de yd31840
yd31840 a dit le 17-02-2012 à 14:06
Bonjour, Je suis propriétaire d'une Giulietta 1.4 MA Distinctive depuis 5 mois (avant j'avais une Peugeot 207 HDI 112CV). J'ai fait 8500km. Je regrette que vous n'ayez pas apprécié cette voiture qui, pour mes besoins, me convient tout à fait. En consommation urbaine, je suis à 8,1 l/100km; sur autoroute, 7,4 l/100km et sur nationale 6,1 l/100km (ma réalité). Je vous rejoins sur le fait que le moteur ne pousse pas à bas régime mais à 1000 tr/ min. Est-ce à cette vitesse de rotation que l'on utilise une essence pour qui le fonctionnement nominal se situe entre 2000 tr/min et 4000 tr/min ? Pour la masse, la voiture est à 1290kg. Mon ancienne 207 diesel pesait 1210kg et était plus poussive. Mais elle faisait 30 cm de moins et le coffre était plus petit. A ce jour, pas de panne. Pour moi, cette voiture a un charme que les autres de sa catégorie n'ont pas. Alfa a fait une voiture différente, pas assez sportive selon vous mais avec les limitations en France, elle suffit bien. Cordialement
avatar de macgee
macgee a dit le 14-11-2010 à 21:12
Mes 2 précédentes voitures étaient des alfa 147, la dernière une 2.Ol Selespeed (boîte séquentielle)
avatar de Racoon
Racoon a dit le 08-07-2010 à 14:39
Petit retour sur la Giulietta. Je suis tombé par hasard sur un comparatif de nos confrères de L'Automobile Magazine concernant précisément la version 1.4 170 ch. Visiblement, ils sont d'accord avec nous : "La Giulietta tarde à sortir des starting-block et se montre creuse sous 2.000 tr/mn" (voir http://www.automobile-magazine.fr/essais/matchs/les_revenantes). A moins, bien sûr, que eux non plus n'aient rien compris à l'excellent (?) système Alfa DNA ! :-)
avatar de Racoon
Racoon a dit le 14-06-2010 à 08:26
Il faut croire que les autres sont moins exigeants que nous :) Blague à part (quoique), j'ai bien vérifié, il n'y avait pas de cale en bois sous l'accélérateur. Par contre, il y avait sans doute des barres de plomb coulées quelque part dans le châssis. Par ailleurs, je crois que certains de mes confrères ont réalisé leurs premiers essais de la Giulietta à Balocco, sur le circuit d'essais du groupe Fiat. C'est pas vraiment l'endroit idéal pour découvrir un creux à bas régime, vu qu'on est généralement à fond sur un circuit...
avatar de phil017
phil017 a dit le 13-06-2010 à 01:19
Ce qui est étonnant, c'est que pratiquement tous les essais en France, (y compris par ceux qui ne sont pas toujours tendres avec Alfa, comme par exemple "l'Automobile Magazine", pour n'en citer qu'un...) comme à l'étranger, ont mis en avant la vivacité du MultiAir 1,4...Motorlegend est le seul à avoir un avis aussi négatif. Outre les difficultés pour choisir le bon programme avec le DNA, y-avait-il quelque chose qui coinçait l'accélerateur??