24 Heures du Mans 2012

Audi place sa nouvelle Hybride en pole

Jean-François Destin le 15/06/2012

Partagez

réagir


Marcel Fässler (CH), André Lotterer (D), Benoît Tréluyer (F) avec Miss 24h Le Mans

LMP1 - Toyota TS030 Hybrid - Wurz-Lapierre-Nakajima
Audi place sa nouvelle Hybride en pole... mais Toyota pointe à 1 seconde derrière.

C’est en tout début de la dernière séance de qualification peu après 22 heures que l’Allemand André Lotterer a réussi à boucler le tour du circuit en 3’23’’787. A bord de son Audi R18 e-tron quattro N°1, il a battu de près de 2 secondes le temps de la pole de 2011 de Benoit Treluyer.

« Avec des pneus neufs et peu de carburant embarqué, j’ai eu la chance d’avoir un tour clair, toutes les voitures n’étant pas revenues en piste » déclarait satisfait Lotterer, vainqueur de l’épreuve l’an dernier en compagnie de Treluyer et Fässler.
Le trio est donc bien parti pour récidiver mais les chronos le montrent, la bataille sera aussi interne car l’Audi Ultra classique pilotée par Dumas/Duval/Gené partagera la première ligne samedi à 15 heures avec un temps très proche de 3’24’’078.

Immédiatement derrière en deuxième ligne se place la plus rapide des deux Toyota TS030 Hybrid, la N°8 de Buemi/Davidson/Sarazin créditée d’un excellent 3’24’’842 soit à peine plus d’une seconde de la pole. L’autre LMP1 japonaise de Lapierre/Nakajima/Wurz ne prend que la cinquième place encadrée par la deuxième R18 e-tron Hybride des quadra Capello/kristensen/McNish et la R18 Ultra de Bonanomi/Jarvis/Rockenfeller.

HPD ARX 03a-Honda - Strakka Racing - Leventis-Watts-Kane

LMP1 - Dome S102.5-Judd - Pescarolo Team - Ara-Minassian-Bourdais
Sans cesse en progrès durant ces deux journées d’essais qualificatifs, Toyota impressionne son adversaire allemand d’autant que l’équipe japonaise a du composer avec des problèmes électriques sur les deux voitures. Plus rapides que les Audi et sans doute plus faciles à piloter, les deux énergies se concentrant sur le train arrière (chez Audi, les moteurs électriques entrainent les roues avant à temps partiel), les TS030 vont animer les premières heures de course. Et si l’une des deux n’est pas retardée par des incidents mineurs, tous les espoirs sont permis.

Chez Audi, ces quatre séances d’essais qualificatifs de jour et de nuit ont permis de valider plusieurs sets aérodynamiques (la valse des capots avant à chaque arrêt mercredi soir était spectaculaire) et à peaufiner les mille et un détails des très complexes R18 e-tron hybrides. Le Dr Ullrich, grand Patron d’Audi Sport aimerait voir gagner cette technologie dès la première année d’utilisation mais pour parer à toute défaillance, les deux R18 Ultra ont fait l’objet d’améliorations notables, les temps le prouvent.

Derrière les deux usines et leurs débauches de moyens, les autres engagés en LMP1 se font une raison en espérant peut-être une petite marche du podium s’il y a de la casse devant. Dans cette catégorie, la HPD ARX 03A Honda du Strakka Racing s’est montrée la plus véloce en réalisant un tour en 3’29’’622. A son volant se sont relayés Kane, Leventis et Watts, des pilotes chevronnés de l’endurance.

LMP2 - Morgan - Oak Racing - Pla-Nicolet-Lahaye

LMP2 - Morgan - Oak Racing - Hansson-Leinders-Martin
Derrière pointent les deux Lola Toyota du Rebellion Racing et la Dome Judd exploitée par le team Pescarolo pour Ara, Minassian et Bourdais. Une Dome très endommagée jeudi suite à une violente sortie de piste de Ara au virage du karting. Pour Henri Pescarolo, les ennuis se sont multipliés avec l’accident de Bouillon mercredi soir dans la ligne droite des Hunaudières, son proto 03 Judd étant presque totalement détruit. Reconstruit, il partira néanmoins en 13 ème position sur la grille.

Extravagant, insolite, incroyable, le prototype Delta Wing de Nissan N°0 (hors classement) animé d’une petit 4 cylindres 1600 cm3 de 300 chevaux a ébouriffé les spectateurs mercredi avant de disparaitre en parc fermé à la suite d’un incident d’extincteur. Avec finalement un temps de 3’42’’612, on le trouvera en 15ème ligne sur la grille.

En LMP2, l’Oreca Nissan d’ADR Delta aux mains de Graves, Kerr et Martin s’est imposée. Beau tir groupé du constructeur français Oreca qui occupe les 5 premières places de la catégorie.

En GT, la bagarre va mettre aux prises Ferrari, Aston Martin, Corvette et Porsche. En LM GTE pro, la Ferrari 458 Italia du Luxury Racing s’est montrée la plus rapide (3’55’’398) devant la seule Aston Martin d’usine (3’55’’870). En LM GTE Am, le titre ne devrait pas échapper à Porsche, la 911 RSR du Flying Lizard s’étant fait remarquée aux essais avec un temps de 3’57’’594.

DeltaWing Nissan - Highcroft Racing - Motoyama-Krumm-M.Franchitti
article précédent  Toyota TS030

Page précédente
Toyota TS030

article suivant  Les enjeux des 24 Heures 2012

Page suivante
Les enjeux des 24 Heures 2012

Partagez

réagir