Hypercar Lotus Evija : 2 000 ch sous le capot

Motorgreen Samuel Morand le 16/07/2019

Voir plus de photos
Lotus a dévoilé à Londres, la première Hypercar électrique construite et commercialisée par un constructeur britannique, l'Evija, un modèle que la marque d'Hethel proposera en édition limitée à 130 exemplaires seulement.

Cette Hypercar ambitieuse qui constitue également le premier nouveau modèle de Lotus depuis 2008, a été dessinée par l'équipe de Russell Carr, le responsable du design de Lotus, et se présente avec des proportions presque similaires à celle de l'Evora (4.4 mètres de long, 2 mètres de large) mais avec un châssis abaissé et une aérodynamique plus affûtée.

L'Evija (prononcez "eh-vi-ya") dispose en effet d'appuis optimisés grâce à ses lignes spécifiques, à l'intégration d'un imposant diffuseur ainsi qu'à la présence d'un tunnel Venturi et d'un système de type DRS.

L'Hypercar britannique dont le poids n'excède pas 1 680 kg, embarque dans son châssis monocoque réalisé en fibre de carbone, un groupe propulseur électrique développé en collaboration avec Williams Advanced Engineering et composé de 4 moteurs. Sa puissance envoyée aux quatre roues s'élève à 2 000 ch et 1 700 Nm, et lui permettra de filer à 320 km/h en pointe après avoir avalé le 0 à 100 km/h en moins de 3 secondes.

La batterie lithium-ion de 2 000 kW qui alimente l'ensemble, positionnée derrière le compartiment passager, autorisera une autonomie d'environ 250 miles en cycle WLTP (400 km), et pourra être rechargée à 80 % en seulement 12 minutes et à 100 % en... 18 minutes.

Côté cockpit enfin, le conducteur et son passager profiteront du confort d'un habitacle conçu à la fois pour un usage quotidien et pour une utilisation plus sportive (quatre modes de conduite seront disponibles : Range, City, Tour, Sport et Track). Des sièges et un pédalier réglables, des commandes intuitives ainsi que des finitions en fibre de carbone, seront ainsi à l'ordre du jour aux côtés de rétroviseurs extérieurs prenant la forme de caméras escamotables, dont les images seront relayées sur un écran installé dans l'habitacle.

L'Evija sera assemblée dès 2020 dans les ateliers de Lotus basés dans le Norfolk, dans un autre bâtiment que celui accueillant les autres modèles de la marque. Son prix est fixé à 1.7 million de livres (1 892 160 €).
actu suivante Enchères : Ford Sierra RS500 1988

Actu précédente
Enchères : Ford Sierra RS500 1988

actu précédente La Porsche Mission E chez Playmobil

Actu suivante
La Porsche Mission E chez Playmobil

Autres articles pouvant vous intéresser

La Lotus Evija rentre à Hethel
La Lotus Evija rentre à Hethel

L'Hypercar Evija dévoilée par Lotus Cars le 16 juillet dernier à Londres,...

La Lotus Evija présentée à Monterey
La Lotus Evija présentée à Monterey

Lotus Cars a profité de la Monterey Car Week pour y présenter la nouvelle...

Lotus Evija : objectif Nürburgring
Lotus Evija : objectif Nürburgring

L'Hypercar Evija présentée la semaine dernière par le constructeur...

Toutes les actualités LOTUS
Lotus Evija : objectif Nürburgring
Markus Duesmann nouveau PDG d'Audi

Markus Duesmann, 50 ans, sera nommé à la direction d'Audi le 1er avril...

Lotus Evija : objectif Nürburgring
Michael Fassbender Road to Le Mans 6

Michael Fassbender a conclu sa première saison complète dans la série Porsche...

Lotus Evija : objectif Nürburgring
Aguttes : résultats de la vente d'automne

Une cinquantaine de véhicules de prestige et de collection étaient proposés...

Toutes les actualités

Commentaires

avatar de Treplev
Treplev a dit le 13-10-2019 à 12:52
A quoi servent les 2000 bourrins si elle se fait cramer par une Tesla entre 0 et 100, et roule 100 km/h moins vite qu'une thermique ?
avatar de acge
acge a dit le 18-07-2019 à 09:19
La batterie a une capacité de 70 kWh, (2000 kWh correspondraient à la capacité de 20 Tesla S, soit 6 tonnes d'accumulateurs). Par contre elle peut délivrer autant de puissance que demandé ce qui est remarquable, mais pas longtemps. Si l'on reste à fond, la batterie actuelle se déchargerait en environ 3 minutes, heureusement que personne n'est assez sauvage pour faire cela, mais cela en dit long sur les deux problème des hypercars électriques, la masse et l'autonomie en usage violent.