Mazda met au point son nouveau rotatif

Damien Hermenier le 28/06/2011

C'est en 2007 que Mazda a commencé à travailler sur sa nouvelle génération de moteur rotatif. Seule marque à demeurer séduite par cette solution technologique, la firme d'Hiroshima continue de plancher sur les points faibles du moteur existant (vu sur la RX-8), parmi lesquels le faible couple à bas régime ou les émissions et la consommation importantes.

Partagez

réagir
Le développement d'un nouveau bloc baptisé Renesis 16X a été préféré face à la refonte du bloc de la RX-8, jugée trop complexe et coûteuse. Pour se conformer aux normes Euro 5 et Euro 6 à venir, le moteur à pistons rotatifs sera toujours birotor, mais de plus forte cylindrée (1 600 cm³) et muni d'une injection directe d'essence. Son arrivée semble sans cesse repoussée – on devrait le découvrir sous le capot d'un nouveau coupé Mazda, au plus tôt en 2013 – et alors qu'on annonçait il y a quelques mois la possibilité de le voir s'acoquiner à un compresseur électrique (afin justement de favoriser le couple à bas régime), un dernier rapport fait maintenant état de l'intérêt de Mazda pour un allumage par laser. Une technologie que Ford, entre autre, développe également de son côté.

Cela permet théoriquement de favoriser une combustion précise et homogène du mélange pour un meilleur rendement, le rayon laser pouvant notamment être séparé en plusieurs faisceaux. Refusant d'abandonner sa motorisation fétiche, Mazda continue de chercher des solutions. On se rappellera que la marque continue par ailleurs d'explorer le moteur rotatif à hydrogène.

Partagez

réagir

Dernières actualités MAZDA

Mazda célèbre son centenaire en 2020
Mazda célèbre son centenaire en 2020
La Mazda 254i LM 1982 retrouvée
La Mazda 254i LM 1982 retrouvée
Mazda : un nouveau SUV pour Genève
Mazda : un nouveau SUV pour Genève
Toutes les actualités MAZDA

Tags liés

Commentaires

avatar de lorenzo33
lorenzo33 a dit le 09-07-2011 à 09:34
Vivement le prochain moteur rotatif. En espérant que la sonorité sera préservée, car c'est l'un des plus beaux sons que puisse émettre un moteur à explosion (j'étais au Mans lors de la victoire de la 787B en 1991).