Exposition Toyota au Musée des 24 Heures du Mans

Samuel Morand le 19/08/2021

Partagez

réagir

L'exposition « Toyota, le temps de la victoire » visible du 9 juillet 2021 au 20 février 2022, permettra aux visiteurs du Musée des 24 Heures du Mans de découvrir dans le détail, les modèles qui ont contribué à écrire l'histoire de la marque nipponne au Mans.

Avant que la Toyota TS050 Hybrid ne décroche trois succès consécutifs dans la Sarthe, en 2018, 2019 et 2020, le constructeur japonais a connu des fortunes diverses au Mans depuis sa première apparition en piste avec le prototype 86C aux couleurs de Leyton House, qui couru en 1986 avec Sato Nakajima, Geoff Lees et Masanori Sekiya au volant.

Ce prototype est exposé au Musée des 24 Heures et constitue l'une des vedettes de cette exposition, aux côtés de la TS010 n°33 revêtue de sa célèbre livrée Casio qui fut engagée sur l'édition 1992, ainsi que de la 94CV n°1 de 1994 qui décrocha la deuxième place de l'épreuve grâce à Eddie Irvine, Mauro Martini et Jeff Krosnoff.

Il faudra ensuite au constructeur, attendre la fin des années 90 pour animer de nouveau le sommet de la hiérarchie mancelle, et plus précisément avec la TS020 alignée en course en 1998 et 1999. Si la Toyota GT-One (ou TS020) n'a jamais remporté les 24 Heures du Mans, elle fait partie des icônes de l'épreuve mancelle depuis la prestation du trio composé de Toshio Suzuki, Keiichi Tsuchiya et Ukyo Katayama en 1999.

Cette année-là, la GT-One fut engagée en trois exemplaires en catégorie LM GTP face aux Mercedes-Benz CLR et Audi R8C, et contre les prototypes LMP Audi R8R et autre BMW V12 LMR. Dès les qualifications elle fit preuve d'une vitesse de pointe fantastique, Martin Brundle signant la pole position en 3 minutes 29 secondes et 930 millièmes au volant de la voiture n°1. Malheureusement le Britannique et ses co-équipiers allaient devoir abandonner en course, à l'instar de l'équipage de la voiture n°2. Le trio engagé sur le châssis n°3 en revanche, réalisa une course brillante.

Le véhicule emmené par le trio Suzuki/Tsuchiya/Katayama, réussit au fil de la course à s'installer aux commandes de celle-ci jusqu'à une heure du drapeau à damier, quand le pneu arrière gauche de la GT-One n°3 alors pilotée par Katayama, explosa à l'entrée du virage d'Indianapolis. Les espoirs de victoire de Toyota s'évanouissaient alors, pour le plus grand bonheur du Team BMW Motorsport qui héritait de la première place et de la victoire avec la BMW V12 LMR n°15.

La TS020 n°3 qui marqua à jamais les esprits lors de cette course folle, est visible au Musée des 24 Heures du Mans aux côtés de la TS030 Hybrid n°7 (2012) et de la TS050 Hybrid victorieuse de l'épreuve en 2020, qui vient tout juste de faire son entrée au musée.

Photo : Toyota TS020

Partagez

réagir

Dernières actualités TOYOTA

A vendre : prototype Toyota 92C-V de 1992
A vendre : prototype Toyota 92C-V de 1992
Doublé Toyota lors de la 89ème édition des 24 Heures du Mans
Doublé Toyota lors de la 89ème édition des 24 Heures du Mans
Embarquez dans la Toyota GR010 Hybrid autrice de la pole au Mans
Embarquez dans la Toyota GR010 Hybrid autrice de la pole au Mans
Toutes les actualités TOYOTA

Tags liés

Commentaires