< retour
  • RETOUR AUX SOURCES DU PHÉNOMÈNE MINI

Retour aux sources du phénomène Mini

Retour aux sources du phénomène Mini Célèbre depuis le XIIème siècle pour son université, Oxford, à 100 km à l'ouest de Londres, vit aujourd'hui à l'heure de la Mini. Depuis les années 30, l'industrie automobile fait partie du paysage de cette ville grise et laborieuse. Sa population, traumatisée par le naufrage programmé de Rover, a vu d'un bon œil le rachat de l'unité de production par BMW. Rapidement modernisée grâce à un investissement de 280 millions de livres, l'usine d'Oxford a pu, dès 2001, commencer à produire la Mini des temps modernes. Le début d'une Success story digne de celle de la géniale création signée Sir Alec Issigonis. En quatre ans, 850000 Mini sont tombées des chaînes à la grande fierté des 4500 employés. Au point d'instaurer les trois huit, sept jours sur sept. Cette fabuleuse réussite s'inscrit en lettres géantes sur deux murs à l'entrée de l'usine. Sur l'un : « built in Oxford », sur l'autre : « sold in… » suivi des 75 drapeaux représentant les pays d'exportations de la Mini. Et ce n'est pas fini car les journalistes du monde entier conviés à suivre in situ la naissance du nouveau modèle sont repartis convaincus par les prévisions de porter la production à 240000 unités par an.

 La Minimania

La Minimania

Du Teeshirt au baladeur MP3, du luminaire fluo au coucou moderne : la nouvelle Mini entretient son mythe à travers une foule de produits dérivés.

 L

L'usine Mini à Oxford

Célèbre depuis le XIIème siècle pour son université, Oxford vit aujourd'hui à l'heure de la Mini.

MINI Cooper S

MINI Cooper S

La nouvelle Mini Cooper S en a dans le ventre. Avec son style toujours aussi sympa, elle a désormais un vrai caractère sportif.