Salon de Francfort 2007

Salon de Francfort 2007


du 13 au 23 septembre 2007 Flux RSS Salon de Francfort 2007

BRABUS Bullit V12 biturbo

David Lamboley le 18/09/2007

Brabus, c'est le préparateur des Mercedes les plus méchantes de la planète. Basée sur la nouvelle Classe C, voici la Bullit, propulsée par un V12 biturbo de…720 ch !

Voir la vidéo en HD

Brabus, c'est le préparateur adepte du grand écart. D'un côté, cette noble entreprise allemande prépare des Fortwo (98 ch) pour le compte de Smart, et de l'autre, des engins capables de pulvériser des records du monde de vitesse !

Rappelons brièvement que Brabus a été créé par Klaus Brackman et Bodo Buschmann en 1977, les trois premières lettres de leurs noms respectifs formant l'appellation Brabus. Cette maison s'impose vite comme un des meilleurs préparateurs de la marque Mercedes dans le monde. Parmi les coups d'éclat de ce tuneur d'exception, citons plusieurs records du monde de vitesse réalisés avec des voitures homologuées pour la route, notamment en 1996 avec une Classe E V12 (330 km/h), en 2003 avec une Classe E V12 Biturbo (350 km/h) et en octobre 2006 avec la Rocket, basée sur une Mercedes CLS, mais dotée d'un V12 Biturbo de 720 ch. Verdict : 365,7 km/h sur l'anneau de vitesse de Nardo, en Italie, ce qui en fait la berline homologuée la plus rapide du monde. Le meilleur, c'est que cette fusée, fabriquée en petite série, est proposée dans le catalogue Brabus en échange d'un très gros chèque de près de 350 000 euros !

BRABUS Bullit V12 biturbo BRABUS Bullit V12 biturbo

Revenons à Francfort, où une nouveauté de taille est présentée en première mondiale. En effet, pour fêter les trente ans de la marque, Brabus lance la Bullit, un engin affiché à 348 000 euros. Rien à voir avec la Ford Mustang 390 GT 1968 du célèbre long métrage de Peter Yates, d'où une orthographe différente. Non, la Bullit est une Classe C dernière mouture très spéciale dotée du même moteur que la Rocket. Ce V12, basé sur le moteur de la Classe S 600, est réalésé de 5.5 litre à 6.3 litre. Parmi les améliorations, notons un vilebrequin spécifique et un arbre à cames spécial, des pistons forgés, un collecteur d'admission optimisé, deux turbocompresseurs de plus gros diamètre, un échangeur de température « maousse costaud » et une ligne d'échappement en inox, collecteur compris. Verdict, 720 ch à 5100 tr/mn et un couple camionnesque culminant à 1320 Nm à 2100 tr/mn, mais limité électroniquement à 1100 Nm, histoire de préserver tant que faire se peut la boîte automatique à 5 rapports et les pneumatiques.

Les performances annoncées sont d'un autre monde, puisque la Bullit est, selon Brabus, capable d'abattre le 0 à 100 km/h en 3,9 secondes, le 0 à 200 km/h en 10,5 secondes et le 0 à 300 km/h en 24,5 secondes. Vitesse maximale annoncée avec l'option pont long, plus de 360 km/h, à condition de faire sauter la bride électronique qui limite l'engin à… 350 km/h. Heureusement, cette Classe C très spéciale repose sur un châssis largement optimisé. Notons par exemple un différentiel autobloquant à 40 %, une suspension rabaissée avec amortisseurs réglables, des jantes de 19 pouces et un système de freinage digne d'un Boeing. A l'avant les disques de 380 mm de diamètre sont pincés par des étriers à 12 pistons ! Coté carrosserie, le kit aérodynamique permet de faire correctement respirer le V12 via d'importantes prises d'air dans le bouclier en fibre de carbone, fortement élargi. Le bouclier arrière est quand à lui doté d'un diffuseur qui autorise un effet de sol. La calandre et les optiques avant sont également remaniées, et le capot moteur est percé de prises d'air. A côté de la Brabus Bullit, la Mercedes C63 AMG et son V8 6.2 litre fait vraiment très, très sage…

BRABUS Bullit V12 biturbo BRABUS Bullit V12 biturbo
voir la fiche technique

Avis des propriétaires

Commentaires