Salon de Francfort 2005

BMW Z4 coupé

Jean-François Destin le 26/09/2005

Même si le coupé Z3 n'a pas rencontré le succès escompté, BMW récidive en présentant au Salon de Francfort une étude BMW Z4 coupé dérivée du roadster.

Même si le coupé Z3 n'a pas rencontré le succès escompté, BMW récidive en présentant à Francfort une étude Z4 coupé dérivée du roadster. Cette fois, il fallait réagir vite pour venir contrer le Porsche Cayman S, la cible avouée. Les ventes sont là pour le prouver, le Z4 a su convaincre une large clientèle par son design reposant sur un jeu de surfaces concaves et convexes et sur une musculature affirmée. Pour le coupé, les stylistes ont repris cette recette en adaptant un original toit creusé d'une bande en son milieu et d'un arrière ramassé, compact et dynamique.

BMW Z4 coupé BMW Z4 coupé

A la fois sobre et très expressive, la poupe intègre des feux ronds débordant sur la base d'un hayon très modelé pour créer un becquet aérodynamique intégrant le troisième feu stop. De trois-quart arrière comme de profil se remarquent d'impressionnants passages de roues pour abriter des jantes en alliage de 19 pouces. Elles ont été réalisées en exclusivité selon une technique de coulée sophistiquée, nous apprend le dossier de presse.

L'agressivité du style tient aussi aux bas de caisse proéminents et à une superbe pliure en arabesque joignant la clenche de portière au milieu du phare. Beaucoup plus équilibrée qu'un Z3 coupé, cette étude, qui devrait apparaître dans sa livrée de série au prochain Salon de Genève en mars 2006 s'est habillée de cuir beige clair et de nubuck assorti pour faire salon en Allemagne.

Un cuir verni satiné ou tressé selon son emplacement sur les sièges, sur la jante du volant, les contre-portes et la base d'une belle planche de bord rehaussée d'inserts en aluminium massif d'aspect mat ou brillant.

Les buses tridimensionnelles cerclant les instruments ronds, les branches du volant, les clenches intérieures, les boutons de la climatisation, les pédales ainsi que le seuil de chargement du coffre sont tous fraisés d'un seul bloc d'aluminium.

L'étude Z4 coupé est animée d'un 6 cylindres en position longitudinale comme l'autorise la longueur du compartiment moteur. Symbole du savoir-faire de BMW, le 6 en ligne de 3 litres rassemble ici les dernières innovations mécaniques. Léger, il hérite entre autres d'un carter en magnésiume/aluminium et d'une distribution Valvetronic et se place parmi les mécaniques au meilleur rapport poids/puissance. Les 265 chevaux à 6650 tours/m et les 315 Nm entre 2500 et 4000 tours procurent, selon BMW, un agrément de pilotage lié aussi à la transmission aux roues arrière et à une juste répartition des charges sur essieux. Le coupé Z4 pointe à 250 km/h et abat le 0 à 100 km/h en 5,7s grâce à un rapport de pont plus court que celui du roadster Z4.

Pour ceux que la conduite sportive rebute ou qui manquent d'expérience pour tirer la quintessence d'un coupé aussi performant, BMW livre ce modèle avec les assistances électroniques habituelles comme le DSC (Contrôle dynamique de stabilité) aux fonctions élargies, le DTC (contrôle dynamique de la traction) et bien entendu l'ESP.

On peut imaginer qu'en version M, le coupé Z4 serait pourvu d'un moteur encore plus puissant mais BMW n'a rien lâché sur cette probable extension de gamme.

Avis des propriétaires

Commentaires