Mondial automobile 2008

Mondial automobile 2008


du 04 au 19 octobre 2008 Flux RSS Mondial automobile 2008

FERRARI California

Serge Bellu le 13/10/2008

Avec la California, Ferrari veut faire revivre l'esprit de l'un de ses modèles les plus désirables de son histoire : la 250 GT Spyder. Au-delà de la nostalgie, la California présentée au Mondial automobile marque l'entrée de Ferrari dans une ère nouvelle.

Voir la vidéo en HD

Luca di Montezemolo, le président de Ferrari (et accessoirement du groupe Fiat !) ne l'a pas caché lors d'un entretien privé au Mondial de l'automobile : la Ferrari California inaugure une nouvelle génération de Ferrari car demain rien ne sera plus comme avant sur la planète automobile.

Avec la nouvelle Ferrari California, la marque s'adresse à une clientèle élargie. Premier coupé-cabriolet de la marque, premier modèle sur lequel le moteur huit cylindres est placé à l'avant, la Ferrari California emploie de nouveaux arguments pour séduire ailleurs et autrement. Sans vouloir priver ses clients de la magie d'une « bella machina », de ses performances et de son innovation, les ingénieurs de Ferrari travaillent très sérieusement sur la diminution de la consommation et sur l'abaissement des émissions de CO2.

Au-delà de l'hommage rendu à une grande classique de son histoire, Ferrari affirme sa volonté de conquérir de nouvelles frontières. L'avenir des automobiles d'exception ne se jouera pas en Europe. Depuis plusieurs années, la répartition géographique des ventes de Ferrari a été bouleversée. Si aujourd'hui la production atteint un record historique, ce n'est pas grâce à l'augmentation des ventes en Europe ou en Amérique, mais à cause de l'émergence des nouveaux marchés comme la Chine, l'Inde, la Russie ou le Moyen-Orient.

Cette évolution explique le renfort d'une nouvelle série qui vient se ranger auprès des F430, 612 Scaglietti et 599 GTB Fiorano. La California est animée par un moteur huit cylindres : les puristes qui ont en mémoire le V12 de la 250 GT seront indignés. Il s'agit cependant d'un 4,3 litres plein de tonus qui développe 460 ch à 7 500 tr/min et qui est associé à une boîte sept rapports diabolique d'efficacité. Cette mécanique présente la particularité d'être alimentée par injection directe. Contrairement à la F430 dans laquelle le moteur V8 est placé au centre du châssis, en avant de l'axe des roues arrière, la mécanique rugit ici sous le capot avant.

Plus déroutant encore, le style. D'abord parce que la Ferrari California est un coupé transformable en cabriolet, le premier proposé par Ferrari ; une solution moins radicale que le « vrai » cabriolet F430 avec une capote en toile. Ensuite parce que les choix esthétiques ont dicté un traitement délicieusement maniéré. Pininfarina demeure le fidèle complice de Ferrari, malgré la présence d'un studio de création au sein même de l'usine, à Maranello, animé par Donato Coco débauché de chez Citroën en 2005.

Les nouveaux marchés réclament des formes plus baroques, plus expressives, plus émotionnelles, rejettent les styles trop épurés. Le style de la California emploie donc un vocabulaire plus sensuel, la carrosserie est sculptée comme un corps musclé, avec des hanches marquées, des galbes suggestifs et une poupe rebondie. La Ferrari California révèle une exquise sophistication dans chacun de ses plis, dans le détail de chaque accessoire intégrant les exigences aérodynamiques.

Voir plus de photos

Avis des propriétaires

Commentaires