< retour

Essai VOLVO V60 Polestar

Vincent Desmonts le 02/01/2017

Volvo a osé dévergonder son break V60 avec la complicité du préparateur maison, Polestar. Coup d'essai ou coup de maître ?

Voir la vidéo en HD

Sang chaud

Si Volvo est surtout réputé pour le confort et la sécurité, la marque suédoise cultive également depuis longtemps une fibre sportive. Un effort porté depuis une dizaine d'années par l'équipe Polestar, dont le département voitures de route a été récemment racheté par Volvo. Et la maison-mère entend bien capitaliser sur cet investissement, en en faisant un label comparable à l'AMG de Mercedes ou au Motorsport de BMW. Après une diffusion limitée à une poignée de marchés, Polestar est désormais officiellement distribué en France, avec deux modèles à son catalogue : la S60 et la V60. C'est cette dernière que nous avons choisi d'essayer, une sorte d'hommage indirect au break Volvo 850 qui fit tant parler de lui dans le championnat britannique de voitures de tourisme (BTCC) en 1994.

Voir plus de photos

Pas d'esbrouffe

Même sportive, une Volvo se doit de garder une certaine discrétion. Et si l'on oublie un temps la teinte « bleu rebelle » de notre modèle d'essai (facturée 350 €), il faut reconnaître que la V60 Polestar joue la sobriété. Pas de prises d'air XXL, pas de kit carrosserie disproportionné, mais une sportivité de bon ton. Des boucliers avant et arrière spécifiques, un becquet de toit, deux sorties d'échappement de bonne taille et enfin des jantes alliage estampillées Polestar suffisent à suggérer la performance sans en mettre plein les yeux. Les plus observateurs noteront cependant que les énormes roues de 20 pouces sont chaussées de très adhérents pneus Michelin Pilot Super Sport, et qu'elles abritent à l'avant des disques de freins costauds (371 mm de diamètre) pincés par des étriers à 6 pistons. Qu'on se le dise : la V60 Polestar, c'est du sérieux ! C'est vrai aussi dans son habitacle, où la fantaisie n'est pas de mise. Un peu d'Alcantara au milieu du cuir, quelques logo Polestar, des surpiqûres bleues et des placages en fibre de carbone ont la lourde tâche de personnaliser l'atmosphère. Mais plus que cette austérité, c'est surtout l'ergonomie datée qui gêne : l'écran n'est pas tactile, et la foule de boutons ornant la console centrale nécessite un temps d'adaptation. Il faut dire que la V60 fêtera ses 7 ans en octobre prochain, un âge certain pour un segment où la technologie évolue très vite. Heureusement, l'équipement est complet. Mais n'attendez pas de ce break des facultés de grand déménageur : son coffre est petit (430 dm³), même banquette rabattue (1 241 dm³).

Un moteur surprenant

Dès les premiers kilomètres, on est surpris par la fermeté des suspensions. Il faut dire que la V60 Polestar adopte des ressorts 80 % plus durs que ceux (déjà raffermis) des versions T6 R-Design. S'y ajoutent des silentblocks spécifiques, une barre anti-rapprochement en carbone à l'avant, ainsi que des amortisseurs Öhlins réglables. Un sacré arsenal qui traduit l'importance du travail effectué par Polestar. Idem sous le capot, où l'on ne trouve qu'un « petit » 4 cylindres de 2 litres, mais gavé par un turbo secondé par un compresseur. Résultat : 367 ch et 470 Nm de couple, mais surtout un caractère mécanique plus intéressant qu'attendu. D'abord parce que ce bloc délivre sa puissance sans temps de réponse et sur une large plage de régimes (zone rouge fixée à 7 000 tr/min). Ensuite parce que le compresseur – qui agit dès les plus bas régimes – offre une agréable souplesse en conduite quotidienne. Enfin parce que la sonorité de l'ensemble, travaillée à l'échappement, n'est pas déplaisante. Certes, ce 4 cylindres n'égalera jamais la suavité d'un 6 cylindres, mais il s'en sort avec les honneurs, d'autant qu'il est efficacement secondé par une boîte automatique à 8 rapports réactive. Les performances sont d'ailleurs parfaitement au niveau de la concurrence, avec un 0 à 100 km/h en 4,8 s et une vitesse maximum limitée électroniquement à 250 km/h.

L'efficacité avant tout

Côté châssis, enfin, la V60 Polestar est plutôt bien née. Certes, elle n'est pas hyper-agile sur les parcours les plus sinueux et sa direction manque franchement de feeling. Mais elle est capable de générer un important grip latéral dans les grandes courbes, et son amortissement se montre plutôt efficace lorsque la route devient bosselée. Enfin, la transmission intégrale assure une excellente motricité. Le freinage, en revanche, déçoit : la course de la pédale est longue et l'endurance apparaît limitée.

À retenir

Pour une première tentative, qui plus est sur une base pas vraiment toute jeune, cette V60 Polestar est plutôt une réussite. Elle propose une approche originale, faite d'élégance sportive, d'une certaine polyvalence et de performances élevées par tous les temps. Mais, comme tout coup d'essai, celui-ci reste à parfaire. Les suspensions, efficaces en conduite sportive, sont trop fermes au quotidien. La direction remonte quant à elle trop peu d'informations sur le grip disponible. Enfin, et c'est la plus grosse (mauvaise) surprise, les énormes freins se fatiguent un peu trop vite. Des défauts que la Volvo fait (un peu) oublier grâce à son tarif compétitif et à son équipement complet.
points fortsPerformances, châssis efficace, moteur convaincant, tenue de cap sur route bosselée, discrétion esthétique, équipement complet, tarif compétitif.
points faiblesSuspensions fermes, direction trop légère, manque d'endurance des freins, coffre exigu, présentation intérieure austère.
14.8

20
Les chiffres
Prix 2016 : 66 700 €
Puissance : 367 ch
0 à 100km/h : 4.8s
Conso mixte : 8.1l/100
Notre avis
Agrément de conduite : 15/20
Sécurité active et passive : 16/20
Confort et vie à bord : 15/20
Budget : 13/20

Autres articles pouvant vous intéresser

VOLVO V60 D4 Geartronic 8 Inscription Luxe
VOLVO V60 D4 Geartronic 8 Inscription Luxe

Au conformisme un peu austère des breaks allemands, la Volvo V60 répond avec...

VOLVO XC40 T5 AWD Geartronic 8 First Edition
VOLVO XC40 T5 AWD Geartronic 8 First Edition

Volvo s'attaque au marché des SUV compacts chics avec ce XC40. Avec son look...

VOLVO XC60 D5 AWD
VOLVO XC60 D5 AWD

9 années et un million d'exemplaires se sont écoulés depuis le lancement de...

Tous les essais VOLVO
SKODA Kodiaq RS
SKODA Kodiaq RS

A contre-courant du marché, qui délaisse petit à petit les moteurs Diesel,...

AUDI A1 Sportback (II)
AUDI A1 Sportback (II)

Après huit ans d'une belle carrière, l'Audi A1 de première génération cède sa...

BMW M850i xDrive Coupé
BMW M850i xDrive Coupé

Pour remplacer sa Série 6, BMW ressort un numéro 8 qui ne lui a pas toujours...

Tous les essais

Avis des propriétaires

Commentaires

avatar de Impartialité
Impartialité a dit le 27-11-2017 à 22:20
...(Je contiue...) avait déjà bien été utilisée auparavant... Et que donc, les freins étaient bien entamés... Quant au coffre, dire qu'il est exigu dans une "V60"...?!? Par rapport à la "V40", je le trouve "gigantesque"... Il n'est pas le plus grand de la catégorie, mais franchement que vouloir de plus ?? Enfin, quant à la présentation "austère"... : C'est très bien fini, solide, ergonomique, "classieux" sans être ostentatoire, voir "bling-bling" comme certains concurents... Et franchement, pour un modèle qui aura 8 ans...!! N.B.: Preuve d'"approximations" de votre part (et de bien d'autres essayeurs, lus ça et là...), il ne s'agit pas d'"alcantara" dans l'habitacle, mais de "nubuck"... Ce qui n'est pas du tout la même chose ! C'est comme confondre "cuir" et "simili-cuir"...!
avatar de Impartialité
Impartialité a dit le 27-11-2017 à 22:05
Pour être propriétaire d'une v60 "polestar", je puis affirmer que je ne suis nullement d'accord avec les les "défauts" constatés par l'essayeur...! Tout d'abord, les suspensions sont fermes mais confortables... (Avec d'ailleurs, 20 possibilités de tarage - manuel - par roue !). Même sur mauvaises routes ! (Ce que confirme également le "Moniteur Automobile" belge). Je suis d'ailleurs "bluffé" par le confort d'une telle sportive ! En cela, elle est et reste bien une Volvo ! Je la trouve même plus confortable que ma précédente V40 D4 "R-Design" montée en 18'... Ensuite, la direction possède 3 modes de réglage... Le mode "moyen" est parfait pour moi... (L'essayeur le savait-il au moins...?!?). "Manque d'endurance des freins"...!?! Avec des freins "Brembo" à six pistons par roue, sur des suspensions "Öhlins", le tout étudié pour rouler sur circuit, comment peut-on raconter cela...?? Par contre, au vu de ce qu'il est dit : "course de pédale longue"; je pense que votre voiture...