Essai VOLVO S80 D5 205 ch

Vincent Desmonts le 27/07/2009

Avec ce moteur D5 nouvelle génération, la Volvo S80 rattrape son retard sur ses grandes rivales d'Outre-Rhin, en boostant la puissance tout en réduisant les consommations.

Voir la vidéo en HD

Présentation

Si, si, vous avez bien sous les yeux la Volvo S80 restylée ! Un restylage aussi discret que précoce, la S80 ayant été lancée à l'été 2006. Les designers se sont contentés d'apporter quelques chromes supplémentaires et un logo de calandre agrandi à l'extérieur, ainsi qu'une nouvelle console centrale et une instrumentation revue à l'intérieur. Mais ce léger lifting de la Volvo S80 est surtout l'occasion de lancer les nouveaux moteurs diesel D5. Une génération entièrement inédite, puisque même le bloc et l'embiellage ont été revus. S'il compte toujours 5 cylindres et 2 400 cm3, le D5 a revu sa puissance à la hausse (205 chevaux contre 185 auparavant) et ses consommations à la baisse (moins 0,6 l/100 km sur cette version à boîte automatique). Les émissions de CO2 chutent également, mais pas au point d'échapper au malus écologique. La Volvo S80 D5 voit ses performances progresser, tandis que le caractère du moteur a évolué, avec un son plus rauque et une meilleure disponibilité à bas régime. Volvo a également retravaillé le châssis de la S80 dans le sens d'un confort plus douillet qui sied mieux au caractère raffiné de la grande Volvo. Pour ceux qui souhaiteraient une tenue de route plus incisive, la S80 propose désormais un châssis sport (300 euros). Hélas, cette option dégrade sensiblement le confort aux places arrière. Est-ce bien raisonnable sur une berline haut de gamme ? La nouvelle Volvo S80 D5 est disponible à des tarifs oscillant entre 40 300 et 55 900 euros.

Voir plus de photos

Design extérieur et intérieur

Lancée à l'été 2006, soit voici à peine trois ans, la Volvo S80 n'avait pas vraiment vieilli. La firme suédoise s'est donc contentée du service minimum pour ce restylage précoce, qui aura surtout le mérite de faciliter la distinction entre les S80 D5 de précédente génération (163 et 185 ch) et les S80 dotées du nouveau D5. Des nouvelles versions qui se remarqueront à leurs touches de chrome supplémentaires (bouclier avant, bas des portières, feux arrière) ainsi qu'à leur logo de calandre agrandi. Mais rien qui ne rendra jaloux votre voisin : la Volvo S80 reste une grande berline discrète et sans ostentation. L'habitacle reste quant à lui fidèle aux principes du design scandinave, avec un subtil mélange de présentation raffinée, de matériaux au toucher agréable, de coloris reposants et d'astuces comme cette console centrale fine. Une console centrale d'ailleurs redessinée, tout comme les compteurs et le volant. Les sièges arborent quant à eux une forme plus enveloppante, censée mieux maintenir le corps en virage.

Mécanique et châssis

Volvo claironne que son nouveau moteur diesel ne reprend du précédent « que le nombre de cylindres et le sigle D5 »... et c'est vrai. Le bloc a été profondément revu (jusqu'aux canaux de refroidissement) et l'embiellage a été renforcé. L'alimentation est désormais confiée à une rampe commune à 1 800 bars et à des injecteurs piézoélectriques d'une grande réactivité, capables de générer jusqu'à 7 injections par cycle. Enfin, le D5 se dote d'une double suralimentation séquentielle, avec un petit turbo réactif à bas régimes, et un turbo plus gros pour délivrer de la puissance à hauts régimes. La pression de suralimentation globale peut ainsi atteindre 1,8 bar, et la puissance culmine à 205 ch. Côté couple, le D5 n'est pas mal loti non plus, avec 420 Nm délivrés dès 1 500 tr/min. Les consommations sont en baisse : elles passent de 6,4 à 6,2 l/100 km sur la version à boîte manuelle, et de 7,3 à 6,7 l/100 km avec la boîte automatique. Les émissions de CO2 sont réduites à 164 g/km (178 avec la boîte auto), mais pas encore assez pour échapper au malus écologique de 200 euros (750 euros avec la boîte auto). Pour l'éviter, Volvo a prévu une version simple turbo du D5, simplement baptisée 2.4D, forte de 175 ch et ne rejetant que 155 g/km. Enfin côté châssis, la Volvo S80 laisse désormais le choix entre un châssis standard au confort accru (ressorts et amortisseurs plus souples) et un châssis sport optionnel, incluant un rabaissement de la caisse, des ressorts et amortisseurs affermis, des barres antiroulis majorées et une direction plus directe.

Sur la route

L'option châssis sport ne transforme pas l'imposante Volvo S80 en kart : même avec des liaisons au sol affûtées, la grande Volvo peine à se départir d'une certaine nonchalance. Mais elle devient plus plaisante à mener sur les routes secondaires, avec un comportement plus équilibré, un train avant plus incisif et une direction plus réactive. Revers de la médaille : le raffermissement des suspensions se fait assez nettement ressentir aux places arrière. Les occupants de la banquette trouveront que cette Volvo S80 souffle le chaud (des sièges très confortables) et le froid (les réactions sèches de la suspension). Bien inconvenant de la part d'une grande berline ! On préférera donc le confort feutré du châssis normal, ce qui permettra accessoirement d'économiser 300 euros. De la même manière, les trois réglages de l'assistance de direction apparaissent bien superflus : seul l'effort à fournir au volant varie, pas le ressenti d'adhérence du train avant. Autant opter pour le réglage d'assistance maximal ! C'est dans cette configuration ouatée que l'on appréciera le mieux la force tranquille du nouveau moteur D5. Associé à la boîte automatique à 6 rapports (un peu indolente, il faut bien l'admettre), il prodigue de bonnes reprises et des accélérations convaincantes. Le tout en maîtrisant ses vibrations et en émettant une sonorité toujours particulière. Loin de ces berlines qui revendiquent une sportivité qui paraîtra déplacée à certains, la Volvo S80 s'apparente donc plutôt à ces haut de gamme mettant l'accent sur le confort et la sécurité, à la manière de la récente Mercedes Classe E.

À retenir

Avec ce moteur D5 nouvelle génération, la Volvo S80 rattrape son retard sur ses grandes rivales d'Outre-Rhin, en boostant la puissance tout en réduisant les consommations. Dommage que la firme suédoise n'ait pas poussé la logique plus loin en optant pour un « downsizing » qui aurait permis des progrès plus spectaculaires en matière de sobriété. En l'état, la nouvelle Volvo S80 D5 représente une alternative originale et douce à vivre à des Allemandes manquant parfois d'originalité. Plutôt spacieuse, confortable (préférez le châssis confort !) et proposée à des tarifs un peu plus amicaux, la S80 mérite que l'on s'y intéresse.
points fortsConfort (avec châssis confort), puissance en hausse et consommations en baisse, comportement routier sécurisant, douceur de conduite, présentation soignée, finition raffinée.
points faiblesIntérêt discutable du châssis sport, conduite encore peu amusante, boîte automatique un peu lente, direction peu informative, coffre moyen.
11.6

20
Les chiffres
Prix 2009 : 47 600 €
Puissance : 205 ch
0 à 100km/h : 8.5s
Conso mixte : 6.7l/100
Notre avis
Agrément de conduite : 13/20
Sécurité active et passive : 16/20
Confort et vie à bord : 17/20
Budget : 13/20

Autres articles pouvant vous intéresser

VOLVO S80
VOLVO S80

La Volvo S80 offre un bon compromis entre confort et comportement routier....

VOLVO S60 T8 Polestar Engineered
VOLVO S60 T8 Polestar Engineered

Hybride rechargeable, la mécanique combinant essence et électricité de la...

VOLVO V60 D4 Geartronic 8 Inscription Luxe
VOLVO V60 D4 Geartronic 8 Inscription Luxe

Au conformisme un peu austère des breaks allemands, la Volvo V60 répond avec...

Tous les essais VOLVO
JAGUAR XE SV Project 8
JAGUAR XE SV Project 8

Les opérations spéciales de Jaguar n'auront jamais aussi bien porté leur nom...

BMW 840d xDrive Gran Coupé
BMW 840d xDrive Gran Coupé

La BMW Série 8 complète sa gamme avec cette élégante carrosserie à quatre...

ASTON MARTIN V8 Vantage AMR
ASTON MARTIN V8 Vantage AMR

Dès le lancement de la nouvelle V8 Vantage, Aston Martin avait assuré qu'une...

Tous les essais

Avis des propriétaires

Commentaires