Essai RENAULT Avantime

Jean-François Destin le 11/07/2001

La Renault Avantime, véhicule quasi futuriste à mi-chemin entre le coupé et le monospace, traduit la volonté de Renault de réinventer le haut de gamme.

Présentation

Renault Avantime: presque trop audacieux Contrairement à Peugeot qui s'inspire du prestige statutaire des spécialistes allemands, Renault a choisi la voie courageuse de l'innovation stylistique et technique. Et accepté en corollaire de prêter le flanc à la critique. Prévu à la rentrée 2000, la Renault Avantime que certains n'hésitent pas à baptiser "Aftertime" a dû être retardé d'un an en raison de la complexité de sa mise au point. La double articulation de ses énormes portières (unique au monde), l'absence de pied milieu, l'implantation de la superstructure en aluminium, le toit vitré panoramique, les ceintures de sécurité intégrées aux sièges et un dessin complexe du hayon ont été quelques uns des casse-tête auxquels se sont heurtés les ingénieurs de Matra. En 2001, Renault martèlait que tous les problèmes furent réglés dès septembre 2001, mais compte tenu de la finition légère de nos modèles d'essai, nous avions conseillé aux internautes intéressés d'attendre un peu avant de passer commande.

Exclusif, l'Avantime offre beaucoup de sensations inédites (luminosité, champ de vision, assise à une hauteur idéale) mais présente aussi quelques surprenants inconvénients comme le manque de place pour les jambes à l'arrière, la suspension pas très confortable et un comportement sécurisant mais plutôt pataud. Ce "coupé-space" a eu aussi le désavantage d'être en vente uniquement avec le 6 cylindres PR (Peugeot/Renault) en septembre 2001. Il a fallu attendre la fin de l'année pour voir apparaître un inédit 2l turbo de 165 ch et une boite automatique avec commande impulsionnelle qu'il aurait été souhaitable de proposer dès le lancement avec le V6. Quant au diesel, un quatre cylindres de 150 ch a été annoncé mollement pour 2002.

RENAULT Avantime RENAULT Avantime

Design

"Nous avons observé ce que faisaient les autres pour ne pas les imiter" Pour Thierry Metroz, responsable chez Renault du projet design Avantime, il fallait avant tout surprendre. "Ainsi en découvrant l'arrière, on ne doit pas deviner à quoi ressemble l'avant" poursuit le styliste.

Cette dichotomie volontaire assure avec éclat une silhouette à nulle autre pareille. L'Avantime ne passera jamais inaperçu dans la trafic. Sa hauteur inhabituelle (1.62m), sa largeur généreuse (1.82m), la découpe futuriste de son hayon avec cette custode arrière en rotonde suffisent à lui donner une majesté naturelle. S'ajoutent pour le plaisir de l'oeil l'absence de pied milieu (très fort lorsqu'on sait que l'Avantime satisfait aux crash-tests latéraux) et une superstructure légère en aluminium enserrant un toit entièrement en verre de ...1,7m2! Un matériaux sophistiqué baptisé Vénus 35 chez Saint Gobain a du être spécialement traité pour filtrer le rayonnement et éviter que l'habitacle ne se transforme en sauna.

Habitacle

Pour s'installer, il faut d'abord manipuler les énormes portières dont la longueur (1.40m) et le poids (55 kg) ont nécessité une double articulation (une exclusivité Matra). Cette complexe cinématique permet d'éviter une ouverture trop large (gênante dans les parkings) tout en préservant une bonne accessibilité à l'avant. Une belle réalisation toutefois ternie par le bruit de vitre mal fixée marquant chaque claquement de portière. Pas vraiment high-tech pour une voiture de ce prix. Comme si l'on accédait à une salle de spectacle, l'Avantime vous place dans des conditions idéales pour rester en prise directe avec l'environnement. La position légèrement surélevée des sièges, l'aisance en largeur et l'immense surface vitrée libérée des montants latéraux vous offrent une vision panoramique 16/9 de la route et du paysage. D'autant qu'il suffit de lever la tête pour apercevoir le sommet des arbres et le ciel bleu. A l'arrière, les occupants placés encore un peu plus haut (le principe des gradins) partageront encore davantage ce contact avec l'extérieur mais les personnes de grande taille regretteront le confort et le manque de place pour les jambes, les pieds ne pouvant se glisser sous l'assise des sièges avant.

L'été, tous adhèreront à la touche "grand air" qui permet en quelques secondes d'ouvrir les toits et toutes les vitres latérales rapprochant ainsi l'Avantime d'un cabriolet de luxe. Après essai, cette fonction n'est valable que par une température élevée et à petite vitesse compte tenu de l'importance des courants d'air. Paradoxe: le conducteur pourtant entouré d'une surface vitrée record aura bien du mal à situer les obstacles de trois quart arrière: le prix à payer pour bénéficier d'une poupe exclusive. Trop proche de celle de l'Espace, la planche de bord contribue à l'effet volume du véhicule. C'est un peu froid mais clair net et fonctionnel, l'Avantime proposant par ailleurs 27 dm3 de rangements divers dont un énorme tiroir central. Enfin le volume du coffre peut, par le jeu du basculement 2/3 1/3 des sièges arrière, passer de 530 à 900 dm3 et dégager le cas échéant un plancher plat de chargement.

Moteur

Renault a naturellement choisi de motoriser l'Avantime de l'unique 6 cylindres de sa banque d'organes (le PR étudié en commun avec Peugeot). Il était exclu (faute de place) et trop tôt d'envisager le montage du puissant V6 3.5l Nissan que l'on retrouve sous le capot de Vel Satis. Associés à une boite mécanique à 6 rapports un peu longs, les 210 ch du V6 PR ont bien du mal à dynamiser les 1778 kg de l'Avantime. Cela se ressent en reprises pour peu que le conducteur ait tardé à rétrograder. La boite automatique procure sans doute un meilleur agrément de conduite. A noter aussi que nos essais ont été perturbés par des à-coups moteur à bas régime. Quant à la consommation, elle devrait se situer entre 12 et 14 litres aux cent selon les performances demandées.

Equipements

Dès le modèle de base "Dynamique", l'Avantime cumule un "pack" d'options très complet comprenant les 6 airbags (frontaux, latéraux et rideaux de tête), le contrôle dynamique ESP, l'antipatinage ASR, la direction à assistance variable, la condamnation centralisée des portes, du hayon et de la trappe à essence par télécommande radio, la climatisation régulée, les quatre vitres et rétros dégivrant et rabattables à commande électrique, la sellerie cuir/tissu, l'ordinateur de bord, l'autoradio CD, le toit ouvrant panoramique, les 4 stores de toit dont deux électriques, le régulateur de vitesse et le volant réglable en profondeur. Les principaux suppléments de la finition "Privilège" se limitent à un autoradio plus puissant, un cuir de meilleure facture et le système Carminat Navigation.

Marketing

Depuis plusieurs années, Renault joue des coudes pour s'extraire du moule parfois encombrant du constructeur généraliste et tenter de se rapprocher des intouchables spécialistes allemands que sont Audi, BMW et Mercedes. Une stratégie de grande envergure a été mise au point pour valider d'audacieuses propositions stylistiques (Avantime, Vel Satis, Nouvel Espace). Elle vise à offrir une alternative à ceux qui souhaitent accéder à un haut de gamme plus novateur que statutaire. En délaissant le slogan "les voitures à vivre" au profit de "créateur d'automobile", Renault profitant de sa nouvelle dimension planétaire (cf: le rachat de Nissan) tente d'aller moissonner sur les terres de Saab, Volvo, Rover voire Audi tout en prenant ses distances vis à vis de PSA (Peugeot/Citroën). Une émergence nécessitant l'information d'une clientèle potentielle que Renault assimilait il y a quelques mois aux "Bobos", entendez les bourgeois/bohèmes! Issus de la génération frondeuse de mai 68, ces anti-conformistes comme rectifient aujourd'hui les "marketeurs" veulent vivre l'automobile autrement. C'est l'avis de François Hinfray, directeur général adjoint de Renault SA qui précise: "En 2001, le luxe se libère des conventions et se vit plus qu'il ne s'affiche".

La cible restant toutefois un peu floue et difficile à cerner, une opération de marketing sans précédent a été entreprise. Ainsi est née début 2000 Sign(e), une revue un peu pompeuse mais riche et foisonnante d'informations sur la mode, l'architecture, la sculpture, la peinture, la gastronomie, le design industriel etc...) et bien sur l'automobile vue par Renault, l'Avantime s'inscrivant dans le droit fil des nouvelles tendances. Edités chaque fois en deux langues (pour la France en français et en allemand), quatre numéros de Sign(e) ont été envoyés dans toute l'Europe à intervalles réguliers aux acheteurs potentiels de l'Avantime. Diffusé à 20.000 exemplaires pour le N°1 et à 80.000 pour le quatrième, ils ont permis de détecter 40.000 acheteurs potentiels d'Avantime en Europe dont 15.000 en France. Un cinquième numéro est également paru lors de la sortie de l'Avantime en 2001. A noter que ceux qui n'ont pas la chance d'être sur le "listing" de Sign(e) peuvent s'informer sur Avantime en composant le 00.800 11.66 11 66 ou www.avantime.renault.com.

RENAULT Avantime RENAULT Avantime

Renault / Matra

Exemplaire depuis 1983 et l'étude de l'Espace (800.000 exemplaires vendus à ce jour!), l'entente des deux firmes a démontré les vertus d'une complémentarité entre l'audace et la souplesse d'une PME imaginative et la puissance industrielle d'un grand constructeur. Alors que le fabuleux succès de l'Espace a conduit Renault à rapatrier la fabrication du modèle suivanten 2002 à Sandouville près du Havre, Matra a vu dans l'Avantime une opportunité de pérenniser et de moderniser les chaînes de fabrication maison à Romorantin et de maintenir l'emploi. La complexité du véhicule et la cadence de fabrication limitée (20.000 exemplaires par an et 9000 en 2001 entre septembre et décembre) militaient aussi pour un partage équitable des charges financières et des risques entre les deux marques, Matra restant responsable du développement et de l'industrialisation de l'Avantime. A noter que le fait d'avoir utilisé la plate-forme modifiée de l'Espace a permis de limiter l'investissement à 259 millions d'euros.

À retenir

Le succès de l'Avantime est dû à son architecture unique et aux sensations de liberté qu'il procure à ses occupants. Pour bénéficier de cette enveloppe quasi spatiale, les propriétaires ont accepté ses imperfections, voire ses défauts de jeunesse. Au milieu des années 80, la calamiteuse fiabilité de l'Espace à ses débuts ne l'a pas empêché de trouver une clientèle fidèle, prête à tout pardonner pour circuler à bord d'un concept automobile inédit.
points fortsPoints forts: Concept innovant, design audacieux et novateur, qualité de vie à bord, champ de vision exceptionnel (sauf 3/4 arrière), comportement routier neutre et sûr, freinage puissant, direction agréable, équipements.
points faiblesPoints faibles: amortissement perfectible, suspension trépidante, poids élevé, finition parfois légère, places arrières peu confortables, mauvais rapport dimensions/habitabilité, accès aux places arrière.
Les chiffres
Prix 2001 : 40 735 €

Autres articles pouvant vous intéresser

RENAULT Mégane RS Trophy 300 ch
RENAULT Mégane RS Trophy 300 ch

Très attendue, cette version de la Mégane bénéficie d'une mécanique et d'un...

RENAULT Megane IV R.S.
RENAULT Megane IV R.S.

Voici tout juste 14 ans que la firme au Losange propose une Mégane signée...

RENAULT Talisman 1.6 TCe 200 ch
RENAULT Talisman 1.6 TCe 200 ch

Dans la catégorie des familiales, les allemands font la loi. Pour contester...

Tous les essais RENAULT
VOLKSWAGEN T-Roc R
VOLKSWAGEN T-Roc R

Volkswagen lance une version sportive de son petit SUV. Chic, stylé et...

PORSCHE Cayenne Coupé Turbo
PORSCHE Cayenne Coupé Turbo

Il lui en a fallu du temps ! Le Porsche Cayenne cède enfin à la mode du coupé...

BMW M135i xDrive (F40)
BMW M135i xDrive (F40)

La BMW Série 1 fait sa révolution. Exit la propulsion et les 6-cylindres, et...

Tous les essais

Avis des propriétaires

Commentaires