Essai PGO Hemera

David Lamboley le 25/04/2011

La PGO Hemera, c'est l'alternative "made in France" pour qui veut rouler décalé et sympa tout en préservant plaisir au volant et bonnes relations avec son banquier…

Voir la vidéo en HD

Présentation

Le coupé PGO Hemera, version coupé de la Speedster 2, n'a pas besoin d'un aileron démesuré ou d'une peinture mate pour ressembler à un ovni. Originale, un brin baroque, elle interprète très librement les traits de la Porsche 356. L'Hemera étonne aussi par sa compacité : elle est à peine plus grande qu'une Mini actuelle. Sa bouille rondouillarde et ses voies larges, on connaît déjà. Tout comme l'habitacle, caractérisé par une instrumentation et une planche de bord aux forts accents rétro. Pour le reste, c'est-à-dire la partie arrière, c'est original, voire particulier, avec une ligne oscillant entre le break de chasse et le coupé. Toute la poupe est redessinée de façon à gagner en luminosité et en volume, et ce malgré la présence du moteur en position centrale arrière. Cette disposition autorise d'ailleurs un comportement enjoué, sportif, sans filtre, un caractère comme on n'en trouve plus !

La PGO Hemera est en effet une propulsion dénuée de toute assistance électronique. Sa mécanique vivante qui monte joyeusement dans les tours, son comportement parfois viril, bref, son caractère délicieusement imparfait est une bouffée d'air frais dans le paysage automobile actuel. Car chez PGO, pas d'hypocrisie. Les qualités intrinsèques du coupé Hemera, et notamment son architecture légère et son petit moteur, suffisent à préserver des consommations raisonnables tout en offrant une vivacité surprenante. Si PGO n'a certes pas inventé le précepte du « Light is Right » propre à la marque Lotus, la démarche y ressemble. La petite Gauloise, qui repose sur un châssis tubulaire habillé d'une carrosserie en composite, préserve une légèreté qui fait souvent défaut aujourd'hui chez les petites sportives. Avec seulement 980 kg sur la bascule, le 2 litres Peugeot développant 140 ch n'a aucun mal à emmener la bestiole à 215 km/h, et permet un 0 à 100 km/h en moins de 7 secondes. Au delà des performances et des aptitudes dynamiques, c'est bien de plaisir et d'originalité dont il s'agit à bord de l'Hemera. Alors à 33 333 euros, elle ne fait pas payer son exclusivité à prix d'or.

Voir plus de photos

Design extérieur et intérieur

Lorsque l'on tombe nez à nez avec la PGO Hemera, on croit tout d'abord à une énième mais néanmoins sympathique réplique de Porsche 356. Mouais… La face avant ne trompe pas, on reconnaît aisément les traits de l'icône allemande, maintes fois copiée, calquée ou interprétée. C'est ce dernier terme qui colle toutefois le mieux à la bestiole rouge qui nous intéresse aujourd'hui. La PGO Hemera, rappelons-le, est une déclinaison du Speedster 2, elle-même une interprétation assez libre de la Porsche 356, une auto « répliquée » autrefois par le petit artisan français. La bouille reprend les galbes de l'ancêtre, mais les optiques recouvertes de polycarbonate ne trompent pas : nous sommes bien au 21e siècle. Idem pour les voies, franchement larges, les roues ou les rétroviseurs, un accastillage qui n'a rien de rétro. Bref, toute la face avant et les proportions générales sont très proches du Speedster 2.

Pour le reste, c'est à dire la partie arrière, bienvenue dans un autre monde ! Carrément osée, la ligne de toit descend en pente douce jusqu'à une bulle arrière en plastique en forme de griffe. Elle est le point d'orgue d'une poupe évasée, façon plus ou moins « boat tail » puisque laissant apparaître les galbes musclés des ailes arrière. Ces formes originales prennent encore de l'ampleur avec cette partie arrière tronquée, ce qui donne finalement à l'Hemera un profil de break de chasse ! Notons que PGO a réussi un tour de force en créant une auto véritablement originale, d'aucuns préfèreront le terme « baroque », tout en gardant la signature maison, autrement dit cette face avant néo-rétro commune à toutes les autos de la marque. L'intérieur, lui, ne s'éloigne guère de la version découverte. On retrouve une planche de bord aux accents rétro, couleur carrosserie, et des éléments empruntés à Peugeot. L'équipement, complet, comprend la climatisation, l'autoradio CD MP3, les vitres électriques, la condamnation centralisée, les sièges en cuir… Le ciel de toit, en revanche, est totalement original. Une rampe de diodes bleutées, intégrée dans une applique, crée un éclairage indirect digne d'une soucoupe volante. Carrément sympa !

Châssis et moteur

Nous évoquions à l'instant la Porsche 356, une auto mythique qui a servi de modèle à la première PGO, au début des années 90. Cette première auto, très fidèle à l'originale, reposait sur un châssis de Volkswagen Coccinelle et se contentait du Flat Four de la donneuse d'organes. En 2004, changement de programme avec le Speedster 2. Si la bouille rappelle toujours la 356, les lignes sont plus librement interprétées, et surtout l'antique châssis et moteur Cox sont relégués aux oubliettes au profit d'une structure en tube carrés maison. On le retrouve sous la carrosserie synthétique de notre Hemera. Ce châssis moderne, doté de zones de déformations programmées à l'avant comme à l'arrière, de renforts dans les portières et de trains roulants McPherson triangulés « up to date », est capable désormais de se mesurer aux bases roulantes d'aujourd'hui.

Le moteur, monté transversalement en position centrale arrière, développe 140 ch. Il s'agit d'ailleurs d'une vieille connaissance, c'est le 2 litres Peugeot emprunté à la 206 S16, idem pour la boîte. Un petit moulin comme on aime, capable de monter vaillamment dans les tours avec entrain, au-delà de 6500 tours… Miam ! Seul hic, il est assez gourmand en ville sur le papier, avec 11 litres de moyenne minimum. Et sur autoroute, la boîte mécanique à seulement 5 rapports avoue ses limites aussi bien en termes d'agrément sonore qu'en termes de consommation. Mais on se console en se disant que l'Hemera n'est pas conçue pour ce genre de terrains ! Notons qu'en option, PGO propose une boîte automatique, contre 2480 euros.

Sur la route

Le constructeur annonce des performances assez intéressantes pour ce type d'engin : un 0 à 100 km/h en 7 secondes, voilà qui fera notre affaire au quotidien et permettra de moucher les garçons coiffeurs en Z4 et en SLK. Mais plus encore que les performances pures, c'est surtout le comportement et l'ambiance au volant qui valent le détour. Franchement, très rares sont les autos de grande série capables de donner cette sensation d'authenticité, cette fraîcheur sans filtre, sauf peut-être une Caterham ou assimilée, pas vraiment de la grande série, il est vrai. Allez, osons le dire, il y a un peu de Lotus Elise dans cette PGO Hemera : dimensions, poids, architecture, puissance, performances et tarif en font des autos assez proches. Ah ! voilà déjà les chiens de garde des Clubs Lotus prêts à mordiller la jambe du journaliste. Ohh, tout doux, c'est bientôt dimanche… Oui, c'est un joli compliment pour l'Hemera, certes, mais ne nous emballons pas.

Même si les trains roulants, plutôt affûtés, sont du genre modernes –tout est relatif, bien entendu-, le comportement s'avère moins efficace à la limite et même avant, à cause d'une direction au feeling étrange, surassistée, qui ne permet pas de bien juger les actions au volant, et parce que le train avant est réglé trop sous-vireur. Etant donné la philosophie de l'engin, nulle critique à cet égard, le contraire eut été surprenant de la part de PGO étant donné le public ciblé. Toutefois, une fois le mode d'emploi de l'Hemera assimilé, on se prend à jouer les équilibristes à petite vitesse sans forcer son talent, les joies de la propulsion aidant… Le petit insecte, court d'empattement, vif et bien équilibré grâce à son moteur monté en position centrale arrière, picotte parfois mais n'a -heureusement ou pas- rien de venimeux. On s'étonnera même de son comportement global très sain, civilisé, presque confortable, tout ceci bien sûr aux allures usuelles. Les amateurs d'autos vintage seront plus sensibles que les autres aux petits bruits annexes durant la conduite, ces petits sons métalliques et ces claquements que l'on nomme défauts dans les voitures de grande série, mais qui font tout le charme d'un engin artisanal tel que l'Hemera. Bref, au volant, on ne s'ennuie pas, et les passants ne s'ennuient pas non plus en vous voyant passer en vrombissant joyeusement. Tout le monde y trouve son compte !

À retenir

Sous ses airs rétro et malgré son comportement qui peut être à la demande assez ludique, la PGO Hemera n'a rien d'un coupé qui traîne tous les défauts d'une autre époque. Son châssis moderne et son moteur central arrière plein d'entrain en font une auto presque moderne capable de tenir tête à bon nombre de coupés sportifs actuels. Et avec un style unique et un tarif raisonnable, s'il-vous-plaît. Véritablement inclassable, cette petite bébête…
points fortsAuto originale et amusante, tradition artisanale française, performances intéressantes.
points faiblesInsonorisation faible, finition imparfaite, image.
12.3

20
Les chiffres
Prix 2008 : 33333 €
Puissance : 140 ch
0 à 100km/h : 7s
Conso mixte : 8.2l/100
Notre avis
Agrément de conduite : 13/20
Sécurité active et passive : 12/20
Confort et vie à bord : 10/20
Budget : 13/20

Autres articles pouvant vous intéresser

PGO Cévennes
PGO Cévennes

Malgré ses airs de voiture exotique, la PGO Cévennes se révèle plutôt...

Tous les essais PGO
VOLKSWAGEN T-Roc R
VOLKSWAGEN T-Roc R

Volkswagen lance une version sportive de son petit SUV. Chic, stylé et...

PORSCHE Cayenne Coupé Turbo
PORSCHE Cayenne Coupé Turbo

Il lui en a fallu du temps ! Le Porsche Cayenne cède enfin à la mode du coupé...

BMW M135i xDrive (F40)
BMW M135i xDrive (F40)

La BMW Série 1 fait sa révolution. Exit la propulsion et les 6-cylindres, et...

Tous les essais

Avis des propriétaires

Commentaires

avatar de Mr Horsepower
Mr Horsepower a dit le 27-04-2012 à 10:36
Je pense que steeve parlait de la 356... l'idée PGO n'est pas mauvaise, le dessin est audacieux mais pour ce qui est de la qualité perçue... un dirait que c'est fini avec les pieds...le rapprochement entre la construction d'une voiturette et l'aspect de l'assemblage des panneaux de carrosserie de l'hemera et du reste de la production de PGO d'ailleurs est assez similaire... dommage...
avatar de dlambo
dlambo a dit le 03-05-2011 à 22:20
A tort ou à raison, PGO persiste malgré une situation financière difficile. Mais je ne suis pas d'accord avec ce que vous avancez : la stratégie des dirigeants, c'est justement de capitaliser sur un style et une architecture désormais appréciée par une clientèle sensible à ce genre d'autos artisanales tout en évitant de dépenser des sommes folles pour développer un tout nouveau modèle. Pour une fois que les français font aussi bien que les anglais dans cette niche particulière, il faudrait plutôt saluer leur ténacité…
avatar de dlambo
dlambo a dit le 02-05-2011 à 15:14
Salut trimar42. PGO m'a viré 33 333 euros sur mon compte aux îles Cayman, comment l'avez-vous deviné ? Bon, je n'ai pas tout compris à votre intervention, hormis le fait que la PGO Hemera, ce n'est pas votre tasse de thé. Le "2 fois moins cher chez Lotus ", précisez "d'occasion". Et chez Boxster, ils font quoi déjà ?
avatar de dlambo
dlambo a dit le 02-05-2011 à 15:10
Salut Steeeeeves. Le seul dérivé de 956 que je connaisse est la 956 B, mais il n'a vraiment rien de douteux. D'ailleurs quel rapport entre l'Hemera et un sport-proto des années 80 ??
avatar de trimar42
trimar42 a dit le 30-04-2011 à 23:37
ave article , papier , billet , notice publicitaire ? je cherche le qualificatif pour ce " ......... " bel effort décalé pour PGO qui ne comprend RIEN au désir de sa cible de clientèle : personne , dont je suis , ne mettra 33 K euro ds cette voiture , quand on trouve + performant , plus " décalé " , et 2 fois moins cher cher Lotus , ou mm chez Bosxter !