< retour

Essai PEUGEOT 206 RC

Jean-François Destin le 14/04/2003

La Peugeot 206 doit son immense succès à son look, son agrément de conduite, l'étendue de sa gamme mais aussi aux titres de championne du monde des rallyes obtenus par la WRC.

Présentation

Et précisément, après la S16 138 chevaux qui était jusqu'ici la 206 la plus pointue de la gamme, Peugeot s'est enfin décidé à capitaliser sur son image compétition en proposant une Peugeot 206 RC 2l de 180 chevaux. On est loin des 300 chevaux de la WRC de course mais à l'heure où s'intensifie la chasse aux excès de vitesse, la firme française a voulu ne prêter le flanc à aucune critique des pouvoirs publics.

Dans un autre contexte, il est probable que Peugeot nous aurait concocté une version de 200 chevaux plus méchante et pimentée. Les clients de la RC pourront néanmoins rouler (sur circuit !) à 220 km/h et passer de 0 à 100 km/h en 7,4s. Voulant transmettre un message "politiquement correct", le constructeur français présente d'ailleurs la RC comme une berline rapide coiffant la gamme. Les signes sportifs distinctifs sont ainsi plus nombreux à l'intérieur qu'à l'extérieur. Sur la Peugeot 206 RC baptisée ainsi pour établir un lien avec la WRC de rallye, on ne trouve évidemment pas de boite à 6 rapports ni de transmission intégrale, ni même de châssis sport car il fallait rester dans des prix compétitifs (21.500 €) face à des concurrentes comme la Renault Clio RS (21.950 €) ou la Mini Cooper S (21.400 €).

PEUGEOT 206 RC PEUGEOT 206 RC

Design

Ceux qui auraient apprécier une silhouette proche de celle de la WRC seront déçus de cette robe pour le moins anonyme. Peugeot explique qu'il fallait éviter les signes ostentatoires. Certes mais la clientèle visée n'a t-elle pas envie de faire savoir qu'elle est au volant d'une 206 pas comme les autres? Outre le léger restylage qui concerne toute la gamme, la RC devra donc se contenter d'ailes avant élargies, d'une double sortie d'échappement chromée, d'un large becquet en polyester recouvert de fibre de verre (il apporte 25 kilos de charge aérodynamique supplémentaire sur le train arrière à haute vitesse) et de roues en alliage de 17 pouces équipées de Pirelli P 7000 taille basse de 205/40R 17W). Et le tout est signé en bas et à droite du hayon d'un petit RC.

Habitacle

S'installer à bord satisfera davantage l'acheteur. Il découvrira d'abord les superbes baquets siglés RC. Inspirés des sièges des voitures de compétitions, ils ont été conçus pour assurer un grand confort et surtout un maintien latéral sans faille, la RC n'étant affectée d'aucun roulis dans les virages. En revanche on peut regretter le manque soutien des cuisses des grands conducteurs à cause d'une assise trop courte.

D'apparence flatteuse, ces baquets font appel au cuir à l'Alcantara et à un maillage nid d'abeille de belle facture. Le tout bordé de surpiqûres gris clair façon sellier. Chacun des deux sièges avant dispose d'un mécanisme de réglage en hauteur, d'un système à mémoire de position facilitant l'accès à l'arrière (la RC n'est en vente qu'en 3 portes) et d'un airbag latéral tête/thorax ménagé dans le dossier. A noter que la banquette arrière a été remaniée pour offrir plus de confort à deux occupants seulement, la RC étant homologuée pour 4 et non 5 personnes. Les autres évolutions à caractère sportif sont nombreuses. Citons les cadrans à fond noir mat cerclés argent et à aiguilles blanches, les pédales trouées en alu, le petit volant à jante magnésium recouvert d'un moussage spécial et d'un cuir lisse, l'efficace levier en alu raccourci de 20 mm par rapport à celui de la 206 S16 et le traitement « carbone » et métal des commandes de portes et d'aérateurs.

Châssis

En matière de suspension et liaisons au sol, Peugeot a toujours maîtrisé son sujet. Cet avantage tient essentiellement au fait que le constructeur fabrique ses propres amortisseurs. Et ce, depuis plus d'un demi-siècle. Récemment et pour des raisons d'économie, la direction générale a souhaité « externaliser » cette fabrication. Requise, la firme Sachs ne parvint pas à répondre totalement au cahier des charges Peugeot. Rien ne remplace l'expérience et on s'aperçut que pour gagner deux fois rien, on allait se priver d'un atout essentiel.

Cette parenthèse prouve s'il en était besoin que Peugeot s'est toujours attaché à offrir à la fois confort et tenue de route dès le départ. Ainsi par rapport à une 206 de base, la RC n'a pas fait l'objet de transformations profondes de son châssis et de ses suspensions. Par rapport à la S16, les épures de train ont été modifiées et les ressorts raidis pour s'adapter à la généreuse monte de pneumatiques. Pour maintenir le guidage du train arrière sous effort transversal, le train reçoit deux tirants supplémentaires qui relient les bras de suspension à une chape en alliage léger solidaire de la traverse. On trouve aussi des barres antidévers différentes pour augmenter la motricité. La 206 RC hérite en série d'un antipatinage et d'un ESP déconnectable depuis le tableau de bord.

Moteur

Il s'agit d'un dérivé du 2 litres de 135 chevaux de la S 16. Les 45 chevaux supplémentaires traduisent le travail de préparation du haut moteur (culasse, admission, échappement, gestion électronique). Ainsi par exemple, l'arbre à cames de l'admission est équipé d'un système de distribution à calage variable en continu. Ce qui induit une remplissage optimal des chambres de combustion au profit d'un moteur souple à bas régime (nous avons pu le vérifier) et puissant. Evoquons encore la culasse et les pistons en alu et l'injection séquentielle phasée Magnetti Marelli de dernière génération.

Curieusement, ce 2 litres (le plus puissant de la gamme Peugeot actuellement) n'est pas associé à une boite à 6 rapports. Si le surcoût figurait parmi les inconvénients, l'encombrement lié à la présence de ce 6 ème rapport aurait pénalisé le braquage des roues à gauche ! dixit Peugeot. Conscients qu'il fallait offrir une exploitation sportive de ces 180 chevaux, les techniciens se sont quand même penchés sur la transmission en rallongeant le 1er rapport et en rapprochant les 4 autres. Une bonne idée qui permet notamment dans les épingles serrées de pouvoir raccrocher la 1ère et relancer prestement la voiture.

Sur la route

La première bonne surprise vient du calage du corps dans le siège baquet et d'une position de conduite quasi idéale. Le court levier tombe bien sous la main et les quatre cadrans se repèrent facilement. La deuxième découverte concerne la longueur de la première (à 7000 tours, on atteint 66 km/h) et des autres rapports bien étagés. Le 2 litres émet un son enthousiasmant (surtout entre 3000 et 5000 tours) et la cadence peut s'accélérer.

Comme toujours chez Peugeot, la tenue de route rassure d'emblée et grâce à la stabilité des trains et à l'absence presque totale de roulis, les virages s'enchaînent avec facilité si l'on accepte d'encaisser la pression latérale. Parmi les déconvenues, signalons un manque de caractère de l'auto qui va vite mais ne procure pas de sensations très sportives et une suspension sèche. L'endurance des freins nous a paru également insuffisante alors que l'attaque de la pédale fait bonne impression. Enfin la direction à assistance variable apparaîtra un peu pesante en ville. Une bonne note pour la commande de boite précise et bien guidée.

PEUGEOT 206 RC PEUGEOT 206 RC

Equipements

La RC reçoit en série une direction à assistance variable, quatre airbags (frontaux et latéraux tête/thorax), une climatisation automatique, un pare-brise athermique, un autoradio CD, un essuie-glace automatique avec capteur de pluie, un allumage automatique des projecteurs et des feux de détresse (en cas de freinage brutal), des rétroviseurs rabattables électriquement et un filet de retenue des bagages dans le coffre.

À retenir

On peut espérer que Peugeot travaille sur une super RC plus proche du modèle de rallye. Cette « sportive » endimanchée nous a laissé un peu sur notre faim ou alors il fallait l'appeler GT et non RC. Quitte à cacher son jeu, il faut aller jusqu'au bout. Dans cet esprit, Renault avec son excellente RS (l'édition limitée Ragnotti n'étant plus au catalogue) a mieux géré l'affaire en laissant de côté l'image sportive pure et dure. Quant à l'autre grande rivale, la Cooper S, elle possède un atout majeur avec son look néo/rétro très tendance dont les jeunes et les femmes raffolent. En conclusion, Peugeot devra argumenter pour vendre les 3000 RC prévues en France chaque année.
points fortsBon châssis, tenue de route, comportement à l'attaque, performances, présentation intérieure.
points faiblesConfort spartiate, endurance des freins, direction en ville, pas de boite 6, carrosserie trop anonyme.
Les chiffres
Prix 2003 : 21 500 €
Puissance : 180 ch
0 à 100km/h : 7.4s
Conso mixte : 8.6l/100

Autres articles pouvant vous intéresser

PEUGEOT 508 SW PureTech 180 EAT8 GT Line
PEUGEOT 508 SW PureTech 180 EAT8 GT Line

Dans un segment dominé par le conformisme, le nouveau break Peugeot impose un...

PEUGEOT 508 (II) 2.0 BlueHDi 160 ch Allure EAT8
PEUGEOT 508 (II) 2.0 BlueHDi 160 ch Allure EAT8

Désormais largement dominé par les marques premium, le marché des berlines...

PEUGEOT 508 GT PureTech 225
PEUGEOT 508 GT PureTech 225

C'est devenu incontournable. Les constructeurs automobiles puisent...

Tous les essais PEUGEOT
HYUNDAI Nexo
HYUNDAI Nexo

La pile à combustible est présentée par beaucoup comme le meilleur carburant...

BMW i8 Roadster
BMW i8 Roadster

Depuis quelques mois, la BMW i8 existe en roadster, déclinaison qui...

SKODA Kodiaq RS
SKODA Kodiaq RS

A contre-courant du marché, qui délaisse petit à petit les moteurs Diesel,...

Tous les essais

Avis des propriétaires

Commentaires