Essai MERCEDES GLC Coupé 250d 4Matic

Nicolas Valeano le 10/10/2016

Le format de SUV mâtiné de coupé inventé par BMW avec les X6 et X4 fait des émules ! Après le GLE Coupé, Mercedes lance sa version en réduction, le GLC Coupé. Essai en version diesel 250d.

Voir la vidéo en HD

Vive les modèles de niche

Chez les constructeurs premium allemands, on multiplie les gammes tous azimuts avec des modèles de niche et de sous-niche, histoire de répondre à tous les fantasmes des clients. Ou de les créer ! C'est ce que BMW a fait avec succès en lançant le X6, une version « coupé » de son gros SUV X5, variante déclinée par la suite en version « mini me » - la même en réduction – baptisée X4, inspirant d'évidence le grand rival de Stuttgart. Mercedes a donc répondu avec son GLE Coupé, puis le GLC Coupé qui nous occupe aujourd'hui. La marque a soif de conquête de nouveaux clients et voilà un nouveau modèle pour soutenir cette ambition, visant une clientèle plus jeune que le GLC, et pas forcément habituée à l'Etoile.

Voir plus de photos

Le club des coupés

La calandre à une barrette, une constante pour les coupés de chez Mercedes, a été adoptée ici pour rappeler d'emblée le type de carrosserie auquel on a affaire. Le bouclier est aussi un peu revu mais c'est bien entendu de profil que les vraies différences de design se dévoilent entre le GLC d'origine aux lignes de SUV classique et sa version « SUC » (Sport Utility Coupé !). On reconnaît en effet la partie avant du GLC, mais tout change à partir du pied milieu : ligne de toit descendante, béquet intégré au hayon, dimensions étirées et abaissées, tous les ingrédients sont là et l'ensemble ne manque pas d'allure. Résultat, il se montre moins massif que son grand frère le GLE Coupé, mais aussi peut-être plus harmonieux que son inspirateur, le X4. Mais cela reste une question de goût.

Pas de beauté sans sacrifices

Dans l'habitacle, sans surprise, la planche de bord est identique à celle du GLC, un peu clinquante mais spectaculaire et bien construite. Si les matériaux et la qualité de l'ensemble impressionnent, on note encore de petits détails de finition décevants, comme le plastique d'habillage de la console à l'aspect basique dans certaines configurations (plusieurs revêtements sont disponibles) et qui sonne creux et grince sous la pression des doigts. On chipote un peu ? Le slogan de Mercedes promettant « the best or nothing », n'est-on pas en droit d'être exigeant ? Question info-divertissement, on retrouve le couple écran flottant sur la planche de bord (non tactile) et commandes avec trackpad et molette, et on reste toujours un peu sceptique devant la logique des commandes du système Mercedes, pas le plus intuitif du marché. Il est ici en version Comand Online, avec écran HD de 8,4'', navigation 3D avec info trafic, Wi-Fi intégré, etc. Le combiné d'instrumentation reste quant à lui classique et bien lisible avec ses deux gros compteurs, pas d'écran numérique XXL ici comme sur la dernière Classe E. Question habitabilité et position de conduite, on est très bien pourvu aux places avant comme dans le GLC classique. Mais ce qui diffère, en toute logique, c'est l'espace disponible aux places arrière. Si l'habitabilité n'y est pas impactée pour la place aux jambes, elle l'est au niveau du pavillon. Au-delà de 1,80 m, la garde au toit commence à montrer ses limites. Le volume de chargement est lui aussi touché par les lignes de ce coupé 5 portes. Proche du GLC avec 500 l au lieu de 550, le coffre est toujours assez accessible malgré un seuil de chargement situé 10 cm plus haut. Mais ce volume est réparti pour une partie non négligeable dans un grand espace perdu sous le plancher du coffre, peu exploitable avec ses formes très irrégulières. Mercedes ne communique pas la valeur de volume de coffre au-dessus du plancher, dommage, c'est là que seront réellement les bagages des propriétaires de l'auto. Enfin, la rétrovision est bien sûr impactée par la forme très inclinée du hayon. Heureusement, la caméra de recul fait partie de la dotation de base pour tous les modèles.

Confort et dynamique maîtrisés

La plateforme de la Classe C fait merveille pour accueillir cette carrosserie haute (1,60 m) et lourde (1 845 kg) mais dont le comportement est particulièrement bien maîtrisé. Par rapport au GLC, sage mais déjà très réussi en termes de compromis efficacité/confort, le Coupé reçoit une direction un peu plus directe et surtout, de série en haut de gamme Fascination, un nouveau système de suspension pneumatique Air Body Control qui se montre particulièrement efficace. Sans pouvoir être qualifié de sportif, à l'image d'un Porsche Macan, le comportement se montre rigoureux, bien maintenu, et très agréable au quotidien. En outre, malgré les jantes AMG en 20 pouces de notre version d'essai, le confort y reste tout à fait appréciable. Sur toutes les versions, le sélecteur Dynamic Select donne à choisir parmi 5 modes de conduite, influant les réglages de réponse de la pédale d'accélérateur, de la boîte de vitesses et la direction. Sous le capot, le moteur diesel se montre puissant, efficace et discret. Le 4 cylindres 250 d 2,2 litres de 204 ch et surtout 500 Nm de couple donne droit à d'excellentes relances, très bien secondé par la boîte G-tronic à 9 rapports, impressionnante de réactivité. A noter, la sonorité et les vibrations inhérentes au moteur Diesel sont ici remarquablement filtrées.

Options sans fin

De série sur notre finition Fascination, on trouve des équipements de sécurité comme l'Intelligent Light System à LED avec éclairage actif en virage. Un équipement utile, mais aussi esthétique pour ce modèle décidément très coquet, qui inclut aussi un toit ouvrant panoramique. Mais il faut encore trop souvent recourir aux options notamment pour les équipements de sécurité et ce, même sur notre version haut de gamme. Dommage. A noter, la gamme toute en traction intégrale se verra complétée à la fin de l'année par la version 350e hybride rechargeable, puis en 2017, par les 350d à l'onctueux 6 cylindres et surtout, 43 AMG, histoire de titiller une certaine BMW X4 M40i, un défi incontournable pour le challenger à l'Etoile.

À retenir

Les sacrifices pour la ligne élancée offerte par le GLC Coupé seront acceptables pour les clients séduits : un peu moins d'habitabilité, de coffre et de visibilité, un peu plus d'encombrement et quelques milliers d'euros en sus, pour une voiture toujours confortable et efficace. Il faut souffrir pour être (plus) beau...
points fortsComportement efficace, moteur généreux, confort et insonorisation, belle présentation.
points faiblesTarif des options, équipements de sécurité en option, coffre mal exploité, visibilité arrière limitée.
15.6

20
Les chiffres
Prix 2016 : 64 700 €
Puissance : 204 ch
0 à 100km/h : 7.6s
Conso mixte : 5l/100
Notre avis
Agrément de conduite : 18/20
Sécurité active et passive : 17/20
Confort et vie à bord : 17/20
Budget : 15/20

Autres articles pouvant vous intéresser

MERCEDES AMG GLC Coupé S 63 4Matic+
MERCEDES AMG GLC Coupé S 63 4Matic+

La gamme GLC affine son design avec un restyling soigné, qui profite aussi à...

MERCEDES GLC 220 d 4matic
MERCEDES GLC 220 d 4matic

Avec son look atypique, le GLK n'a pas vraiment trouvé sa clientèle. Du coup,...

MERCEDES CLA 250 4Matic Progressive Line
MERCEDES CLA 250 4Matic Progressive Line

Mercedes renouvelle son petit « coupé à quatre portes » CLA, qui ressemble...

Tous les essais MERCEDES
BMW M2 Compétition M DKG
BMW M2 Compétition M DKG

La M2 Compétition n'est pas qu'une version un peu plus puissante de la M2 :...

PORSCHE 911 Carrera 4S Pack Sport Chrono (992)
PORSCHE 911 Carrera 4S Pack Sport Chrono (992)

La Porsche 911 se refait une beauté et revient dans une huitième génération....

FORD Focus ST 2.3 EcoBoost BVM6
FORD Focus ST 2.3 EcoBoost BVM6

La Ford Focus ST revient, plus puissante et plus bardée de technologie que...

Tous les essais

Avis des propriétaires

Commentaires