< retour

Essai MAZDA MX-5 2.0 Roadster coupé (NC)

David Lamboley le 29/06/2009

En vingt ans de carrière, la Mazda MX-5 est devenue un must du genre. La troisième du nom, aujourd'hui restylée, garde l'essentiel : son caractère très ludique.

Voir la vidéo en HD

Présentation

Imaginez un peu : en vingt ans de carrière et à travers trois générations, le roadster Mazda MX5 a été vendu à plus de 855 000 exemplaires, ce qui en fait, et de loin, le roadster le plus vendu au monde, bravo Mazda ! Cette prouesse montre à quel point le concept MX5, malgré sa simplicité, était et reste à l'heure actuelle parfaitement adapté au marché. A la date de sa sortie, en effet, la plupart des constructeurs ont abandonné le créneau d'une petite voiture sportive découvrable et peu onéreuse. Avec sa MX5, Mazda a fait renaître et a porté le concept de bout en bout, bien lui en a pris.

La Mazda MX5, c'est l'héritière de toute une lignée de roadsters britanniques ou italiens parmi les lesquels des Lotus, des MG, des Fiat et des Alfa Romeo. La Mazda MX5 2009 –la troisième génération- porte toujours en elle d'authentiques gênes de roadster à l'ancienne, mais sans renoncer à la modernité. Elle se caractérise en effet par un choix inédit de couvre-chefs, soit une simple capote en toile, soit un système de toit « en dur » rétractable, à commande électrique, à l'image du modèle que nous avons choisi d'essayer. Les nouveautés, maintenant. Pour son premier restyling notable, la Mazda MX5 2009 soigne les détails. Nouvelle face avant, intérieur plus flatteur, insonorisation poussée, moteur plus économe mais retravaillé dans le sens des sensations, et châssis revu. Ajoutez à cela une fiabilité remarquable, une excellente valeur résiduelle et une bouille toujours aussi craquante. Bref, à 30 300 euros, on en a pour son argent…

Voir plus de photos

Design extérieur et intérieur

Chez Mazda comme chez la plupart des constructeurs japonais, les restylings ou autres remises à niveau se déroulent à rythme soutenu. Dans le cas de la MX5, véritable poule aux œufs d'or, il était hors de question de chambouler le style, ni de faire subir à la star japonaise d'incessantes injections de collagène. Comme un bon cru traditionnel, loin des modes, le vieillissement semble ici indispensable pour ne pas brouiller les pistes. Apparue sur le marché hexagonal fin 2005, elle n'a depuis quasiment pas changé, outre l'apparition de la fameuse version CC à toit rétractable. Et jusque là, ça lui réussit plutôt bien.

Le premier véritable restyling apparaît donc aujourd'hui, trois ans et demi après sa commercialisation. Et encore, il faudra un œil exercé pour reconnaître la dernière mouture en date. La Mazda MX5 2009 reçoit un nouveau bouclier, des optiques retravaillées et une calandre plus sensuelle, ourlée de chrome. Les feux sont également retouchés, tout comme les bas de caisse. Dans la même veine, l'habitacle ne subit que des retouches : nouveaux matériaux plus flatteurs, bloc d'instruments plus lisible… On notera également une meilleure isolation phonique du toit, ce qui permet d'abaisser encore le volume sonore en configuration coupé. Et si l'on veut profiter du voyage en cinémascope, le toit rétractable électrique fait toujours preuve d'une promptitude remarquable, soit une douzaine de secondes pour se plier ou se déplier.

Mécanique et châssis

La lecture attentive de la fiche technique de la Mazda MX5 3ème génération nous renseigne plus avant sur des optimisations insoupçonnées. Par exemple, toujours dans le cadre d'un meilleur confort, les ingénieurs japonais ont même été jusqu'à remplir de mousse isolante la traverse de suspension à l'avant, ce qui permet de limiter la propagation des bruits, ou de rigidifier les portes, toujours afin de réduire les résonnances. Le châssis, lui aussi, est revu pour offrir plus d'homogénéité. Mazda annonce une meilleure maîtrise du roulis, ou en tous cas des mouvements de caisse plus « linéaires ». Les nouveaux réglages de suspension, qui s'appuient toujours sur des amortisseurs signés Bilstein, font toujours la part belle au confort. Enfin, n'oublions pas la présence d'un différentiel à glissement limité autorisant une meilleure motricité à la relance. Le beurre et l'argent du beurre, donc.

Outre le travail sur le châssis, les dessous de la Mazda MX5 2009 cachent d'autres surprises. Le moteur 2.0 litre de 160 ch a été revu dans le sens des économies à la pompe –le constructeur annonce des consommations moyennes en baisse de 4%, soit 7,4 l/100 km-, mais il tourne plus vite de 500 tr/mn. Le rupteur est désormais placé à 7500 tr/mn, un détail qui, finalement, ne sert pas les performances pures, mais permet d'apprécier jusqu'à plus soif les nouvelle vocalises du 4 cylindres, toujours aussi pointu, tradition japonaise oblige. Pas de doute, il existe un artifice : un nouveau boîtier de résonnance à l'admission, à l'image de ce que l'on trouve sous le capot de la Ford Focus RS. Ou comment donner une voix virile à un petit bloc sans grandes prétentions… Bref, tout ça, c'est bon pour les sensations, et la nouvelle Mazda MX5 n'en est pas avare.

Sur la route

Le bloc 2.0 litre « MZR » de la nouvelle Mazda MX5 2009 apparaît donc au meilleur de sa forme, mais n'est malheureusement pas parfaitement épaulé par la boîte. Non pas que la commande pose problème, ce serait même le contraire. Mais au-delà de l'agrément procuré lors des changements de rapports, l'étagement s'avère démesurément long –c'est bon pour les économies de carburant-, alors que les plus sportifs d'entre nous auraient plutôt préféré une boîte courte, gage de performances améliorées.

Malgré tout, le plaisir est bel et bien au rendez-vous. Les oreilles flattées et le cuir chevelu massé par la brise, on hésite entre le « cruising » le coude à la portière ou la séance chronométrée. La deuxième solution est adoptée à l'unanimité. Là, la nouvelle Mazda MX5 se révèle ludique en diable, jouant les acrobates avec un certain talent, bien aidée par l'autobloquant. Mais gare aux ruades sur terrain glissant. La japonaise, même raisonnablement motorisée, réserve quelques surprises à son pilote, ce qui en fait une auto encore plus attachante ! Le roulis, toujours assez marqué, l'empêche toutefois d'aller taquiner des autos plus sportives, mais la rend, c'est sûr, plus prévenante et plus abordable. Nous gardons toutefois le sentiment qu'il ne faudrait pas grand chose –juste un typage de suspension moins axé sur le confort- pour faire de ce petit roadster plein de potentiel un engin nettement plus sportif. Vous l'aurez deviné, le plaisir au volant est constant, quelque soit le rythme adopté, et tous les sens sont flattés, même si l'on sait désormais qu'il existe des artifices. Mais n'est-ce pas l'apanage de toutes les stars ?

À retenir

En regardant cette Mazda MX5 2009, nous contemplons vingt ans d'évolutions. Avec parcimonie, point par point, détail par détail, les ingénieurs japonais ont encore amélioré la recette, sans toucher aux fondamentaux. La Mazda MX5, ludique, marrante, attachante, semble avoir trouvé la formule de l'éternelle jeunesse…
points fortsMoteur réactif et plaisant, commande de boîte précise, châssis bien calibré, homogène, aspect et présentation flatteurs, toit rétractable très pratique.
points faiblesSuspension un peu trop typée confort engendrant un roulis marqué, étagement de boîte trop long.
Les chiffres
Prix 2009 : 30 300 €
Puissance : 160 ch
0 à 100km/h : 7.9s
Conso mixte : 7.6l/100

Autres articles pouvant vous intéresser

MAZDA MX-5 RF 2.0 160 ch
MAZDA MX-5 RF 2.0 160 ch

La pétillante Mazda MX-5 se décline désormais dans une très stylée version à...

MAZDA MX-5
MAZDA MX-5

Un poids-plume, zéro superflu et un tempérament espiègle : à contre-courant...

MAZDA MX-5 2.0 (NC)
MAZDA MX-5 2.0 (NC)

La Mazda MX-5 III s'offre un léger lifting et livre désormais sa version 2...

Tous les essais MAZDA
BMW X4 xDrive 30i
BMW X4 xDrive 30i

Après seulement quatre ans de carrière, le BMW X4 se renouvelle complètement...

VOLKSWAGEN Touareg V6 TDI 286 ch
VOLKSWAGEN Touareg V6 TDI 286 ch

Pour sa troisième génération, le Volkswagen Touareg reçoit la périlleuse...

LOTUS Exige Sport 380
LOTUS Exige Sport 380

Souvent, quand un constructeur développe trop loin une auto déjà ancienne, il...

Tous les essais

Avis des propriétaires

Commentaires

avatar de dd 45
dd 45 a dit le 10-12-2014 à 14:37
merveilleuse petite voiture de sport, j'en possède une et c'est vraiment super, j'ai une MX5 coupé 2009 automatic
avatar de four x four
four x four a dit le 02-07-2009 à 21:21
Ce qui est hallucinant, dans l'histoire, c'est que depuis 20 ans que ce petit roadster fait un tabac, aucun constructeur français (qui sont des pionniers de l'automobile)...n'a réagi. Ils restent simples spectateurs d'une splendide réussite commerciale. C'est affligeant.