Essai FORD StreetKa

Jean-François Destin le 09/06/2003

La Ford Streetka, mini biplace très " tendance ", vient s'opposer par exemple au roadster Smart.

Présentation

La réussite annoncée de la Ford Streetka est d'autant plus insolite que ce projet dérive d'un modèle de série qui n'a pas, loin s'en faut, fait l'unanimité. Présentée en 1996 au Mondial de Paris, la petite citadine Ford Ka située au dessous de la Fiesta avait déclenché moqueries et railleries. Chez Ford, on était en plein délire du " edge Design " et Claude Lobo, le styliste semblait très fier de présenter cette mini toute ronde aux passages de roues proéminents en plastique noir. Un artifice qui fit dire à un autre patron du design d'un grand constructeur français qu'avec la Ka, la génération " couches-culottes " était en route !

Foin de ce coup de pied de l'âne, Ford, en dépit de son manque de place à l'arrière et d'une finition légère, entreprit de promouvoir la Ka en mettant en avant ses réelles qualités routières, sa maniabilité et son agrément de conduite. Très vite, on tenta d'atténuer l'outrance des passages de roues en les proposant en acier peint dans la teinte de la carrosserie. Mais c'est finalement chez Ghia, partenaire historique de Ford que l'on trouva la bonne solution stylistique en dévoilant dès 1995 la concept Saetta puis en 2000 toujours au Salon de Turin le concept Streetka. Si l'avant restait très voisin de celui de la Ford Ka, l'arrière était totalement remanié, le sacrifice des places arrière permettant de ménager un logement pour la capote tout en conservant une capacité de coffre acceptable. Depuis 2003, la Ford Streetka fabriquée en petite série chez Pininfarina Industrie en Italie, a intégré la gamme Ford. Disponible uniquement avec un 1600 cm3 de 95 ch, elle est vendue 18.900€.

FORD StreetKa FORD StreetKa

Design

On l'a souligné en préambule, ce n'est pas l'avant mais l'arrière qui heurtait l'œil des puristes en découvrant la Ka. Chris Bird et son équipe ont ainsi décidé de conserver le capot court et plongeant de la Ka ainsi que ses optiques qui lui offrent un visage sympathique. Par contre la moitié arrière a pu être entièrement repensée en supprimant les places arrière Les nouveaux feux au dessin moderne s'harmonisent parfaitement avec le regard avant. Par rapport au concept Streetka, on note le rajout d'un becquet aérodynamique du meilleur effet sur le très design couvercle de malle tandis qu'un exclusif feux rond de recul semble avoir pris la place du pot d'échappement. A noter aussi les jolis feux de brouillard encadrant la plaque minéralogique. Côté passage de roues, on retrouve le galbe des Ka de départ mais ils s'intègrent bien à l'ensemble d'autant que la largeur des voies posent les roues (pneus: 195/45 R 16) presque en affleurement de la carrosserie. Enfin, dernier élément positif lorsqu'on découvre Streetka de profil : un habitacle idéalement situé au beau milieu de la carrosserie.

Habitacle

Economies obligent : Ford n'a pas cru bon d'investir dans une planche de bord inédite. Dommage car celle de la Ka ne brillent ni pas sa qualité de fabrication ni par sa fonctionnalité (peu ou pas de rangement). Pour remiser quelques petits vêtements, on peut trouver un peu de place derrière les dossiers des sièges mais les manettes de dégagement des dits dossiers ne sont pas idéalement placées. A noter encore un petit coffre de rangement situé sur la paroi arrière entre les deux sièges. On y trouve aussi le déclencheur manuel du coffre. Economie toujours, la Streetka n'hérite pas d'une capote doublée et électrifiée. Le tout est basique comme au bon vieux temps des roadsters anglais. Mais le maniement reste aisé à condition que l'on sorte de la voiture. En revanche, si l'étanchéité au froid et à la pluie reste convenable, le bruit environnant parvient jusqu'aux oreilles des occupants surtout à haute vitesse lorsque quelques sifflement aérodynamiques s'en mêlent. Bon point : le couvre capote en tôle peinte met la capote bien à l'abri tout en ménageant l'esthétique de l'arrière.

Châssis

Ford a utilisé des recettes connues pour rendre la Streetka vive maniable et amusante à conduire. A l'excellente rigidité de la Ka s'ajoutent des voies élargies, une monte de pneus plus généreuse, des suspensions affermies et une direction très directe (2,5 tours de volant de butée à butée). Ces deux dernières transformations ont pour inconvénients de dégrader le confort et d'interdire tout coup de volant intempestifs sous peine de se retrouver en travers ou en tête à queue.

Moteur

Alors que la Sportka (autre variante ludique) a droit au 1300 de 60 ch et au 1600 de 95 ch, la Streetka n'hérite que de ce dernier bloc. Sur le papier, on peut penser que cette puissance inférieure à 100 chevaux va peiner mais il n'en est rien car Streetka n'affiche que 935 kg sur la bascule. Sans culasse multisoupapes, ce 1600 cm3 se montre réactif grâce à une boite aux rapports réaménagés et suffisamment souples pour être plaisant en ville. C'est peut-être à haute vitesse et au delà des 4500 tours au compte-tours qu'il avoue ses limites. Au demeurant, les trépidations de suspension et le bruit suffiront à dissuader les clients de rouler vite longtemps. Un mot encore pour regretter l'appétit de ce moteur surtout lorsqu'on joue souvent du levier de vitesses.

Sur la route

On l'a compris, la Streetka la bien nommée est davantage faite pour se faufiler en ville ou sur les corniches de bord de mer que pour abattre des kilomètres sur autoroute. Ford a réuni des réglages permettant de s'amuser au volant. Et précisément, j'aurais aimé que la direction soit un peu moins directe. De même, le confort serait meilleur si la suspension n'avait pas été aussi affermie. En revanche, le petit levier de vitesses satisfait par son guidage et par sa course courte. Quant à rouler cheveux au vent, il convient, faute d'un pare-vent, de disposer d'un fichu (pour les femmes) et d'une bonne casquette car les courants d'air deviennent vite agaçants.

FORD StreetKa FORD StreetKa

Equipements

La direction assistée, les vitres et rétros à commande électrique, le verrouillage centralisé avec télécommande, les 4 airbags, la capote manuelle, l'air conditionné, la sellerie et le volant en cuir, les sièges sport, l'autoradio CD et les phares antibrouillard.

À retenir

La Streetka fait partie des voitures passion qui doivent s'acheter sur un coup de cœur. Il faut donc éviter d'effectuer des comparaisons avec une Peugeot 206 CC sans doute moins amusante mais, à prix voisin, plus rationnelle avec son toit rigide escamotable. Le roadster Smart nous paraît aussi plus " fun " et plus décalé malgré la petitesse de sa motorisation. Enfin ne pas oublier la légende Mazda MX5 dont la silhouette rétro reste magique.
points fortsEsthétique réussi, vivacité, maniabilité, tenue de route, rigidité, dimensions en ville, bonne boite, coffre, équipements.
points faiblesConfort, direction trop directe, planche de bord vieillotte, consommation.
Les chiffres
Prix 2003 : 18 900 €
Puissance : 95 ch
0 à 100km/h : 12.1s
Conso mixte : 7.9l/100

Autres articles pouvant vous intéresser

FORD Fiesta ST Plus (3 p.)
FORD Fiesta ST Plus (3 p.)

La Fiesta ST faisait l'unanimité pour son caractère de GTI authentique et...

FORD Fiesta 1.0 EcoBoost 140 ch ST Line
FORD Fiesta 1.0 EcoBoost 140 ch ST Line

En attendant la ST, prévue pour cet été, la Fiesta se décline dans une...

FORD Focus RS Performance Pack
FORD Focus RS Performance Pack

Pas vraiment réputée inefficace, la Focus RS s'offre un raffinement suprême...

Tous les essais FORD
BMW M2 Compétition M DKG
BMW M2 Compétition M DKG

La M2 Compétition n'est pas qu'une version un peu plus puissante de la M2 :...

MERCEDES CLA 250 4Matic Progressive Line
MERCEDES CLA 250 4Matic Progressive Line

Mercedes renouvelle son petit « coupé à quatre portes » CLA, qui ressemble...

TESLA Model 3 Grande Autonomie
TESLA Model 3 Grande Autonomie

La Model 3 débarque enfin en Europe, à des tarifs débutant à 42 600 €....

Tous les essais

Avis des propriétaires

Commentaires

avatar de internaute X
internaute X a dit le 18-09-2012 à 14:15
Bouille craquante, conception simple du moteur (pas de turbo ni multi soupapes) entrainement distri par chaîne donc moteur fiable et éprouvé. On se retrouve vite dans une ambiance "kart" où elle fait merveille sur route viroleuse avec une boite très bien étagée...les hautes vitesses sur autoroute ne sont pas trop son truc (ça reste un cab!) malgré un moteur volontaire et en ville il faudra apprivoiser un large rayon de braquage... pour le reste c'est que du bonheur !!!
avatar invité
un internaute a dit le 05-08-2011 à 15:53
Tres bonne voiture, tres agreable a conduire et a regarder, l'achat d'une voiture ce fait en fonction de sont utiliter moi etant jeune elle me convient tres bien , arretons les critique.