< retour

Essai DS 3 Performance

Nicolas Valeano le 11/07/2016

Pour son restylage, la DS 3 a surtout gagné une nouvelle version sportive, baptisée Performance. Avec un atout aussi invisible à l'œil qu'il est parfaitement perceptible à la conduite : un différentiel autobloquant. Bienvenue dans un nouveau monde d'efficacité !

Voir la vidéo en HD

Remise à niveau

Après avoir abandonné les Chevrons de Citroën, la DS 3 reçoit désormais une nouvelle face avant, symbole de l'identité visuelle de la toute jeune marque « premium » du groupe PSA. Le curieux entourage de calandre à doubles ailes, nommé « DS Wings », rappelle d'ailleurs un peu… Audi. Probablement pas un hasard pour un label qui veut décrocher son ticket pour le club très fermé du raffinement automobile. En tout cas, avec notre livrée Black Special, la calandre bénéficie d'un traitement gris mat qui l'intègre bien dans le dessin général, en harmonie avec le noir mat de la carrosserie, joli mais salissant. A cela s'ajoute le toit et les rétroviseurs dorés de la teinte Gold Pearl de Citroën Performance, des baguettes latérales carbone, des jantes bicolores 18 pouces laquées noir, des décalcomanies latérales, des logos Performance… N'en jetez plus ! Certes, la ligne de la DS 3 n'est pas de la première jeunesse, mais lorsque tous les attributs possibles sont cumulés pour essayer de rester jeune, cela s'appelle (au mieux) du maquillage forcé. Heureusement, l'ensemble affiche une allure agressive assez cohérente. Dans l'habitacle, carbone, applications couleur or et baquets profonds prolongent cette ambiance sportive un tantinet clinquante. Plus gênant, la qualité de certains matériaux rappelle cruellement la base de Citroën C3 qui a servi à construire ce modèle. Des plastiques qui sonnent creux ou au grain basique, des fausses applications métalliques : on est déçu, d'autant que l'ergonomie perfectible ne rattrape pas le tableau. Le tachymètre est peu lisible et si l'écran tactile de 7 pouces est bien réactif, l'organisation de ses menus et la nécessité de passer par une touche située en bas de la console pour revenir à l'écran d'accueil agacent. Une impression d'inachevé qui se retrouve dans la connectivité : Apple CarPlay est disponible, mais pour Android, uniquement le standard MirrorLink, compatible avec quelques modèles de smartphones seulement. Question habitabilité, rien à redire en revanche, et l'on est bien accueilli par les baquets aux rembourrages latéraux XL, mais souples, facilitant l'accès lorsque l'on s'assoit. Le tableau se gâte à nouveau au moment de régler la position de conduite, avec une direction un peu haute. Mais cela ne retire rien à l'envie d'enfin démarrer le 1.6 THP…

Voir plus de photos

Traction à toute épreuve

Avec une présentation à la sportivité aussi marquée, on ne peut être que déçu face à la sonorité policée du 4 cylindres. Au ralenti comme dans les montées en régime, il affiche un caractère bien terne. Mais si le plaisir auditif est quasi-absent, cela ne retire rien à ses qualités intrinsèques : plein de couple (300 Nm dès 3 000 tours/min), toujours très exploitable en conduite coulée ou plus agressive, vif, enclin à s'envoler vers la zone rouge et le rupteur, il offre de belles performances à cette GTI de 208 ch, avec 6,5 s de 0 à 100 km/h et 230 km/h en pointe. Rappelons que le précédent modèle culminait à 202 ch et 275 Nm. Voilà de quoi rassurer sur sa santé, d'autant qu'il s'accorde parfaitement avec l'excellent train avant équipé du différentiel à glissement limité Torsen, garantissant motricité, efficacité et stabilité, même dans les réaccélérations en virage ou sur terrain glissant. Rassurant, efficace et plaisant, en excellente harmonie avec le comportement équilibré et gentiment survireur à la demande de cette agile DS 3. A noter que les voies ont été élargies par rapport à l'ancienne version Racing (+ 26 mm à l'avant et + 14 mm à l'arrière), tandis que la garde au sol a été abaissée de 15 mm. Un tableau qui n'est pas gâché par la puissance du freinage (disques ventilés de 323 mm à l'avant), en rapport avec le niveau de performances. En revanche, question confort, même si la dureté des suspensions n'est pas aussi extrême que sur sa cousine la 208 GTI by Peugeot Sport, on reste dans un compromis franchement sportif. Un peu fatigant pour un usage quotidien ou pour de grandes distances, mais pas insupportable. Enfin, question tarif, si la DS 3 Performance démarre à 27 950 €, il faudra débourser 32 950 pour notre version Black Special très équipée, certes. Une somme qui atteint des sommets en version découvrable Cabriolet, pour laquelle il faut encore ajouter 2 500 €. Mais même à ce prix-là, voici une offre assez unique sur le marché.

À retenir

Les vieilles recettes restent des valeurs sûres. La preuve avec l'adoption par la DS 3 Performance du différentiel Torsen qui transcende la motricité et donc, l'efficacité et l'agrément de cette traction de plus de 200 ch. En revanche, il ne peut pas grand chose pour le manque de caractère mécanique, la position de conduite perfectible ou la finition médiocre. Mais qu'importe, la DS 3 Performance mérite bien son nom !
points fortsMotricité, comportement efficace et joueur, performances, habitabilité.
points faiblesMoteur manquant de caractère, position de conduite, présentation clinquante et de qualité moyenne, tarif.
15

20
Les chiffres
Prix 2016 : 32 950 €
Puissance : 208 ch
0 à 100km/h : 6.5s
Conso mixte : 5.4l/100
Notre avis
Agrément de conduite : 17/20
Sécurité active et passive : 19/20
Confort et vie à bord : 15/20
Budget : 12/20

Autres articles pouvant vous intéresser

DS 7 Crossback BlueHDi 180 EAT8
DS 7 Crossback BlueHDi 180 EAT8

Alors que les ventes de la marque sont en berne, DS lance enfin une vraie...

Tous les essais DS
MERCEDES A 200 7G-DCT AMG Line
MERCEDES A 200 7G-DCT AMG Line

La précédente Classe A avait réussi sa mue en devenant une berline compacte...

ASTON MARTIN DB11 V8
ASTON MARTIN DB11 V8

Tout juste commercialisée, la sublime Aston Martin DB11 s'offre une nouvelle...

ALFA ROMEO Stelvio 2.9 V6 AT8 Q4 Quadrifoglio
ALFA ROMEO Stelvio 2.9 V6 AT8 Q4 Quadrifoglio

Non content d'afficher des performances de supercar, le nouvel Alfa Romeo...

Tous les essais

Avis des propriétaires

Commentaires

avatar de Lolo3778
Lolo3778 a dit le 20-11-2016 à 21:44
Dans ce cas il faut comparer ce qui est comparable, il faut alors comparer cette Seat avec la Peugeot 308 gti de 270 cv !
avatar invité
un internaute a dit le 11-07-2016 à 16:18
Franchement, je n'en reviens toujours pas des tarifs exorbitants des petites voitures sportives française. 32950 eurso pour ça ! Non mais je rêve là ! Mais qui serait assez con pour débourser une telle somme pour une petite voiture de 208 ch ??? Quand on pense qu'en ajoutant 1140 euros, on peut avoir une superbe Seat Leon SC Cupra de 290 ch ! Oui, 290 ch ! Là, au moins c'est du bonheur !