Essai BMW X3

Jean-François Destin le 26/01/2004

Quatre ans après le X5, BMW récidive avec le BMW X3.Un comportement de berline sportive et une transmission intégrale inédite.

Présentation

Quatre ans après le X5, BMW récidive avec le X3. Joliment présenté, à peine moins long (10 cm) mais presque plus accueillant (coffre de 480 dm3 contre 465 dm3), le petit dernier se permet même d'offrir un comportement plus proche d'une berline sportive tout en bénéficiant (comme le X5 désormais) d'une transmission intégrale inédite. Un tel constat annonce t-il la mort lente du BMW X5 ? « Non » précise Didier Maitret, PDG de BMW France, « si dans un premier temps, on peut s'attendre à une petite substitution, le X5 récemment remodelé et surmotorisée (deux nouveaux V8 de 4.4l et 4.8l de 320 et 360 ch et un diesel 3l de 218 ch) s'adresse à une autre clientèle et poursuivra sa carrière telle quelle jusqu'à son remplacement à l'horizon 2008 ». Didier Maitret à toutes les raisons de rester confiant. Très prisé aux USA où il est construit, le BMW X5 rencontre un succès phénoménal des deux côtés de l'Atlantique. En France, ses acheteurs doivent patienter sept mois avant d'en prendre livraison. Et ce ne sont pas les 4500 unités allouées cette année au marché français qui vont raccourcir les délais.

Cette stratégie tout de même déconcertante n'était pas prévue au départ. Voulant rapidement surfer sur la vague à succès des SUV (Sport Utility Vehicle), BMW qui parle aujourd'hui de SAV (Sport Activity Vehicle à ne pas confondre avec Service Après-Vente !) voulait assortir chacune de ses trois gammes d'un 4X4 loisirs baptisé naturellement BMW X3, X5 et X7. Avec le rachat de Rover (et donc de Land Rover), se posait le carambolage d'un futur X7 et du mythique Range Rover. D'où un programme réduit aux seuls BMW X3 et X5, ce dernier axé « sport » devant se démarquer de l'élitiste et raffiné Ranger Rover. Par la suite, on s'en souvient, BMW s'est débarrassé des deux marques, Land passant dans le giron Ford. Mais pour BMW, il était trop tard pour revenir à trois propositions. Contrairement au X5, le BMW X3 dont les cadences de production seront supérieures avec l'arrivée des versions 4 cylindres, est assemblé en Europe dans les installations autrichiennes de Steyr-Puch. Si BMW lance en 2004 son X3 avec un 6 cylindres 3l essence, un 6 cylindres 3l diesel de 204 ch et un 6 cylindres 2.5l de 192 ch, son prix d'appel baissera en 2005 avec l'arrivée de deux motorisations raisonnables : un 2l de 143 ch et un diesel 2l de 150 ch. Le tarif actuel se situe de 43.820 € à 49.170 € selon les versions. Limité en hors pistes par sa faible hauteur de caisse mais doté d'une sécurité active de haut niveau par tous les temps sur la route, le BMW X3 constitue une synthèse presque idéale pour une famille habitant en ville ou à la campagne et fréquentant assidûment les sports d'hiver. A condition dans l'avenir d'adoucir une suspension vraiment très ferme.

BMW X3 BMW X3

Design

Au premier coup d'œil, la filiation X5 / X3 est évidente mais lorsqu'ils se trouvent côte à côte, Le X3 met en évidence sa taille de guêpe, sa hauteur et ses protections au travers pare-chocs boucliers en plastique efficaces. Ces protections contribuent aussi à la sportivité «off road» d'une face avant dynamique par des décrochements semblant souligner les optiques doubles, lesquelles débordent sur des ailes généreusement bombées. En jouant avec les surfaces concaves et convexes, les stylistes ont su offrir une personnalité propre au X3 beaucoup moins tranchée et rectangulaire que celle du X5. A l'arrière, les feux qui se déploient en éventail sur les ailes restent simples. Mauvaise surprise : le hayon semblable à celui d'une berline 5 volumes n'intègre pas de vitre à ouverture indépendante. Une économie incompréhensible. Cela n'empêche pas le X3 d'arborer un « look » à la fois jeune, élégant et sportif assorti d'un petit côté branché qui ne déplaira pas aux femmes.

Habitacle

L'économie se fait sentir à l'intérieur en caressant du regard et de la main les plastiques de la planche de bord. Certes, l'assemblage effectué chez Steyr-Puch reste dans les standards BMW mais la qualité nous a semblé en recul par rapport à celle d'un break Serie 3 Touring et évidemment d'un X5. La planche de bord bi-tons (foncé au dessus et clair en dessous) s'étend horizontalement d'une portière à l'autre tandis qu'une console centrale légèrement orientée vers le conducteur supporte quelques boutons de réglage et la commande de boite.

Les sièges qui permettent de trouver rapidement une bonne position de conduite se montrent accueillants mais vu la relative étroitesse du véhicule, on ne peut raisonnablement monter qu'à deux à l'arrière. Selon les finitions, le X3 se pare de bois, de cuir et d'aluminium, le tout avec simplicité et sans ostentation. Service minimum en revanche côté fonctionnalité avec seulement une classique banquette arrière se rabattant 2/3 1/3 et quelques menus rangements (bacs de portières, boite à gants et petit logement sous l'accoudoir central). On pouvait attendre mieux.

Transmission

Inédit et d'une efficacité redoutable, le xDrive constitue le point fort du X3. Ce système met à profit l'électronique pour créer des conditions idéales d'entraînement de la voiture et ce, quels que soient l'état de la route, la vitesse et le comportement du véhicule.

Automatique et ne nécessitant aucune prise de décision de la part du conducteur, le cœur du xDrive se situe au niveau de l'embrayage multidisques piloté. C'est lui qui décide de transférer en quelques millisecondes le couple des roues arrière vers les roues avant et ce, presque à 100%. Dans les situations extrêmes en hors pistes, on peut ainsi associer ou dissocier les trains avant et arrière. Même sophistication entre les roues (toutes indépendantes les unes des autres) via le DSC (contrôle de stabilité). Sans s'en rendre compte, le conducteur bénéficie d'une adhérence et d'une motricité maximales sachant qu'au delà de 180 km/h, le X3 évolue en configuration propulsion. Les effets bénéfiques induits du xDrive sur le comportement routier se remarquent surtout en virage car toujours en liaison avec le DSC, il réduit la tendance au sous-virage ou au survirage et assure un maintien du guidage latéral de la voiture.

Moteur

Standing oblige, BMW attaque le marché du X3 par le haut avec un seul 6 cylindres 3l de 231 chevaux. En consultant notre fiche technique, vous vous apercevrez qu'il procure des prestations de tout premier ordre pour une consommation relativement raisonnable (autour de 13 litres pendant notre essai). Très vite, BMW proposera la version diesel qui devrait concerner 80% des ventes. La motorisation retenue est le 6 cylindres 3l de 204 chevaux. Si les performances s'avèrent légèrement inférieures à celles générées par le 3l essence, en revanche, la consommation devrait se stabiliser autour des 10 litres. Un 6 cylindres 2.5l de 192 ch suivra courant 2004. Pour faire du volume, BMW France attend avec impatience (en 2005) les 4 cylindres 2l essence (143ch) et diesel (150 ch). En espérant avoir la possibilité de négocier avec l'Allemagne des prix d'attaque intéressants autour de 37.000 € (estimation Motorlegend). Signe avant-coureur du succès annoncé : plus de 1000 commandes auraient déjà été enregistrées par BMW France !

Sur la route

Nous avons pu longuement tester le système xDrive sur les étendues enneigées d'un camp militaire proche de Besançon. La rapidité d'adaptation de la transmission aux conditions d'adhérence de chaque roue est tout simplement stupéfiante. Le X3 amorce sa dérive, se tasse sur lui même semble parfois même franchement freiner mais s'accroche à la trajectoire choisie. Le xDrive est tellement efficace qu'il pourrait devenir dangereux pour des novices ne s'occupant plus que du volant et de l'accélérateur. On ne cesse de le rappeler ici, les lois de la physique restent incontournables et aucune assistance électronique n'empêchera jamais la sortie de route d'un engin de 1.8t propulsé beaucoup trop vite dans un virage.

Sous le regard amusé des militaires évoluant avec leurs chars, le X3 a montré ses capacités de franchissement. Avec des pneus TT (optionnels), le « grip » du petit BMW étonne d'autant plus que la boite automatique se montre conciliante pour distiller le filet de gaz nécessaire au maintien de la progression. On reste aussi pantois devant le HDC (système automatique de retenue en descente) qui fonctionne aussi en marche arrière. Une fois enclenché (interrupteur au tableau de bord) et sans intervention sur la pédale de frein, il interdit aux 4X4 de partir en luge à condition de surveiller l'alignement des roues avant. Spectaculaire sur des pentes accusant 45° ! Sur la route, le X3 se montre aussi rigoureux et performant qu'un break Serie 3, l'espace intérieur en plus. En revanche, j'ai noté des bruits aérodynamiques à haute vitesse et surtout une suspension arrière trop ferme sur laquelle BMW se penche actuellement.

BMW X3 BMW X3

Equipements

X3 Luxe Outres les équipements traditionnels de base, le X3 adopte en série l'antipatinage, l'aide au freinage d'urgence, le contrôle dynamique de stabilité, le HDC (système automatique de retenue en descente), les airbags frontaux et latéraux et rideau à l'avant et à l'arrière, le détecteur de pluie, l'allumage automatique des phares, le régulateur de vitesse, le système de navigation, les radars de parking à l'avant, le volant cuir multifonction, les rétroviseurs extérieurs rabattables électriquement, la climatisation automatique droite/gauche, le changeur 6CD et la trappe arrière avec sac à skis. Comme d'habitude, les options sont légions et beaucoup d'innovations sont assujetties à un supplément. C'est le cas de l'intelligent système de stabilisation d'attelage couplé au DSC, des projecteurs directionnels et autres Servotronic (l'assistance asservie à la vitesse). Le plus intéressant est de se reporter aux différents packs qui rassemblent en fonction des souhaits les équipements optionnels.

À retenir

BMW a doté sa gamme d'un modèle original difficile à mettre en concurrence. Seul le Freelander apparaît taillé dans un moule proche mais plus petit, et animé d'un V6 limité, il ne revendique pas la polyvalence souveraine du X3. Quoiqu'en pense BMW, le petit dernier fera du tort au X5 d'autant que le renforcement des contrôles de vitesse ne plaide pas en faveur des grosses cylindrées. Bien emballé, jeune, dynamique et très sur, le X3 devrait faire un carton. D'autant qu'avec les quatre cylindres annoncés, ses conquêtes se feront au détriment des constructeurs généralistes.
points fortsPrésentation attrayante, volume habitable, coffre, comportement dynamique de haut niveau, transmission très élaborée, choix de moteurs performants, efficacité en tous chemins.
points faiblesQualité des matériaux intérieurs parfois décevante, bruits aérodynamiques, suspensions raides, politique d'options excessive.
Les chiffres
Prix 2004 : 49 170 €
Puissance : 231 ch
0 à 100km/h : 7.8s
Conso mixte : 11.4l/100

Autres articles pouvant vous intéresser

BMW X3 xDrive30d
BMW X3 xDrive30d

Avec plus de 1,5 million d'exemplaires vendus depuis 2003, le X3 est devenu...

BMW X3
BMW X3

Le BMW X3 vient de faire peau neuve. Silhouette "relookée", suspension et...

BMW X3 3.0sd
BMW X3 3.0sd

Le nouveau BMW X3 bénéficie de la transmission intégrale la plus performante...

Tous les essais BMW
VOLKSWAGEN T-Roc R
VOLKSWAGEN T-Roc R

Volkswagen lance une version sportive de son petit SUV. Chic, stylé et...

MASERATI Levante Trofeo
MASERATI Levante Trofeo

Les SUV sportifs sont légion et il n'est pas toujours facile de faire son...

PORSCHE Cayenne Coupé Turbo
PORSCHE Cayenne Coupé Turbo

Il lui en a fallu du temps ! Le Porsche Cayenne cède enfin à la mode du coupé...

Tous les essais

Avis des propriétaires

Commentaires