Scandale du diesel : Volkswagen dans la tourmente

Motorgreen Vincent Desmonts le 25/09/2015

Rien ne va plus pour le premier constructeur européen. Après une crise de succession au début de l'été, où le patron historique du groupe Ferdinand Piëch a perdu le bras de fer face au nouveau boss Martin Winterkorn, celui-ci a été contraint à la démission – ainsi qu'une bonne partie de l'état-major de Volkswagen – suite au retentissant scandale de tricherie sur les émissions d'une partie des moteurs diesel commercialisés aux États-Unis.

Partagez

réagir
À l'origine de l'affaire, des mesures de polluants effectuées en 2014 sur route – en conditions réelles, donc – par l'ONG International Council on Clean Transportation (ICCT) pour le compte de l'université de Virginie-Occidentale. Vu les chiffres obtenus, très supérieurs aux normes en vigueur aux États-Unis, et l'absence de réponse satisfaisante de Volkswagen, l'agence de protection de l'environnement américaine (EPA) s'est saisie de l'affaire. Après moult tergiversations, le constructeur automobile a finalement avoué la tricherie : oui, 11 millions de véhicules produits entre 2009 et 2015 et équipés du moteur 2.0 TDI (EA189) sont fautifs.

L'astuce ? Une manipulation du logiciel pilotant le calculateur moteur (ECU) : lorsque celui-ci reconnaît une situation de test sur banc à rouleaux (le capot est ouvert, seules les roues avant tournent, le volant reste droit...), il pousse les systèmes de dépollution au maximum, quitte à sacrifier les performances et l'agrément mécanique. Du coup, la voiture passe les tests haut la main... mais pollue nettement plus dès la sortie du laboratoire.

Volkswagen a annoncé prendre à sa charge la rectification des 11 millions de moteurs incriminés, ce qui devrait lui coûter la bagatelle de 6,5 milliards d'euros... sans parler de l'amende que lui infligeront les autorités américaines, qui pourrait avoisiner les 18 milliards de dollars. L'action du groupe a aussitôt dévissé de -17,14 % le lundi qui a suivi la révélation du scandale. De leur côté, l'Union Européenne et certains états membres (dont l'Allemagne et la France) ont décidé de lancer des enquêtes approfondies. Enfin, des élus politiques – notamment Emma Cosse, leader d'EELV – ont aussitôt claironné que « le diesel propre n'existe pas », et qu'il fallait le bannir « d'ici à 2025 ». L'affaire ne fait que commencer...

Partagez

réagir

Dernières actualités VOLKSWAGEN

Dieselgate : l'ancien patron de VW passera devant les tribunaux
Dieselgate : l'ancien patron de VW passera devant les tribunaux
Des robots pour recharger votre voiture électrique au parking
Des robots pour recharger votre voiture électrique au parking
VW Motorsport en mode électrique
VW Motorsport en mode électrique
Toutes les actualités VOLKSWAGEN

Tags liés

Commentaires