La Trident Iceni adopte un toit et boit du diesel

Soufyane Benhammouda le 04/05/2014

Spécialisé dans la production de roadsters néo-rétro jusqu'en 2012, l'artisan Trident ressort de l'ombre avec un nouvel engin, l'Iceni Magna. Comme le cabriolet dont il découle, le coupé fait la part belle au style classique et dispose de spécificités techniques toujours aussi... insolites !

Partagez

réagir
Comme l'Iceni Roadster, le Magna affiche des traits néo-rétro plaisants avec une long capot avant et une poupe bombée autour du train arrière. Pour faciliter la vie à bord, le coupé adopte aussi la double bosse sur le toit, comme sur les voitures carrossées par Zagato. Avec ses faux airs de Shelby Daytona Coupé moderne, la belle Anglaise semble abriter une mécanique féroce respirant au sans plomb.

Mais la réalité est tout autre et les Anglais sauront toujours nous surprendre : la Trident Iceni Magna embarque un gros V8 6,6 l bi-turbo... diesel. Mieux connu sous le nom de Duramax outre-Atlantique, le bloc développe 400 ch pour un couple de 948 Nm ! Avec son poids plume, l'engin peut se permettre un 0-100 km/h en 3,7 secondes et une vitesse maximale de 305 km/h. Des chiffres qu'il conviendra cependant de prendre avec des pincettes...

Le fabricant annonce également que des pack Performance et Track Pack sont disponibles, faisant grimper la puissance à 436 et 670 ch. Dans sa version la plus puissante, la mécanique délivre 1 423 Nm de couple. Forcément, aucune information concernant la durée de vie de la boite de vitesses n'a été communiquée...

La Trident Iceni Magna se targue également d'une consommation moyenne de 4,1 l/100 km qui, rapportée à la capacité du réservoir de 130 l, lui permet de tutoyer les 3 000 km d'autonomie. En attendant la version Shooting Brake, Trident affiche ce mazout de luxe au prix de 117 000 €.

Partagez

réagir

Dernières actualités TRIDENT

Trident : l'Iceni de retour
Trident : l'Iceni de retour
Toutes les actualités TRIDENT

Tags liés

Commentaires