Retour au V8 munichois pour le Range Rover

Cédric Morançais le 06/08/2019

De 1994 à 2000, le plus britannique des constructeurs de ce que l'on n'appelait pas encore les SUV, appartenait au groupe BMW. Ainsi, nombre de modèles Land Rover et Range Rover cachaient sous leur capot des mécaniques mises au point par la firme allemande. Ce n'est pourtant qu'après la revente à Ford que le Range Rover a eu recours, de 2002 à 2005, à un V8 BMW.

Partagez

réagir
Un tel moteur devrait faire son retour à bord de la prochaine génération, la cinquième, de celui qui fut le premier tout-terrain de luxe, en 1970. En effet, des prototypes utilisant le 4.4 bi-turbo, que l'on trouve notamment dans la Série 7, ont été aperçus lors de tests de mise au point. Land Rover étant désormais lié à Jaguar, ce moteur pourrait ensuite être utilisé par les XF et XJ. Vu l'image revendiquée par les deux marques anglaises, une telle architecture semble, en effet, incontournable pour certains marchés, mais le groupe Tata, propriétaire des deux blasons depuis 2008, ne semble pas vouloir mettre la main à la poche pour développer un bloc spécifique. Les finances de JLR ne se portant pas bien, la décision d'acheter un bloc réputé se comprend donc clairement. En plus de ce bloc, BMW pourrait également fournir à leur ex-filiale un six cylindres Diesel, ce qui mettrait un terme à la carrière du 3.0 D actuellement utilisé et, indirectement, un terme à l'histoire du six cylindres à la française, ce bloc étant issu du V6 HDi.

Le prochain Range Rover devrait être dévoilé fin 2020 (au Mondial de l'automobile de Paris ?) ou, au plus tard, début 2021.

Partagez

réagir

Dernières actualités LAND ROVER

Land Rover fête les 50 ans du Range Rover
Land Rover fête les 50 ans du Range Rover
Range Rover Adventum Coupé par Niels van Roij Design
Range Rover Adventum Coupé par Niels van Roij Design
Range Rover Astronaut Edition
Range Rover Astronaut Edition
Toutes les actualités LAND ROVER

Commentaires