< retour

Essai MERCEDES E 220 d Sportline

Vincent Desmonts le 25/04/2016

Star incontestée des berlines haut de gamme, la Mercedes Classe E nous revient dans une version qui met l'accent sur la technologie. La voiture du futur serait-elle déjà là ?

Voir la vidéo en HD

Révolution de velours

Chez Mercedes, on a les boules ! Mettez vous à leur place : vous êtes « l'inventeur de l'automobile », vous avez inauguré successivement l'habitacle indéformable en cas de choc, l'ABS ou encore l'ESP, et chacune de vos nouveautés est saluée pour son abondant contenu technologique. Et voilà que quelques grosses têtes de la Silicon Valley, dont les entreprises n'ont même pas vingt ans, débarquent avec des voitures qui se conduisent toutes seules (Google) ou, à tout le moins, sont capables de s'autopiloter dans les bouchons et sur autoroute (Tesla). Du coup, la vénérable marque a décidé de frapper un grand coup avec cette nouvelle génération de Classe E, carrément présentée comme « un chef-d'œuvre d'intelligence » ! À l'appui de cette ambitieuse affirmation, des assistances à la conduite plus perfectionnées, histoire de recoller au peloton des insolents « geeks » californiens. Cette nouvelle Mercedes serait-elle donc la voiture que le futur nous promet ?

Voir plus de photos

Changement dans la continuité

Côté look, en tous cas, pas de surprise : la nouvelle Classe E (matricule W213) adopte un style qui mêle les traits de la petite Classe C à ceux de la grande Classe S. Un mélange réussi, qui donne un sérieux coup de vieux à l'ancienne génération, mais qui laisse quelque peu perplexe. La marque à l'Étoile ne serait-elle pas en train de tomber dans le même écueil qu'Audi voici quelques années, en maniant l'homothétie comme méthode de design ? La nouvelle Classe E a grandi, avec 43 mm de gagnés en longueur (4,92 m au total), mais a perdu 6 petits millimètres en hauteur. Combinés à l'empattement étiré de 65 mm, ces évolutions lui confèrent un profil dynamique, que souligne encore mieux la calandre « sport » à étoile intégrée des versions Executive, Sportline ou Fascination. Mais que les amateurs de tradition se rassurent : la calandre classique, avec l'étoile façon « viseur » au bout du capot, reste disponible.

Luxe, high-tech et volupté

À l'intérieur, c'est le choc : pour un peu, on se croirait à bord d'une Classe S ! La présentation est en effet particulièrement cossue, avec de petits aérateurs chromés, une console centrale épurée et, sur notre version Sportline, un habillage en similicuir sur la planche de bord. Et si vous cassez votre tirelire pour vous offrir le « Pack Technologie » à 4 400 €, vous bénéficierez en outre de deux imposants écrans de 12,3 pouces, dont un dédié à l'instrumentation, offrant trois graphismes différents au choix. Les sièges sont accueillants, mais manquent un peu de maintien latéral. À l'arrière, l'habitabilité est correcte, mais pas exceptionnelle : difficile de glisser ses pieds sous le siège de devant, tandis que la place centrale a des allures de strapontin. Mais la nouvelle Classe E se fait pardonner avec ses équipements high-tech. Dès les versions de base, on dispose d'un éclairage 100 % à LED. En montant en gamme, on accède à l'amortissement piloté, aux phares directionnels anti-éblouissement ou à l'affichage tête haute. Et en puisant dans l'épais catalogue des options, on peut y ajouter un système de freinage anticollision détectant lorsqu'un automobiliste vous refuse la priorité à droite, un assistant capable de gérer une manœuvre d'évitement, une application mobile qui transformera votre smartphone en télécommande pour garer l'auto plus facilement, et même… des accoudoirs avant chauffants pour les plus frileux ! Mais c'est évidemment le système Drive Pilot qui attire l'attention. Celui-ci sait en effet maintenir l'auto dans sa file automatiquement jusqu'à une vitesse de… 210 km/h. Et jusqu'à 130 km/h si le marquage au sol est peu visible, comme dans des zones de travaux. Le système ajustera par ailleurs automatiquement la consigne du régulateur de vitesse en fonction des panneaux de signalisation. Il est également capable (en Allemagne uniquement pour l'instant) de prendre en charge un changement de file. Pour autant, et c'est là une différence majeure avec le système Autopilot d'une Tesla Model S, le Drive Pilot de Mercedes impose de garder les mains sur le volant ou, à tout le moins, de les y poser quelques secondes à intervalles réguliers. Une obligation réglementaire, selon le constructeur, avec laquelle Tesla se serait donc montré un peu léger… En tous cas, si la voiture autonome n'est pas encore pour aujourd'hui, Mercedes s'en rapproche à pas feutrés.

Le confort d'abord !

Cette Mercedes Classe E, vous continuerez donc de la conduire vous-même. Et si vous êtes un habitué des précédents modèles, vous ne serez pas trop dépaysés. Car derrière toutes ces technologies avant-gardistes se cache un caractère placide et résolument orienté vers le confort. Les suspensions, bien que raffermies et rabaissées sur cette version Sportline, restent ultrasouples et gomment efficacement les inégalités, au prix cependant d'un roulis marqué et de mouvements de pompage parfois excessifs. Quant à la direction, elle est plutôt précise, mais isole le conducteur du train avant. La Classe E semble ainsi planer au-dessus de la route. Une sensation plutôt agréable sur longs trajets, notamment sur les grands axes où cette Mercedes est comme à la maison. Mais les amateurs de dynamisme opteront pour les finitions hautes, équipées de l'amortissement piloté qui améliore nettement le contrôle de la caisse. Ou s'intéresseront carrément vers la concurrence, qui met davantage l'accent sur la sportivité.

Un diesel raffiné

Mais ce serait dommage de tourner le dos aussi vite à cette Classe E, qui recèle d'autres atouts. À commencer par un tout nouveau moteur diesel 2.0 « OM654 », qui remplace l'ancien 2.2 « OM651 » apparu en 2008. Pensé pour les futures méthodes d'homologation (nouveau cycle WLTP et mesures en conditions réelles RDE), ce bloc met l'accent sur la sobriété. Sur un parcours routier sans recherche d'économie, il nous a ainsi gratifié d'un 5,6 l/100 km à l'ordinateur de bord, valeur remarquable pour une grande berline dépassant 1,7 tonne en charge. Ce moteur représente également un progrès en agrément, avec une puissance respectable (194 ch) et un couple de 400 Nm disponible assez tôt qui, associés à une boîte automatique à 9 rapports, autorisent de belles performances : 0 à 100 km/h en 7,3 s et 240 km/h en vitesse de pointe. Enfin, l'encapsulation soignée de la Classe E permet de maintenir décibels et vibrations loin de l'habitacle.

À retenir

C'est vrai, la Mercedes Classe E a fait sa révolution technologique. Mais elle reste paradoxalement fidèle aux traditions maison, en mettant clairement l'accent sur le confort. Douce, moelleuse et silencieuse, elle ne dépaysera pas les habitués du modèle. Et si l'on salue la présentation intérieure cossue et les qualités du nouveau moteur diesel, on regrette que la Classe E n'ait pas davantage affûté son châssis. Mais gageons que la future version AMG sera nettement plus travaillée sur ce point...
points fortsConfort général, moteur performant et très sobre, contenu technologique, présentation flatteuse, conduite partiellement autonome.
points faiblesSuspensions trop souples, tarif élevé et options coûteuses, habitabilité arrière moyenne.
13.7

20
Les chiffres
Prix 2016 : 57 500 €
Puissance : 194 ch
0 à 100km/h : 7.3s
Conso mixte : 4.3l/100
Notre avis
Agrément de conduite : 15/20
Sécurité active et passive : 17/20
Confort et vie à bord : 18/20
Budget : 12/20

Avis des propriétaires

Autres articles pouvant vous intéresser

MERCEDES E500 Cabriolet
MERCEDES E500 Cabriolet

Après la berline, le break et le coupé, c'est au tour du cabriolet Mercedes...

MERCEDES Classe E Coupé
MERCEDES Classe E Coupé

Après la berline, c'est au tour du coupé Mercedes Classe E de profiter d'un...

MERCEDES E300 BlueTec Hybrid
MERCEDES E300 BlueTec Hybrid

À l'occasion de son restylage, la Mercedes Classe E se dote d'une...

Tous les essais MERCEDES
FORD Fiesta ST200
FORD Fiesta ST200

Avec ses 182 ch, la Fiesta ST était en retrait face à la concurrence. À...

MASERATI Levante S
MASERATI Levante S

Le tabou est brisé depuis longtemps et, un à un, les constructeurs premium...

VOLVO V60 Polestar
VOLVO V60 Polestar

Volvo a osé dévergonder son break V60 avec la complicité du préparateur...

Tous les essais

Commentaires

avatar de corleone
corleone a dit le 29-12-2008 à 21:31
Cette Benz est magnifique. Savez vous ou est ce qu'on pourrai la trouvez d'occasion ?
avatar de Racoon
Racoon a dit le 12-01-2009 à 18:55
Il faudra d'abord attendre que des clients l'achètent en neuf :o) D'ici la fin 2009, on devrait en trouver sur le marché de l'occasion.
Tous les commentaires