VOLVO S60

Vincent Desmonts le 08/03/2010

La nouvelle Volvo S60 promeut le plaisir de conduite... mais elle n'hésitera pas à intervenir, voire à reprendre les commandes. C'est qui le patron ?

Voir la vidéo en HD

La nouvelle Volvo S60, c'est un peu le feuilleton d'une déception. Le concept-car de 2008 : sublime, musclé, racé, avec la promesse d'un agrément de conduite au top. On salive ! La S60 définitive ? Moins aérienne, plus balourde, un rien affadie, elle attriste.

Alors on cherche des consolations ailleurs : dans l'habitacle, accueillant et bien présenté. Dans la fiche technique, qui nous fait de l'œil avec des motorisations atteignant les 304 chevaux sur la version T6. La disparition des blocs 5 cylindres essence chagrine un peu, tout de même, la trompeuse appellation T5 concernant désormais un 4 cylindres turbo de 240 ch. C'est d'ailleurs un joli fouillis dans les matricules, puisque la S60 D3 est en réalité propulsée par... un D5 de 163 ch ! Une chatte y perdrait ses petits.

La direction assistée plus directe, les liaisons au sol plus précises et l'amortissement réglé sur les pires routes d'Europe annoncent un châssis aux petits oignons. Jusqu'ici tout va bien.

C'est après que cela se gâte. La nouvelle Volvo S60 reçoit un autobloquant ? Ne rêvez pas : il s'agit d'un simple système électronique agissant sur les freins, à la façon du XDS Volkswagen. De toutes manières, la S60 n'a pas vraiment besoin de vous, le conducteur : un piéton surgit devant vous ? Elle plantera les freins toute seule. Vous n'avez pas vu la voiture arrêtée au feu rouge ? Si vous êtes à moins de 15 km/h, la S60 stoppera d'elle-même. La sécurité, c'est bien. La déresponsabilisation, un peu moins.

Voir plus de photos

Avis des propriétaires

Commentaires