Essai VOLVO XC90 D5

Camille Pinet le 22/06/2015

Après 12 ans de carrière, le Volvo XC90 avait grand besoin d'être renouvelé. Dotée d'une plateforme inédite et de nouveaux moteurs, cette deuxième génération maintient le savoir-faire de la marque au meilleur niveau grâce à une habitabilité et un confort hors pair.

Voir la vidéo en HD

Le choix du confort

Décidément, les marques de luxe revendues par Ford à la fin de la dernière décennie tirent bien leur épingle du jeu. Jaguar et Land Rover rachetés par l'Indien Tata affichent une forme éblouissante, tandis que Volvo, repris par le Chinois Geely en 2010, ne peut que se féliciter de l'accueil réservé à son SUV XC90, dont les premiers modèles se sont écoulés à la vitesse de l'éclair. Pour le constructeur, l'enjeu est de taille puisque ce SUV est son premier modèle entièrement conçu après son rachat. La plateforme est donc inédite, et tous les moteurs conçus en interne.

Au demeurant, sur le plan esthétique, le XC90 a fait bien attention de ne pas trop choquer une clientèle fidèle. Le modèle reste donc reconnaissable même si la face avant, très lisse, se montre plutôt futuriste. Les feux en hauteur et l'épaulement marqué, signatures esthétiques de Volvo depuis près de 20 ans restent de la partie. L'ensemble apparaît plus réussi à la lumière du jour qu'en photo, et n'a aucun mal à rivaliser avec les autres mastodontes du segment que sont l'Audi Q7, le BMW X5 ou encore le Range Rover Sport. C'est finalement dans l'habitacle que la révolution est la plus profonde. Que l'on se rassure, le XC90 brille toujours par son habitabilité et reste bien entendu disponible en version sept places. C'est même l'un des plus accueillants du marché : un passager de plus d'un mètre quatre-vingt pourra se faufiler à la troisième rangée sans trop souffrir. La qualité des matériaux est également au dessus de tout soupçon, particulièrement dans notre version haut de gamme Inscription, facturée tout de même 79 940 € avec les options. L'évolution la plus notable concerne l'ergonomie : autrefois adepte des planches de bord constellées de boutons, le Suédois a décidé de faire du passé « tablette » rase en réunissant toutes les commandes sur le large écran central tactile, comme le veut la mode du moment. Un parti-pris très radical puisque même la climatisation n'a plus droit à des boutons physiques. Voilà qui nécessite un temps d'accoutumance certain, d'autant que le XC90 embarque une batterie impressionnante d'équipements. Il faut reconnaître que l'interface est plutôt bien conçue : nous sommes parvenus assez rapidement à trouver toutes les fonctions utiles sans déclencher de migraine. Néanmoins, nous préférons l'approche BMW et Audi qui continuent à confier les fonctions les plus essentielles à des boutons.

Voir plus de photos

Un tempérament placide

Nous avons retenu pour notre essai la version qui sera sans doute la plus diffusée en France : la motorisation D5 Diesel de 225 ch. Une appellation un peu usurpée puisque le D5 n'est plus un 5 cylindres mais bien un « quatre pattes » de deux litres, comme tous les autres moteurs de la gamme. La noblesse mécanique et la sonorité y perdent beaucoup, mais il parait que cela n'intéresse plus le client. Nous vivons une époque moderne… Quoi qu'il en soit, ce nouveau moteur remplit correctement son office malgré la masse conséquente du XC90, qui frise les deux tonnes à vide. Il profite beaucoup de la transmission Aisin à huit rapports, qui lisse son fonctionnement et fait preuve d'une grande douceur. En revanche, l'ensemble manque un peu de réactivité au démarrage, sans doute l'effet de la masse à arracher. L'insonorisation apparaît satisfaisante, les claquements du Diesel ne se faisant jamais trop entendre. Au volant, le Volvo XC90 assume une nature plutôt placide. Sa suspension pneumatique (option à 2 580 €) fait preuve d'une grande souplesse et procure un grand confort, même lorsque la position Sport du sélecteur de conduite est engagée. Celle-ci ne se montre d'ailleurs pas d'une grande utilité, le XC90 n'étant tout simplement pas conçu pour une conduite sportive. Non que sa tenue de route soit inefficace, mais la douceur de sa direction et l'inertie du XC90 n'incitent pas aux échappées trop dynamiques.

À retenir

De par leur taille et leur masse, les SUV son contraints à faire des choix. Volvo s'est gardé de vouloir faire de son nouveau SUV un véhicule faussement sportif et c'est tant mieux. Confortable, habitable, il assume totalement sa vocation familiale. Il offre également une qualité de réalisation et un niveau d'équipement qui rivalise sans peine avec les références de son segment. Seuls véritables regrets : une ergonomie pas toujours simple et la disparition des motorisations « nobles ».
points fortsConfort de suspension, qualité de finition, habitabilité, silence
points faiblesSonorité banale, boîte lente au démarrage, masse encore élevée
13.9

20
Les chiffres
Prix 2015 : 67 100 €
Puissance : 225 ch
0 à 100km/h : 7.8s
Conso mixte : 5.7l/100
Notre avis
Agrément de conduite : 13/20
Sécurité active et passive : 17/20
Confort et vie à bord : 17/20
Budget : 12/20

Autres articles pouvant vous intéresser

VOLVO XC90 T8
VOLVO XC90 T8

Glisser en ville sans un bruit, partir au bout du monde à sept personnes,...

VOLVO XC90 V8
VOLVO XC90 V8

Le Volvo XC90 a laissé Mercedes et son ML, ainsi que BMW et son X5 défricher...

VOLVO XC 90
VOLVO XC 90

Les spécialistes allemands vont devoir partager le filon porteur des SUV avec...

Tous les essais VOLVO
PORSCHE Cayenne Coupé Turbo
PORSCHE Cayenne Coupé Turbo

Il lui en a fallu du temps ! Le Porsche Cayenne cède enfin à la mode du coupé...

BMW M135i xDrive (F40)
BMW M135i xDrive (F40)

La BMW Série 1 fait sa révolution. Exit la propulsion et les 6-cylindres, et...

VOLVO S60 T8 Polestar Engineered
VOLVO S60 T8 Polestar Engineered

Hybride rechargeable, la mécanique combinant essence et électricité de la...

Tous les essais

Avis des propriétaires

Commentaires

avatar de essaisautos
essaisautos a dit le 24-06-2015 à 11:25
Dommage qu'elle ait un look un peu passe-partout... Ce doit être une excellente machine à conduire !