Essai MERCEDES E500 Cabriolet

Loïc Bailliard le 22/10/2013

Après la berline, le break et le coupé, c'est au tour du cabriolet Mercedes Classe E de s'offrir un coup de bistouri. Une excellente occasion de profiter des accords de son V8 biturbo à ciel ouvert.

Voir la vidéo en HD

Un nouveau regard

Moins chère que ses concurrentes, bien équipée et profitant d'un habitacle agréable, la précédente mouture du cabriolet Mercedes Classe E souffrait tout de même d'un style un peu austère, surtout lorsqu'on la comparait aux autres offres découvrables de la marque. Elle restait en effet la dernière de la gamme plaisir de Mercedes à arborer l'ancien style de l'étoile et à ne pas avoir effectué le virage vers le look plus organique et agressif qui caractérise désormais les SLK, SL et autres CLS ou Classe A. Mais fort heureusement, le très gros restylage effectué sur les berlines et break Classe E il y a quelques mois s'applique également au cabriolet.

Comme cela a déjà été évoqué lors de notre essai du coupé, ce relookage est ici moins extensif que sur les berlines et break, mais reste suffisamment significatif pour donner un sacré coup de jeune à l'engin. La disparition des doubles optiques et leur remplacement par un nouveau regard à LED, le bouclier revu (encore plus agressif ici grâce à un pack Sport AMG comprenant des jupes spécifiques tout autour de la voiture) ou la nouvelle calandre confèrent une prestance et un dynamisme bienvenus à la Mercedes Classe E Cabriolet. L'arrière est quant à lui moins transfiguré, et on retrouve les passages de roues marqués qui faisaient déjà office de signature sur les modèles précédents. Même constat pour la malle dont le dessin en légère pointe est reconduit. De chaque côté, on retrouve cependant de nouvelles optiques. Et l'ensemble surplombe un bouclier revu, intégrant ici un diffuseur et des échappements chromés.

Voir plus de photos

Technologie embarquée

A bord, les changements se font très discrets. Quelques détails de finition trahissent qu'il s'agit d'une nouvelle version, mais seul un œil expert saura les déceler. Et personne ne s'en plaindra, car l'habitacle de la Mercedes Classe E Cabriolet était déjà un écrin de confort et de technologie. Moderne et épuré, il se distingue en effet surtout par le déploiement d'inventivité de Mercedes afin de faire de la Classe E un cabriolet 4 saisons. Bien installé dans les sièges avant multicontours (inclus dans le Pack Sport AMG), on profite en effet du système de ventilation de la nuque « Airscarf », du déflecteur rétractable « Aircap » surplombant le pare-brise ou encore des sièges chauffants. Côté sécurité, la Mercedes Classe E Cabriolet profite de l'alerte franchissement de ligne, de l'anticollision ou encore de la surveillance de l'angle mort et de l'alerte anti-endormissement.

Monstre paisible

Mais le meilleur moyen de ne pas s'endormir au volant, c'est encore d'alourdir son pied droit. Car sous une robe relativement discrète et ses allures de cabriolet tranquille, la Mercedes E500 cache un moteur de feu qui permet de la propulser à 100 km/h en moins de 5 secondes : il s'agit en effet d'un V8 biturbo de 4,7 litres développant 408 ch et 600 Nm de couple ! L'étude de la fiche technique révèle cependant la particularité de ce moteur : le couple est disponible entre 1 600 et 4 750 tr/min tandis que la puissance atteint son sommet entre 5 000 et 5 750 tr/min. Ces valeurs, plus courantes dans un Diesel qu'un V8 essence, annoncent ce qui s'avère un trait dominant de la Classe E Cabriolet : il s'agit d'un monstre paisible qui n'aime pas qu'on le secoue dans tous les sens.

C'est l'Amérique !

Les premières départementales sinueuses rencontrées lors de notre essai dans le Vexin le confirment d'ailleurs immédiatement. Lorsqu'on la brusque, la Mercedes Classe E500 Cabriolet devient presque frustrante : la boîte automatique à 7 rapports, malgré son mode sport et ses palettes au volant, ne réagit pas assez vite. Ensuite, les bruits de mobilier, notamment au niveau du pare-brise, ne rassurent pas quant à la rigidité de l'ensemble, et les 1 945 kg de l'engin mettent les freins à rude épreuve.

C'est bien dommage, car la direction se montre très agréable, précise et pleine de ressenti. On peut se montrer aussi enthousiaste vis à vis des trains roulants, offrant un excellent compromis entre confort et maintien lorsque les suspensions restent en mode confort. Une fois inscrite dans la courbe, la Mercedes Classe E semble posée sur des rails. Il ne faut simplement pas oublier de modérer l'usage de la pédale de droite lors des réaccélérations, sous peine de voir les 600 Nm de couple rappelés à l'ordre brutalement par l'ESP. Finalement, on se souvient que la E500 Cabriolet est pensée pour le marché américain, on laisse la boîte choisir les rapports à notre place, on conserve les suspensions en mode « confort » et on se lance dans son activité favorite : le cruising à haute vitesse. On reste alors sur un filet de gaz, à profiter des montagnes de couple disponibles et du glougloutement fantastique de ce V8 musical.

La cerise sur le gâteau

Et évidemment, on profite de l'absence de pluie pour décapoter (en roulant, mais en plus de 20 secondes…) et ajouter la touche finale à cette balade rythmée : du vent dans les cheveux. Enfin, il faut le dire vite, car les amateurs de grands courants d'air seront déçus : l'ensemble des systèmes proposés aux places avant isolent réellement le conducteur de l'environnement extérieur. En pleine vague de froid automnale, on ne s'en plaint pas, cela dit… Et en plein été, il reste possible de désactiver le filet antiremous arrière et l'Aircap et confier au vent le soin de revoir notre coupe de cheveux. Si l'Aircap fonctionne donc à merveille à l'avant, les efforts de Mercedes ne permettent en revanche toujours pas d'isoler correctement les places arrière. Les courants d'air y sont encore très présents et la conversation avec les passagers avant reste difficile. Et c'est bien dommage, car les deux places postérieures se montrent accueillantes, même pour des adultes. On reste assis un peu droit et les genoux sont posés sur le siège avant, mais la position s'avère suffisamment confortable pour qu'un trajet moyen soit envisageable.

À retenir

La Mercedes E500 Cabriolet est une voiture pleine de contradictions. Sous ses allures relativement discrètes, elle cache un moteur de feu. Mais malgré ses 400 ch, elle n'est pas sportive. Véritable GT, elle soigne ses occupants, offre suffisamment de punch pour que les dépassements ne posent jamais problème et peut se vivre à 4. Séduisante sans être follement virulente, son caractère s'accorde donc parfaitement à son nouveau style.
points fortsMoteur impressionnant, restylage réussi, confort à bord, direction précise, technologie pléthorique, places arrières habitables.
points faiblesBoîte peu réactive, consommations gargantuesques (n'espérez pas trop descendre sous les 15 l/100 km !), poids élevé.
14.5

20
Les chiffres
Prix 2013 : 93 030 €
Puissance : 408 ch
0 à 100km/h : 4.9s
Conso mixte : 9.1l/100
Notre avis
Agrément de conduite : 16/20
Sécurité active et passive : 15/20
Confort et vie à bord : 13/20
Budget : 9/20

Autres articles pouvant vous intéresser

MERCEDES AMG Classe E 63 S 4Matic+
MERCEDES AMG Classe E 63 S 4Matic+

À ma gauche, l'une des berlines les plus performantes jamais conçues par AMG....

MERCEDES E 400 4Matic Cabriolet Fascination
MERCEDES E 400 4Matic Cabriolet Fascination

Cela fait longtemps que Mercedes conçoit des cabriolets qui s'échinent à...

MERCEDES E 400 Coupé Fascination
MERCEDES E 400 Coupé Fascination

Chez Mercedes, le coupé est une longue tradition. Mais dans ce domaine, la...

Tous les essais MERCEDES
VOLKSWAGEN T-Roc R
VOLKSWAGEN T-Roc R

Volkswagen lance une version sportive de son petit SUV. Chic, stylé et...

PORSCHE Cayenne Coupé Turbo
PORSCHE Cayenne Coupé Turbo

Il lui en a fallu du temps ! Le Porsche Cayenne cède enfin à la mode du coupé...

BMW M135i xDrive (F40)
BMW M135i xDrive (F40)

La BMW Série 1 fait sa révolution. Exit la propulsion et les 6-cylindres, et...

Tous les essais

Avis des propriétaires

Commentaires

avatar de LoïCat
LoïCat a dit le 23-10-2013 à 13:20
En effet, je l'ai bel et bien oubliée (malgré vos doutes, c'est la vérité.) Je n'ai malheureusement jamais eu la possibilité d'essayer la XK, je ne peut donc pas vous donner d'avis objectif concernant les deux modèles. Mais je vais regarder pour ajouter la Jag dans les concurrentes, même si à mon sens, un acheteur de Classe E ne regardera pas nécessairement la XK. Celle-ci reste un objet prestigieux, qui ne fera pas forcément office de daily driver, contrairement à une E que l'on peut laisser sans arrière pensée dormir dans la rue.
avatar de jag66
jag66 a dit le 23-10-2013 à 09:47
Tiens donc , un "oubli" ??? Il me semble que dans la même catégorie de prix (selon options ) , on trouve le genialissime Jaguar XK avec V8 5L de 385 cv , voire la version R avec 510 cv ... Et je serai curieux de voir un comparatif objectif de ces différentes autos ... Eh non , il n'y a pas que les allemandes ... Vous l'oubliez un peu trop souvent ...
avatar de patricck
patricck a dit le 22-10-2013 à 21:55
Réservoir de 66 l et donc pas dépasser 400 km en étant sage. Une voiture de cet acabit doit pouvoir faire 500km sans ravitailler donc réservoir de 85 l ce qui n'ampute le coffre que de 20 dm3 à moins d'installer un vilain diesel dans un cabriolet.