Chevrolet Camaro / Ford Mustang GT

David Lamboley le 21/04/2010

Partagez

réagir

Présentation


Vincent Desmonts

Vincent Desmonts
Conjuguer tradition et modernité, nostalgie et efficacité, c’est ce qui caractérise les toutes dernières moutures des Ford Mustang et Chevrolet Camaro, que nous avons eu la chance de réunir pour un match au sommet. Honneur à la plus jeune : après sept ans d’absence, la Chevrolet Camaro revient plus en forme que jamais, notamment dans sa définition Super Sport. L’objectif, vous vous en doutez, c’est de partir au galop dans le pré carré de la Ford Mustang.

A l’image de cette dernière, la Camaro adopte un style néo-rétro, inspiré du millésime 1967. Long capot à bosse, calandre béante et regard agressif répondent à une croupe marquée par un décrochement, musclée à souhait. A l’intérieur, même musique, avec des instruments de bord façon années 60, et des plastiques peu flatteurs.

Vincent Desmonts

Vincent Desmonts
Sous le capot, cette version haut-de-gamme SS reçoit le gros V8 de sa sœur la Corvette. Avec 6,2 litres de cylindrée et 405 ch revendiqués, le train arrière a fort à faire pour canaliser cette énergie. Malgré le châssis moderne, notamment grâce à la présence d’un train arrière indépendant, la Camaro SS demeure caractérielle, mais quel plaisir !

La Ford Mustang, dans la même veine, réinterprète un glorieux passé avec un certain talent. Tout en elle fleure bon les années 60, y compris sous le capot, avec un V8 4,6 litres développant 319 ch. Côté châssis, le pont rigide subsiste à l’arrière. Moins efficace que la Camaro, elle s’avère pourtant plus civilisée, plus abordable, y compris côté tarif. Importée et homologuée, elle coûte 44 900 euros, contre 56 000 euros pour la Camaro SS.

Design extérieur et intérieur


David Lamboley

David Lamboley
Les constructeurs américains sont fantastiques dans leur capacité à puiser dans leur glorieux passé pour mieux rebondir. De notre fenêtre européenne, nous voyons souvent ces réinterprétations impressionnantes comme une panne d’inspiration. Ce serait vite caricaturer un processus qui, presque à chaque fois, fait vibrer efficacement la corde nostalgique pour à nouveau séduire.

Parmi les plus récents exemples d’outre-Atlantique, citons les Ford Thunderbird ou la GT, le Chrysler PT Cruiser, les Chevrolet SSR et HHR et bien sûr le trio infernal Ford Mustang, Dodge Challenger et Chevrolet Camaro, parmi d’autres.

La Chevrolet Camaro est donc l’une des dernières nouveautés américaines à adopter un style néo-rétro pur jus. Cette interprétation moderne ne fait pas dans la demie-mesure, à tel point qu’à quelques dizaines de mètres, on peut presque la confondre avec son aînée de 1967 ! Le long capot à bosse que les Américains appellent « power bulge », que l’on pourrait traduire par « dôme de puissance » la calandre en V qui cache le haut des optiques, le regard ténébreux et cette croupe rebondie qui décroche, tous ces éléments sont dessinés façon sixties. Notons que cette version SS a droit à des roues de 20 pouces chaussées de Pirelli P Zero en 245 de large à l’avant et 275 de large à l’arrière, une note cette fois tout à fait moderne…

David Lamboley

Vincent Desmonts
L’habitacle a lui aussi cédé à la tentation nostalgique, avec une planche de bord assez dépouillée coiffée d’un bloc d’instruments à double niche carré dans lesquelles trônent deux cadrans ronds aux chiffres rétros. La console centrale interpelle aussi avec ses « rally gauges », petites jauges additionnelles typiques sur les muscle-cars des années 60 et 70.

Côté habitabilité, l’espace n’est pas compté à l’avant, mais les places arrière apparaissent ridicules au regard de la taille de l’engin : 4,83 m de long quand même ! Enfin, la qualité des plastiques n’est pas au niveau européen.

Chez Ford, on améliore la recette « new Mustang » par petites touches. Notre millésime 2010 a ainsi droit à un habitacle reconsidéré, doté de matériaux de meilleure qualité. Même si ce n’est pas encore ça, la Ford supplante la Chevrolet sur ce point et fait plutôt bonne figure dans la paysage européen.

Vincent Desmonts

Vincent Desmonts
Côté look, à première vue rien de véritablement nouveau depuis son apparition en 2005. A première vue seulement, car en y regardant de plus près, il s’agit…d’une toute nouvelle carrosserie !

A part le toit et les vitrages, tous les panneaux sont nouveaux : face avant plus agressive avec une calandre plus fine et cintrée, bouclier avant très proéminent, passages de roues toujours musclés mais beaucoup moins marqués par les emboutis circulaires, pli de ceinture de caisse plus affirmé, nouveau panneau arrière, nouveaux feux, nouvelles jantes…

Verdict, la Mustang 2010 apparaît plus basse, plus racée, bref, plus harmonieuse.

Mécanique, châssis


David Lamboley

Vincent Desmonts
La Chevrolet Camaro, outre un V6 de base, propose deux définitions de V8, l’un à boîte mécanique, le plus puissant avec 432 ch, l’autre accouplé à la boîte automatique, délivrant 405 ch. Les Camaro huit cylindres se nomment Super Sport, ou SS, et empruntent tout simplement leur mécanique à la grande sœur Corvette, une tradition dans la gamme Camaro.

Dans le cas présent, il s’agit d’un 6,2 hérité de la C6 millésime 2008, mais adapté à la Camaro et doté d’un système de coupure de la moitié des cylindres à faible charge, ce qui explique notamment, avec la présence de la boîte automatique, la perte de quelques chevaux.

Vincent Desmonts
Chez Ford, on ne change pas une équipe qui gagne, ou tout du moins pas encore, puisque la Mustang 2011 sera dotée d’un tout nouveau V8 de 5 litres annoncé à 418 ch. Pour l’heure, notre modèle 2010 est toujours propulsé par le 4,6 litres à 3 soupapes par cylindre, affichant un « petit » 319 ch. Là aussi, la boîte auto est de rigueur, mais avec seulement 5 rapports, contre 6 pour la Camaro.

La plate-forme moderne de la Camaro est d’origine General Motors Australie. La grosse berline Holden Comodore, ainsi que son clone américain la Pontiac G8, ont été créés sur la même base. L’architecture des trains roulants, jambe de force à l’avant et multibras à ressorts hélicoïdaux à l’arrière, une première sur une Camaro, garantit un comportement sain.

Chez Ford, c’est beaucoup plus rustique, puisque le pont rigide est toujours présent. Un brin plus souple que la Camaro sur ses suspensions, elle garantit elle aussi une certaine dose de confort.

Sur la route


Ford

Chevrolet
Plutôt homogène, la Chevrolet Camaro est un gros coupé à deux visages. Côté pile, le confort est préservé et le comportement général plutôt sans histoires aux allures usuelles, et ce malgré un roulis assez marqué et une lourdeur générale qui tranche avec une Corvette, par exemple.

Côté face, le terme Super Sport revient vite en mémoire. Menée vivement, elle devient caractérielle et difficile à maîtriser. La masse très importante et l’inertie qui en découle lors des changements de cap, l’imprécision de la direction et le V8 volcanique qui déclenche des ruades demandent au minimum de la vigilance, au mieux un certain doigté. Mais sur circuit, c’est le bonheur assuré.

Vincent Desmonts

David Lamboley
Chez Ford, c’est un peu moins « sport ». Un brin plus souple que la Camaro sur ses suspensions, mais dotée d’amortisseurs trop fermes en compression, la Mustang ne pardonne pas les petites irrégularités, pourtant très fréquentes sur les routes du vieux continent.

Le pont rigide n’arrange rien en ce qui concerne les tressautements intempestifs. Contre toute attente, elle s’avère toutefois plus civilisée, plus prévenante dans ses réactions, moins fatiguante à mener tambour battant que sa concurrente.

Vincent Desmonts
Au chapitre mécanique, là aussi, les différences existent. La cause « number one », c’est le gap de puissance, 86 ch d’écart en faveur de la Camaro. Il s’agit aussi de caractère mécanique. Le V8 Ford n’est pas véritablement adepte des montées en régimes tonitruantes, alors que le V8 Chevrolet vaut son pesant de sensations. Méchante, la Camaro SS attaque avec plus d’entrain, le V8 en redemande et grimpe à l’assaut de la zone rouge avec ferveur. Et quelle sonorité ! Une véritable usine à sensations…

Enfin, les performances plus ou moins officielles, de plus exprimées en miles (0 à 60 mph), tournent, dans un cas comme dans l’autre, autour des 5 secondes pour effectuer le 0 à 100 km/h. Étant donné la moindre puissance de la Ford, c’est une belle performance.

Notre avis


David Lamboley
La Chevrolet Camaro SS, véritable usine à sensations avec son gros moteur de Corvette, joue à fond la carte du néo-rétro, y compris dans ses manières expéditives, comme à l’époque des muscle-cars ! La Ford Mustang GT, elle, améliore encore une recette authentique et s’avère, contre toute attente, performante, assez homogène malgré son antique pont rigide, et surtout plus facile à mener, moins fatigante en conduite sportive. Des atouts qui en font un engin envisageable au quotidien. Elle garde, pour cette dernière raison, notre préférence.

David Lamboley
Chevrolet Camaro SS

Points forts
Présentation suggestive, look « sixties » très réussi, confort général, moteur spectaculaire, sonorité, comportement très communicatif.

Points faibles
Châssis peu rigoureux en conduite sportive, comportement devenant difficile sans les aides électroniques sur route ouverte, plastiques intérieurs peu flatteurs, habitabilité arrière réduite.

Ford Mustang GT

Points forts
Agrément général avec une certaine homogénéité, comportement plutôt prévenant, confort général, look réussi, performances.

Points faibles
Consommation, caractère moteur « un ton au dessous » par rapport à la Camaro, habitabilité à l’arrière, tressautements sur mauvais revêtement.

Partagez

réagir

Commentaires

avatar de kasper
kasper a dit le 25-04-2010 à 19:47
Bonsoir, c'est avec un certain plaisir que je lis vos chroniques qui sortent du politiquement correct, et j'aurais aimé qu'il en soit de même pour ce comparatif et que vous dénonciez les tarifs "honteux" d'homologation, la magouille qui règne dans ce domaine, les tarifs varient de 3000 à 6000 Euros voir plus pour une mustang et quasiment personne ne fait les mêmes modifications, difficile de savoir sur quelles pieces portent les changements, etc.....le maître mot de ces gens est méfiez vous des américains ils vendent des voitures sans moteur....Comme si nous avions le monopole de l'honneteté.... Quand vous cherchez des infos à la drire et l'utac c'est la bouteille à l'encre très sombre ......Et si vous insistez on vous donne de bonnes adresses et il est reconnu à très basse voix que tout n'est pas terrible chez les "importateurs" . S.V.P. faites une enquête indépendante sur ce sujet. Merci KASPER
avatar de jumbo
jumbo a dit le 23-04-2010 à 23:05
Bonsoir, J'ai ressentis,les memes sensations, sur le circuit d'Abbeville, au volant d'une chevrolet corvette ZO6,de plus de 500 cv....c'est du vrai rodéo.Vraiment pour ceux,qui aiment les chevaux sauvages.Bravo pour la video..... BYE...