Audi A6 TDI / Citroën C6 HDI

David Lamboley le 10/11/2009

Partagez

réagir

Présentation


David Lamboley

David Lamboley
Cette fin d’année 2009 marque un grand tournant dans la carrière d’un de nos hauts-de-gamme français oh, combien emblématique du savoir-faire national, mais boudé par les clients, la Citroën C6. Une évolution mécanique notable de son V6 HDI, plus fort en cylindrée et revendiquant désormais 240 ch, lui permet d’aller jouer dans la cour des grandes berlines diesel allemandes, au sein de laquelle on trouve une des références du genre, l’Audi A6 TDi dotée elle aussi d’un 3.0 litre V6 délivrant 240 ch. Même puissance, même positionnement, le duel franco-allemand est inévitable, même si les philosophies de nos deux protagonistes divergent bien au-delà des apparences…

Commençons par la Française. Commercialisée depuis 2006, elle n’a pas rencontré son public. A ce jour, moins de 20 000 exemplaires ont été livrés, dont une bonne partie aux administrations. La Citroën C6, c’est à coup sûr une voiture de ministre ! L’héritière des DS et CX s’avère spectaculaire, trop, peut-être, pour une clientèle majoritairement conservatrice et préférant la discrétion. Elle garde pourtant un atout de taille, une suspension hydropneumatique Hydractive qui autorise un confort princier sur tous les terrains, ainsi qu’une assiette constante quel que soit la charge. Mais cela ne semble pas être un argument vendeur, hormis pour l’automobiliste patriote disposant de 56 450 euros s’il choisit la finition haut-de-gamme Exclusive !

David Lamboley

David Lamboley
Et il n’y a qu’à observer le succès de l’Audi A6, techniquement assez conventionnelle, pour s’en convaincre. Chez l’Allemande, aucun effet de style particulier, mais une qualité de réalisation irréprochable, un des éléments fondamentaux du cercle vertueux dans lequel s’est inscrit Audi, et qui fait toute la différence. Car on achète aussi une Audi (58 700 euros pour cette version Avus) pour le blason, ce qui n’est pas forcément le cas pour une Citroën…

Ce qui rapproche désormais ces deux vaisseaux amiraux, hormis leur habitacle spacieux, confortable et bien équipé, c’est leur mécanique. Longtemps handicapée par l’absence de diesel suffisamment puissant, la Française inaugure un nouveau V6 diesel HDI cubant 3.0 litre –il s’agit d’une évolution du 2.7 HDI- et délivrant ici 240 ch, soit autant que le V6 TDI de l’Audi A6. Ce raffinement nouveau permet enfin à Citroën d’entrer dans la danse des berlines premium diesel qui, rappelons-le, constitue la sous-catégorie la plus prisée. Dans cette sphère, les moteurs essence représentent toujours une infime minorité.

Design extérieur et intérieur


David Lamboley

David Lamboley
Lignes tendues, long capot, portes sans montants, lunette concave, feux en boomerang… Difficile de faire plus avant-gardiste ! Entre le moderne et le baroque, la Citroën C6 interpelle encore, plus de trois ans après son apparition sur le marché. L’habitacle, plus classique, campe sur ses positions. Spacieux et particulièrement bien équipé dans cette version haut-de-gamme Exclusive, on regrettera cependant l’aspect massif et un peu torturé de la planche de bord. Côté assises, le confort règne, aussi bien à l’avant qu’à l’arrière. Parmi les équipements remarquables, notons le système de vision tête haute ou les sièges arrière à commande électrique. Autre attention réservée au passager arrière droit, la possibilité de commander l’avancée du siège passager avant afin de libérer de la place pour ses jambes.

David Lamboley

David Lamboley
L’Audi A6, elle, prône la discrétion malgré son récent restyling. Boucliers, calandre, et antibrouillards ont été redessinés, et l’éclairage diurne fait son apparition sous forme d’une rampe de diodes blanches, la signature de toutes les Audi. Pour le constructeur d’Ingolstadt, de toute évidence, on ne change pas une équipe qui gagne. L’habitacle n’évolue pas, malgré de nouveaux équipements déjà présents sur des modèles plus récents, tels le Side Assist, un détecteur d’angle mort, l’alerte de franchissement de ligne continue ou le régulateur de vitesse à radar actif, tout ceci en option sur la plupart des finitions. Dans l’absolu, rien de plus qu’à bord de la Citroën, donc, hormis en ce qui concerne la qualité de réalisation, ici irréprochable. Voilà déjà une différence de taille…

Mécanique, châssis


David Lamboley

David Lamboley
Au chapitre châssis, l’Audi A6 s’avère nettement moins sophistiquée que la Citroën C6, en tout cas sur le papier. Alors que l’Allemande repose sur un schéma classique multibras plutôt efficace bien qu’un peu trop ferme à faible allure, la Française se démarque de toute la production mondiale par sa remarquable suspension hydropneumatique Hydractive, une tradition chez les grandes Citroën. L’A6 privilégie le dynamisme, la C6 le confort. Et chacune excelle dans son genre…

David Lamboley

David Lamboley
En termes de motorisations l’Audi A6 reste une des références de la catégorie, notamment lorsque l’on a affaire à l’un des meilleurs diesel du marché, en l’occurrence le V6 3.0 TDi qui nous intéresse aujourd’hui. Il délivre désormais 240 ch et 500 Nm…dès 1500 tr/mn. Accouplé à la boîte automatique qui lui sied à merveille, ce bloc fait preuve d’un velouté remarquable et reste, de plus, particulièrement frugal. Le constructeur annonce une consommation moyenne de 7,1 litre/100 km, pas mal pour une grosse berline premium capable d’abattre le 0 à 100 km/h en 6,8 secondes et naviguant jusqu’à 250 km/h. De l’autre côté du Rhin, s’entend…

Pour tenter de se battre enfin à armes égales avec les Allemandes, la C6 adopte un nouveau V6 diesel, évolution du 2.7 litre précédent. Ce bloc de 3.0 litre de cylindrée affiche désormais 240 ch contre 208 auparavant. Côté performances pourtant, c’est la déception. La Française demande 8,5 secondes pour abattre le 0 à 100 km/h…cherchez l’erreur ! Si les performances n'évoluent que dans de très faibles proportions, la consommation moyenne baisse de 1,3 l/100 km, soit 7,4 l/100 km en moyenne, contre 8,7 l/100 km avec l'ancien bloc. Mais ce n’est pas suffisant pour intimider l’Allemande.

Sur la route


David Lamboley

David Lamboley
La Citroën C6 est un véritable tapis volant grâce à son schéma de suspension rigoureux et son amortissement hydropneumatique sophistiqué, qui autorise un des meilleurs compromis confort/tenue de route au monde. La C6, malgré ses presque deux tonnes, est imperturbable quel que soit le revêtement. Un digne choix de ministre, en somme… Pour les conducteurs plus dynamiques, en revanche, la C6 apparaîtra pataude sur parcours sinueux, ce qui n’est pas le cas de l’Audi. Notons également, sur la Française, la possibilité de régler sa hauteur de caisse selon plusieurs lois, comme ses aïeules DS et CX en leur temps.

Chez Audi, on a privilégié le dynamisme et un vrai plaisir au volant, avec une nette impression d’être aux commandes d’une auto moins volumineuse. Mais le chapitre confort est légèrement entaché par une filtration pas toujours rigoureuse sur mauvais revêtements.

En termes de dynamisme mécanique, la démarcation est moins franche. Le V6 Citroën dispose de suffisamment de coffre pour mouvoir avec aisance la grande berline tricolore, mais on ne peut pas dire qu’il impressionne. On le sait, le poids, c’est l’ennemi… Du côté allemand, c’est un peu mieux, avec une impression plus nette « d’en avoir sous le pied droit ». La transmission bien étagée n’est pas étrangère à cela. Au fait, n’oublions pas que l’Audi A6 3.0 TDI est équipée en série d’une transmission intégrale, un atout non négligeable sur route glissante et en conduite hivernale…

Notre avis


David Lamboley
Quelque soit le modèle ou la motorisation, acheter une Audi s’avère toujours payant, autant en termes de prestations que de valeur résiduelle. Cette A6 3.0 TDi, la version haut-de-gamme diesel, est à peu de choses près inattaquable. Un reproche, peut-être, elle s’avère trop bien élevée et trop discrète pour déclencher la passion. La Citroën, malgré son cœur tout neuf, est larguée en termes de performances et ne fait pas la différence en termes de consommation. Mais elle garde tout ce qui fait sa force, originalité et sophistication. C’est aussi cela, peut-être, qui fait sa faiblesse face aux ténors allemands…

David Lamboley

David Lamboley
CITROËN C6

Points forts
Originale, bien équipée, spacieuse, très confortable, enfin correctement motorisée

Points faibles
Tarif trop élevé, blason pas assez statutaire dans cette catégorie, performances décevantes, consommation pas assez différenciante


AUDI A6

Points forts
Excellente homogénéité globale, moteur puissant et plein de ressources, excellente insonorisation, qualité de réalisation irréprochable.

Points faibles
Tarif élevé, peu de différences cosmétiques par rapport à l’ancienne génération, trop discrète ?

Partagez

réagir

Commentaires

avatar de Eric54c
Eric54c a dit le 22-08-2014 à 18:48
Enigma a tout compris. les modèles allemands évoluent tellement peu au niveau de la forme que la plupart des gens sont incapables de donner l'année de sortie des véhicules et au niveau technique l'évolution est minime. Pour avoir une c6 et avoir eu des cx sm ds ,la c6 n a plus rien à voir les ingénieurs sont partis d'une feuille blanche. les lois d'amortissements sont poussées dans leur dernières limites la c6 n'a d'hydraulique que le principe (couchez vous sous une c6 et sous une allemandes et vous comprendrez la différence de technologie). Pour info certaines pièces de DS étaient usinées au micro en 1960 alors que la concurrence était encore au millimètre, c'est pareil pour la c6, elle contrôle la position de la caisse en hauteur, d'avant en arrière et en latérale. Et ne pas oublier nos journalistes qui font tant pour promouvoir nos modèles : sur un modèle Peugeot la calandre fait coupe frites sur une allemande ça fait robuste.
avatar de ENIGMA
ENIGMA a dit le 29-01-2014 à 10:19
Les constructeurs français n'ont toujours pas compris l'utilité et les avantages de conserver la ligne générale du modèle précédent! D'une part cela permet à l'ancien véhicule de ne pas paraitre trop vite démodé et aussi de conserver la reconnaissance de la génétique de la marque et sa pérennité dans le temps. C'est remarquable sur toutes les vraies marques de prestige. Au contraire des voitures françaises qui ne possèdent aucune marque de prestige au niveau international !
avatar de saxoph
saxoph a dit le 31-10-2011 à 20:15
Il est incontestable que Citroën a toujours surclassé les concurrents en matière de suspension. J'ai longuement testé diverses Citroën sur routes et pistes africaines. Déjà le système hydropneumatique de base (DS, CX, GS, BX...) utilisait des principes théoriques inconnus ailleurs (exemple: la rétroaction, issue de la cybernétique). Puis le système
avatar de loumar
loumar a dit le 28-10-2011 à 17:44
je roule en C5 équipé du même moteur et de la suspension hydro Citroen et je voie toujours disparaître les Audi et Mercedes au loin dans mon rétroviseur quand il faut relancer après un camion qui venait de doubler , seules les 6 cylindres BMW s'accrochent ou font mieux ... cherchez l'erreur Quant au confort il faut avoir essayé les allemandes (compris BMW) pour se rendre compte qu'à part les essayeurs qui ont l'air d'aimer les secousses la Citron reste la reine .