TALBOT Type 105

Gilles Bonnafous le 23/08/2000

Partagez

réagir

TALBOT
G. Bonnafous
TALBOT
G. Bonnafous
Magnifiquement restaurée, la Talbot anglaise Type 105 de Joël Grolleau, une version Alpine tourer, eut en 1934 les honneurs du salon de Londres, où elle fut exposée sur le stand de la marque. Développé par l'ingénieur Georges Roche, le Type 105 s'est illustré en compétition, aussi bien dans l'Irish Trophy que dans la Coupe des Alpes de 1934, où les trois voitures engagées terminèrent aux trois premières places. 23 châssis en ont été produits, qui ont reçu quatre types de carrosserie : berline, coach, cabriolet et tourer, ce dernier ayant été construit à quatre exemplaires seulement : celui de Joël Grolleau, un qui se trouve en Angleterre et le troisième qui, vendu à l'époque en Australie, roule encore de nos jours au pays des autruches (le quatrième a été détruit).
TALBOT
G. Bonnafous
TALBOT
G. Bonnafous
La voiture est animée par un six cylindres de 3 litres à haut rendement travaillé pour la course. Les pièces mobiles en sont allégées (comme les basculeurs et les soupapes évidées) et l'arbre à cames est chromé afin de réduire les frottements. Le vilebrequin est doté de sept paliers. D'une puissance de 105 ch dans sa version de base, avec un rapport volumétrique de 6,7 à 1, cette mécanique développe 120 ch sur la voiture de Joël Grolleau (rapport de 8,2 à 1). Il faut savoir que les versions de piste pouvaient atteindre jusqu'à 170 ch avec un rapport de 11 à 4, ce qui était considérable pour l'époque. Le Type 105 est équipé d'une boîte de vitesses présélective de course : le conducteur présélectionne uniquement la première et dès qu'il touche la pédale centrale, il fait monter les rapports instantanément. Très rapide (elle dépend uniquement du temps de réaction du pied), cette manoeuvre permet de ne jamais quitter le volant des mains. Par ailleurs, la voiture bénéficie de huit amortisseurs réglables : quatre à friction et quatre hydrauliques, ces derniers étant réglables depuis le volant.

Joël Grolleau dispose de l'historique complet de la voiture. Son premier propriétaire fut Charlie Joyce, le plus important concessionnaire Talbot de Londres, qui précisément engagea les trois Type 105 à la Coupe des Alpes. Après avoir été revendue en Angleterre, elle entra dans la collection de Serge Pozzoli dans le milieu des années 60. Proposée à la vente de succession après le décès de ce dernier, elle repartit outre-Manche, où Joël Grolleau l'a rachetée par l'intermédiaire de Jean-François du Montant et Bruno Vendiesse, les négociants bien connus de voitures anciennes. Joël Grolleau la fit alors totalement restaurer, avec le souci scrupuleux de se conformer rigoureusement à l'origine - aidé en cela par le club anglais dont il est adhérent, et qui lui a permis de constituer un volumineux dossier documentaire. La voiture possède toutes ses pièces d'origine et les éléments de carrosserie sont poinçonnés. La mécanique a été refaite en Angleterre par Archer, concessionnaire Talbot depuis le début du siècle et qui restaure les quelques modèles 105 et 110 de compétition qui demeurent. Joël Grolleau a mis la main à la pâte en refaisant lui-même le châssis et les éléments de suspension. Il a également assuré la préparation des chromes, le travail de carrosserie étant réalisé près d'Angers. Au total, un chantier de deux ans terminé il y a moins de six mois. Pour un résultat exemplaire. Joël Grolleau possède également une Talbot Sport d'usine ayant appartenu à Louis Rosier, elle aussi restaurée dans le même esprit.

Partagez

réagir

Commentaires