• SOUPÇONS DE FRAUDES AUX ÉMISSIONS POLLUANTES : LE FEUILLETON CONTINUE

Soupçons de fraudes aux émissions polluantes : le feuilleton continue

Cédric Morançais le 23/03/2017

Dans l'ombre du Dieselgate Volkswagen, les mises en cause de constructeurs suspectés d'avoir triché pour satisfaire aux tests des normes anti-pollution ne cessent de se cumuler. Il y a quelques jours, l'ouverture d'une information judiciaire par le parquet de Paris à l'encontre de Renault avait fait couler beaucoup d'encre. Désormais, le groupe FCA, propriétaire, notamment, de Fiat, Alfa Romeo, Maserati, Ferrari et Chrysler, est à son tour pointé du doigt.

Le chef d'accusation est lourd : tromperie aggravée. Pour les trois juges du pôle « santé publique » chargé de mener à bien ce dossier, il s'agit de savoir si le groupe italo-américain a sciemment fraudé pour mener à bien les tests d'homologation.

Les soupçons ont commencé à poindre suite aux résultats des essais menés par la Commission Royal, auxquels participait une Fiat 500X. Le SUV s'en était très mal sorti avec des rejets très largement au-delà des limites légales. Suite à ces tests, l'IFPEN (Institut français du pétrole énergies nouvelles) a mené une nouvelle batterie de vérifications qui l'on amené à conclure que les dispositifs de dépollution de ce modèle se désactivent après 22 minutes (le test d'homologation dure 20 minutes). Pour le moment, Fiat réfute toute triche et se réfugie derrière l'argument déjà utilisé par toutes les marques mises en cause : les normes européennes permettent la désactivation de ces systèmes si leur utilisation prolongée constitue un risque pour la fiabilité du moteur.

En parallèle à cette nouvelle mise en cause, la DGCCRF (direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes) revient sur un autre dossier du même genre, celui mettant en cause Opel. Les tests n'ayant « pas mis en évidence de faits constitutifs d'une infraction de tromperie », la nouvelle venue au sein du groupe PSA est donc blanchie.
actu suivante Une rare Mustang 1964 aux enchères

Actu précédente
Une rare Mustang 1964 aux enchères

actu précédente Un bonus de 9111 euros pour les employés de Porsche

Actu suivante
Un bonus de 9111 euros pour les employés de Porsche

Autres articles pouvant vous intéresser

Ferrari vise 2025 pour l'électrique

Alors que la Ferrari SF90, le premier véhicule hybride de série du...

Mustang GT500 : Ford offre le stage

Afin de s'assurer que les propriétaires de son modèle Mustang Shelby GT500,...

VW Touareg ABT Sportsline : 500 ch

ABT Sportsline s'est intéressé au Volkswagen Touareg de troisième génération,...

Toutes les actualités

Commentaires

avatar de Jefferson PALMER
Jefferson PALMER a dit le 24-03-2017 à 11:06
Toutes ces "affaires" cesseront peut-être le jour où TOUS les constructeurs,diront à leurs gouvernements respectifs,tous aussi nuls les uns que les autres en matière de lois automobiles,que leurs normes décidées à la baisse chaque années,de façon unilatérale,ne sont pas atteignables à des coûts raisonnables à lors actuel, et qu'ils cessent d'emmm....les gens et de casser l'industrie !