Musée Peugeot : l'expo « interdite »

Vincent Desmonts le 19/01/2009

Partagez

réagir

« L'exposition interdite » : avec ce titre volontairement provocateur, le Musée de l'Aventure Peugeot a décidé de mettre en avant des modèles... qui n'ont jamais vu le jour. Prototypes, maquettes et plans dévoilent quelques autos étonnantes qui se sont vu refuser le feu vert de la production pour des raisons de style, de conjoncture ou de contraintes budgétaires.

Les visiteurs de l'exposition pourront ainsi admirer un châssis de Peugeot 402 diesel de 1936, dont la mise au point a été brutalement arrêtée par la guerre, des Peugeot 104 tricorps et break ou encore un étonnant coupé sport 504 conçu pour le marché américain. Une Amérique pour laquelle trois exemplaires de 505 coupé et cabriolet ont également été conçus... sans connaître de carrière commerciale.

L'exposition présente également des dessins, plans et photos d'époque de modèles plus anciens. On découvrira ainsi une étude de Peugeot 402 avec phares logés dans les ailes (ceux des 402 de production les intégreront derrière la calandre), des dessins et photos de la Peugeot 802, prototype à moteur V8 construit en 1936, ainsi que des documents illustrant les études aérodynamiques chères à la marque au Lion dans les années 30.

Le Musée de l'Aventure Peugeot, situé à Sochaux, est ouvert tous les jours de 10 heures à 18 heures. « L'exposition interdite » durera jusqu'au 28 juin 2009.

Partagez

réagir

Dernières actualités PEUGEOT

WEC : Peugeot Sport dévoile la mécanique de son Hypercar LMH
WEC : Peugeot Sport dévoile la mécanique de son Hypercar LMH
Aguttes : les résultats de la vente du Musée de l'Aventure Peugeot
Aguttes : les résultats de la vente du Musée de l'Aventure Peugeot
Nouveau programme de restauration pour l'Aventure Peugeot
Nouveau programme de restauration pour l'Aventure Peugeot
Toutes les actualités PEUGEOT

Tags liés

Commentaires

avatar de Droidy
Droidy a dit le 20-12-2020 à 20:53
Do any pictures of the body of the 802 V8 car exist? Can you share them with me? Thank you Andrew Minney (in England)