Quand une Hypercar Koenigsegg passe au crash-test

Samuel Morand le 29/04/2019

A l'instar de toutes les autres automobiles appelées à être produites et commercialisées, les Hypercars Koenigsegg ont l'obligation de passer différents crash-tests pour obtenir leur homologation et garantir par la suite à leurs futurs acquéreurs, une sécurité maximale.

Partagez

réagir

C'est douloureux

Apex One a suivi les différentes étapes de ces crash-tests et par là même la lente destruction d'un modèle Koenigsegg (d'une valeur de 2 millions de dollars), tests dont la vision ne laissera pas indifférents les amoureux d'automobiles à l'image de David Tugas, le responsable de l'homologation des modèles Koenigsegg.

« Après trois mois passés à préparer le châssis qui est envoyé aux tests, il est très difficile d'assister à la destruction méthodique de cette voiture », commente-t-il au début du sujet. « C'est douloureux ».

Seize voitures sont normalement nécessaires pour mener à bien les tests qui mèneront à l'homologation d'un modèle, mais à la différence des constructeurs automobiles de « grand volume » qui peuvent effectivement se permettre de détruire seize châssis, Koenigsegg présente une seule voiture (un châssis monocoque en carbone) qui sera reconstruit entre chaque test.

Ces essais menés dans un centre basé près de Barcelone, en Espagne, se composent d'exercices aussi brutaux des franchissements d'obstacles en roulant, ou des coups de marteaux assénés sur différentes parties de la carrosserie du véhicule. C'est peut-être d'ailleurs, le test le plus désagréable à observer...

Crédit illustration : Apex One

Partagez

réagir

Dernières actualités KOENIGSEGG

Koenigsegg : un modèle spécial piste en approche ?
Koenigsegg : un modèle spécial piste en approche ?
Concept RAW by Konigsegg par Esa Mustonen
Concept RAW by Konigsegg par Esa Mustonen
Koenigsegg : deux nouveautés attendues à Genève ?
Koenigsegg : deux nouveautés attendues à Genève ?
Toutes les actualités KOENIGSEGG

Tags liés

Commentaires