FERRARI 308 GTS/i

16 000 km

coupé

essence

1980

à partir de 65 000 €

Dernière mise à jour : 16/04/2021 - Réf. 112238
  • Estimation basse : 65 000 €
  • Estimation haute : 85 000 €
  • Kilométrage : 16 000 km
  • Carrosserie : coupé
  • Energie : essence
  • Année : 1980
  • Localité : Belgique
  • Etat : irréprochable
  • Boite : boite manuelle
  • Cylindrée : 255
Contacter la maison de vente
vente aux enchères véhicule vendu dans le cadre d'une vente aux enchères
Héritière des Dino 206/246, premières berlinettes à mo- teur central commercialisées par Ferrari en 1968, les 308 abandonnent le V6 2 litres et 2,4 litres pour un V8
de 3 litres, d'où leur nom de 308 (3 litres 8 cylindres). Précé- dée par la 308 GT4, un modèle 2+2 carrossé par Bertone - une infidélité qui restera unique - et portant encore la marque Dino, la berlinette 308 GTB qui apparaît au Salon de Paris en octobre 1975 est une vraie Ferrari. Elle arbore fièrement le ca- vallino, ainsi qu'une ligne élégante signée Pininfarina cette fois, comme toutes les Ferrari depuis 1958. Elle est la digne hé- ritière des agiles berlinettes Dino 206 et 246 avec ses strictes deux places. Elle est pourtant directement dérivée de la Dino 308 GT4 dont elle reprend le châssis avec un empattement raccourci de 2,34 m (réduit de 21 cm) et le même moteur V8 3 litres de 255 ch. Seule différence notable, le V8 de la 308 GTB possède une lubrification à carter sec, bien plus efficace sur cette mouture plus sportive. En revanche la version améri-
caine conservera la lubrification par carter humide de la 308 GT4 et se singularisera par un échappement à 4 sorties, alors que les autres 308 GTB n'en ont qu'une.
Autre nouveauté de la 308 GTB, sa coque en polyester, à l'ex- ception du capot en aluminium. Les délais de conception très courts ont dicté le choix du polyester, ne nécessitant pas de lourds investissements et permettant de réduire le poids de la voiture de quelques kilos. C'est la carrozzeria Scaglietti à Modène, filiale de Ferrari, qui assure l'exécution des coques. Avec sa ligne compacte, basse et effilée, la 308 GTB séduit immédiatement tous les passionnés du cheval cabré. Le V8 3 litres qui développe 255 ch à 7 700 tr/min, associés à un couple de 30 mkg à 5 000 tr/min, fait merveille sous cette robe allégée. Les jantes reprennent le dessin à 5 branches des grosses Ferrari, Daytona et 365 GT4 2+2, mais en 14 pouces de diamètre, chaussées de Michelin XWX 205/70-14.
À partir de 1977, la carrosserie des 308 est construite en acier avec des ouvrants en aluminium. En septembre, au salon de Francfort, apparaît une version découvrable, la 308 GTS, qui vient combler le vide laissé trois ans plus tôt par l'arrêt de la 246 GTS. Pininfarina reprend le même principe de toit amovible qui se range derrière les sièges. Les glaces de custode laissent place à des jalousies métalliques. Les GTS se différencient également des GTB par une lubrification à carter humide (celle des versions américaines) et deux dis- tributeurs d'allumage au lieu d'un seul. En 1980, la gamme 308 reçoit une injection indirecte Bosch K-Jetronic et un allumage électronique Marelli Digiplex. Malheureusement les performances en pâtissent, le V8 des 308 GTBi et GTSi d éveloppe 214 ch à 6 600 tr/min (205 ch aux États-Unis) pour un couple de 24,8 mkg à 4 600 tr/min. L'habitacle est légèrement remanié avec un volant Nardi, un nouveau dessin de la sel- lerie et une console centrale différente. Fin 1981, en 8 ans, la production des 308 (tous modèles confondus) aura dépassé la production des V12 produites en 38 ans !
En octobre 1982, le V8 de 3 litres recevra quatre soupapes par cylindre et l'appellation Quatrovalvolve et retrouvera ses 240 ch à 7 000 tr/min. Le modèle évoluera par la suite en 328 GTB et GTS avec un V8 3,2 litres sous une robe légèrement remaniée.
Cette 308 GTSi a été vendue aux États-Unis où elle a été imma-
triculée en juillet 1980. Elle est revenue en Allemagne à la fin des années 1990 et le précédent propriétaire a refait la superbe sellerie de cuir rouge et a fait remettre le moteur aux normes européennes avec remise à zéro du compteur (qui est resté gradué en miles). Il affiche environ 16 000 miles (25 750 km). La voiture a été utilisée avec parcimonie, mais a été mise en route très régulièrement. Depuis son achat en 2015, quelques entretiens ont été faits par GIPI Motor et Ferrari. La courroie de distribution a été remplacée le 4 avril 2016, il y a moins de 2 000 miles. La présentation générale de la voiture est superbe. Elle a des papiers belges.
Signaler un contenu abusif