Essai FORD Focus RS500

David Lamboley le 05/07/2010

Pour célébrer la fin de production de la Focus RS, Ford s'associe au préparateur Mountune pour créer 500 exemplaires d'un véritable collector, la Focus RS500.

Voir la vidéo en HD

Présentation

A peine commercialisée, et déjà collector : la nouvelle Ford Focus RS500, qui signe l'arrêt de production de la Focus RS et qui célèbre aussi à sa manière les 40 ans de la griffe RS chez Ford, est désormais introuvable ! Les 500 exemplaires ont effectivement tous été vendus en quelques jours, créant un véritable engouement digne des productions de Maranello. Affichée à 42 600 euros en France, où 56 exemplaires seulement étaient proposés, elle s'avère imbattable en termes de rapport prix/puissance, avec 350 ch à la clé et 460 Nm, soit des chiffres en hausse respective de 45 ch et 20 Nm par rapport à la Focus RS, ce qui permet de gagner troix dixièmes sur l'exercice du 0 à 100 km/h, désormais abattu en 5,6 secondes.

Ford s'est associé au préparateur Mountune (Revolve Technologies) pour donner un cocktail anabolisant à une athlète déjà confirmée. Les principales modifications mécaniques portent sur l'échangeur air/air modifié et le boitier d'admission plus important, auquel il faut ajouter une reprogrammation de la gestion électronique. Notons également la pompe à carburant renforcée, ainsi que l'échappement revu. Afin de garantir un bon niveau de fiabilité, notons que la pression de suralimentation n'est pas modifiée. La Focus RS500, c'est aussi un look impressionnant via un film noir mat appliqué sur la carrosserie, des jantes noires et des étriers de freins rouges. L'habitacle accueille des baquets spécifiques, ainsi qu'un équipement enrichi. Enfin, une plaque numérotée atteste l'exclusivité de la bête…

Voir plus de photos

Design extérieur et intérieur

La Ford Focus RS, à la base, affiche une esthétique nettement orientée vers le sport, à tel point que les traits de la Focus WRC transparaissent aisément. Sans changer quoi que ce soit à ce dessin pour le moins agressif, la Focus RS500 joue l'exclusivité stylistique à travers l'application d'un film plastique noir mat sur une carrosserie simplement noire d'origine. Ce film développé par 3M, appliqué à la main, est annoncé aussi solide qu'une peinture et doit en principe afficher une durée de vie de huit ans ou plus.

Sur cette base, les différents éléments rapportés, tels la calandre ou les prises d'air sur le capot, sont peints en noir brillant, créant un effet de contraste saisissant. Les jantes de 19 pouces, elles aussi, portent le deuil, mais cachent des étriers de freins rouges. Le rouge s'invite également à l'intérieur sur notre version d'essai, avec des baquets spécifiques, en cuir. On retrouvera tel quel les assises sur les versions françaises, hormis le cuir intégral, réservé à certains marchés seulement.

Moteur et châssis

La Focus ST sert de base de développement à la RS, qui figure elle-même comme une RS500 en puissance. A travers une préparation moteur signée Mountune, les ingénieurs Ford ont voulu donner un coup de fouet supplémentaire au 5 cylindres 2.5 litre turbo « Duratec » d'origine Volvo. Il passe ici de 305 ch à 350 ch grâce à une optimisation relativement simple. Les principales modifications portent sur l'échangeur de température air/air modifié et le boitier d'admission plus important, auquel il faut ajouter une reprogrammation de la gestion électronique. Notons également la pompe à carburant renforcée, ainsi que l'échappement revu.

Afin de garantir un bon niveau de fiabilité, la pression de suralimentation n'est pas modifiée. Le turbocompresseur Borg Warner K16 souffle cependant toujours très fort, soit 1,4 bar ! Il en découle une cavalerie impressionnante, caractérisée notamment par un couple « camionnesque » de 460 Nm à 2500 tr/mn, à faire passer rappelons-le sur le seul train avant. Côté châssis, justement, aucun changement à noter. L'autobloquant mécanique développé par Quaife et le train avant à pivot découplé travaillent de concert pour une efficacité optimale. Le « RevoKnuckle », c'est son nom, permet un angle de chasse plus important et plus de carrossage en appui, ce qui autorise un meilleur guidage du train et un travail des pneumatique nettement plus à plat, gage de motricité améliorée.

Sur la route

Ford avait vu « large » en termes de châssis. Contre toute attente, la meute des 350 ch et 460 Nm est digérée sans trop de problèmes par le train avant, il est vrai parfois malmené dès que le terrain se dégrade ou lors du passage sur des surfaces plus ou moins adhérentes. On note aussi des effets pendulaires au volant plus marqués que sur la Focus RS, mais quoi de plus normal… La traction avant de série la plus puissante du monde permet toujours de violentes remises de gaz en courbe sans sous-virage, et ce grâce à la combinaison autobloquant/pivot découplé. Ce tandem magique annihile la plupart des effets pervers inhérents aux tractions avant très puissantes. L'exercice, ici, confine à la magie noire et permet une générosité au volant inconnue jusqu'alors à bord d'une « trac ».

Cette sensation inédite, et ce sans qu'aucune modification ne soit apportée au châssis malgré les 45 ch et 20 Nm supplémentaires, mérite des éloges. Mais il nous reste à déguster une deuxième part d'un gâteau riche en vitamines. Le 5 cylindres turbo, atypique en diable et sensationnel dans tous les sens du terme, déçoit il est vrai quelque peu en termes de performances. Avec 45 ch « de rab », les trois dixièmes de gagnés sur l'exercice du 0 à 100 km/h nous laissent sur notre faim. Pourtant, les sensations mécaniques ne manquent pas. Magnifié par la préparation Mountune, la mécanique semble s'envoler encore plus dans les tours dans une rage indescriptible que seule la sonorité de dragon peut aisément suggérer. Adrénaline au maximum, plaisir au summum, la Focus RS500 restera dans l'histoire des sportives, et dans l'histoire des traction avant, comme un aboutissement ultime.

À retenir

La Focus RS, déjà un phénomène, se transforme ici en une expression de magie noire, capable de faire passer avec efficacité 350 ch sur les seules roues avant ! On comprend aisément pourquoi cette RS500 est devenue un collector avant l'heure…
points fortsAdhérence phénoménale au regard de la puissance, sous-virage quasi-absent, caractère mécanique enthousiasmant, sonorité, look sympa, rapport prix/puissance.
points faiblesConsommation en conduite sportive, faible rayon de braquage. Toutes vendues !
16.7

20
Les chiffres
Prix 2010 : 42 €
Puissance : 350 ch
0 à 100km/h : 5.6s
Notre avis
Agrément de conduite : 18/20
Sécurité active et passive : 16/20
Confort et vie à bord : 15/20
Budget : 15/20
Tag :

Autres articles pouvant vous intéresser

FORD Focus ST 2.3 EcoBoost BVM6
FORD Focus ST 2.3 EcoBoost BVM6

La Ford Focus ST revient, plus puissante et plus bardée de technologie que...

FORD Focus RS Performance Pack
FORD Focus RS Performance Pack

Pas vraiment réputée inefficace, la Focus RS s'offre un raffinement suprême...

FORD Focus RS
FORD Focus RS

La nouvelle Focus RS est l'une des sportives les plus attendues de 2016. Il...

Tous les essais FORD
MERCEDES AMG GLE 53 4Matic+ Coupé
MERCEDES AMG GLE 53 4Matic+ Coupé

Mercedes renouvelle son grand « SUV coupé » et le décline dans cette inédite...

JAGUAR XE SV Project 8
JAGUAR XE SV Project 8

Les opérations spéciales de Jaguar n'auront jamais aussi bien porté leur nom...

ALFA ROMEO Stelvio Q4 210 ch Veloce
ALFA ROMEO Stelvio Q4 210 ch Veloce

Après presque trois ans d'une carrière en demi-teinte, le SUV Alfa Romeo...

Tous les essais

Avis des propriétaires

Commentaires

avatar de Galmical
Galmical a dit le 07-07-2010 à 16:45
Voila qui met le 2.5 turbo de la RS au niveau du tout récent 2.5 turbo Audi présent dans la TTRS, en termes de perfo. En conso par contre... Je serais curieux de voir un test du bolide aux limites. Les 350ch apportent-ils réellement un gain au niveau du chrono sur un parcours sinueux typé spéciale de rallye?
avatar de Racoon
Racoon a dit le 07-07-2010 à 15:40
Bravo à Ford d'oser commercialiser des bêtes comme celle-ci, faisant fi d'un climat parfois délétère à l'encontre de l'automobile. Et preuve que l'audace est payante, les 56 exemplaires destinés au marché français ont été attribués par... tirage au sort, les prétendants étant trop nombreux !