RENAULT NERVASPORT

0 km

berline

essence

1933

prix sur demande

Dernière mise à jour : 12/03/2019 - Réf. 106647
  • Estimation basse : non renseigné
  • Carrosserie : berline
  • Energie : essence
  • Année : 1933
  • Localité : Vaucluse (84)
  • Etat : à restaurer
  • Boite : boite manuelle
Contacter la maison de vente
vente aux enchères véhicule vendu dans le cadre d'une vente aux enchères
Nervasport cabriolet
1933
Jusqu'à aujourd'hui, malgré ses tentatives répétées, Renault
a bien du mal à se faire admettre dans le club très fermé
des haut de gamme européens depuis l'après-guerre, faute
de moteur. Il fut pourtant une époque où la première marque
nationale rivalisait avec les plus grands et les plus prestigieux
constructeurs. Avec des modèles équipés de magnifique moteurs
à huit cylindres en ligne, comme les 40 CV ou les Reinastella,
Renault affrontait Hispano-Suiza, Delage, Bugatti et Delahaye
en France ou Isotta-Fraschini, Mercedes-Benz ou Bentley à
l'étranger, jusqu'aux États-Unis, où la marque disposa un temps
d'une filiale à New York. Ces prestigieux modèles étaient déclinés
en de nombreuses versions de carrosserie et donnaient
parfois lieu à des interprétations plus sportives. C'est en mars
1932 qu'apparaît la Nervasport type TG5, version sportive de
la Nervastella équipé du magnifique moteur 8 cylindres en ligne
de 4 240 cm³ (75 x 120 mm). L'empattement de la Nervastella
a été ramené de 3,35 m à 3,13 m pour la Nervasport, autorisant
des carrosseries plus ramassées et permettant de gagner
près de 300 kg ! La transmission est assurée par une boîte à trois
rapports avec 2e et 3e synchronisées, tandis que le freinage est
assisté. La nouvelle sportive conserve encore la carrosserie traditionnelle
avec carcasse en bois habillée de tôles embouties,
mais abandonne le vieux capot « alligator » et reçoit, comme
toute la gamme Renault 1932, une nouvelle calandre, plate sur
les 4 cylindres et en coupe-vent sur les modèles à moteurs 6 et
8 cylindres, qui rajeunissent sensiblement les modèles. La
Nervasport est proposée en berline, coupé, coach grand sport,
roadster et cabriolet. Le châssis nu est facturé 28 000 francs,
alors que le cabriolet usine vaut 40 000 francs, un peu plus du
double de la très populaire Monaquatre, le modèle d'attaque de
Renault à 18 400 francs. En 1933 les modèles 6 et 8 cylindres
reçoivent des phares obus et des pare-chocs à lame unique. En
1934, la cylindrée du moteur passe à 4 825 cm³ (80 x 120 mm)
assurant une plus grande souplesse. En 1935, Renault remporte
le rallye de Monte-Carlo avec l'équipage Lahaye et Quatresous
sur un coupé Nervasport spécialement carrossée. Les modèles
de série reçoivent une carrosserie « queue de pie » tandis
qu'une version réalésée à 85 mm, baptisée 85, reçoit un nouveau
8 cylindres de 5 448 cm³ de la nouvelle Nerva Grand Sport qui
supplantera définitivement la Nervasport au millésime suivant.
Il ne fut construit que 564 Nervasport de 1932 à 1933 dont
seulement 65 décapotables.
Cette rarissime Nervasport habillée d'une carrosserie coach décapotable
d'usine, l'une des plus élégantes du catalogue, exposée
à Rétromobile en février de cette année, se présente dans
un état de préservation particulièrement exceptionnel. Elle a
été vendue par l'usine le 26 avril 1933 et immatriculée à Paris
le 27 avril sous le numéro 4323 RG 4. En janvier 1935, elle
fut rachetée par le peintre Maurice Le Mallier et immatriculée
7543 LP 1. Ce dernier la vendit en 1937 à Maurice Simon, de
la maison Pol Simon Décoration, à Reims. Après la Deuxième
Guerre mondiale, la Renault était aux mains de Francis Druart,
toujours à Reims, qui la conserva pendant plus de cinquante
ans, avant de la céder à son actuel propriétaire en 2014. Selon
les souvenirs de Monsieur Druart, le premier propriétaire de la
voiture a très probablement été le peintre Maurice de Vlaminck,
un passionné de belles voitures. Cette élégante décapotable,
reine des concours d'élégance, ne demande que quelques travaux
de présentation pour retrouver tout son lustre d'antan.
Que sont devenues ces élégantes Renault avec leur prestigieuse
mécanique ? Selon Renault Classic, il ne subsisterait aujourd'hui
que cinq ou six Nervasport, celle-ci étant la seule carrossée en
coach décapotable. Ces modèles rarissimes méritent amplement
l'intérêt des connaisseurs. Une opportunité unique d'acquérir
l'une des plus remarquables et luxueuses Renault des années
1930.
Signaler un contenu abusif