< retour

Acheter une MG F et TF (2002-2005)

Thomas Riaud le 19/05/2009

Très abordables en occasion, les MG-F et TF restent des achats « coup de cœur » très raisonnables. De quoi donner l'envie de filer à l'anglaise en MG !

Historique

MG F et TF (2002-2005)

Miraculée du naufrage de l'industrie automobile anglaise, MG (pour Morris Garage) a été finalement entraînée dans la chute de Rover, chute précipitée par l'abandon de BMW. Il n'en reste pas moins que cette noble marque fondée en 1924 aura marqué les esprits dans les années 50-60, grâce à ses légendaires roadsters, au charme tout britannique. En témoigne la MG-F, stricte deux places de la dernière chance apparue en octobre 1995 (et commercialisée en France par Rover dès avril 1996).

Plutôt sympathique sur le plan du style, cette MG-F , petite propulsion de 1100 kg, possède toutes les aptitudes à s'encanailler grâce à la position centrale arrière de son moteur. Mais pour ce faire, il lui manque l'essentiel : une rigidité châssis suffisante et un moteur à la hauteur ! En effet, qu'il s'agisse du petit 1.8 Rover de 120 ch, ou de la version VVC (distribution variable) de 145 ch, les sensations restent édulcorées (et la fiabilité problématique, jusqu'en janvier 2000). A moins de privilégier la balade tranquille, oubliez donc les premiers modèles MG-F (reconnaissables à leur phares ovales), produits avant le profond restylage de l'hiver 2002.

Dès lors, en devenant TF (en référence aux appellations du passé), cette MG fabriquée à Longbridge, non loin de Birmingham, adopte des optiques effilés et des boucliers retravaillés, plus agressifs, mais surtout un châssis nettement rigidifié et des moteurs à la hauteur.
L'entrée de gamme des MG-TF est un pétillant 1.6 de 115 ch, suivi d'un 1.8, décliné cette fois en trois niveaux de puissance : 120 ch (livré exclusivement avec la peu convaincante boîte séquentielle Stepspeed), 135 et 160 ch. Si l'équipement de série dépend étroitement du moteur choisi, sachez que ce dernier progresse à cette occasion (double airbags, ABS, jantes alu, vitres électriques et rétros chauffants, verrouillage centralisé…), même s'il fait toujours l'impasse sur une capote électrique (équipement indisponible) et, plus embêtant, sur la climatisation et le hard-top (options facturées respectivement à l'époque 1000 et 1600 €). Pour se faire pardonner sachez que la finition, bien légère sur les premiers modèles, gagne en rigueur sur toutes ces dernières versions. Mais pour bénéficier des antibrouillards et d'une indispensable sellerie cuir, il faut nécessairement opter pour la MG TF 135. Et pour avoir « la totale » (suspension rabaissée, freinage plus puissant et sellerie cuir/alcantara), il faut alors se tourner vers la sportive MG TF 160.

Si la MG-TF de 135 ch, agréable et homogène au quotidien, nous apparaît comme le meilleur compromis la MG TF 160, plus vivante à conduire (0 à 100 km/h en 7,6 secondes et 220 km/h maxi) plaira aux plus exigeants, même si cela se fait trop souvent au détriment du confort (suspensions sèches). En contre-partie, la MG-TF offre un comportement rigoureux, mais pouvant surprendre à la limite d'adhérence (décrochage brutal), surtout sur sol humide. Aussi, l'ABS reste trop sensible à l'état de la route, ce qui génère un relâchement des freins à la moindre bosse. Cela étant, il n'est heureusement pas nécessaire de conduire vite cette MG pour l'apprécier ! Grâce à sa position de conduite au ras du sol, elle distille un maximum de sensations, y compris aux allures légales.

Très abordable en occasion, l'égoïste MG-F (et TF) reste un achat « coup de cœur » très raisonnable, à condition de privilégier un modèle en parfait état de marche et de présentation. Enfin, si l'entretien mécanique peut se faire chez presque tous les garagistes, le problème du service après-vente est bien réel, avec un début de pénurie sur certaines pièces…

Voir plus de photos

Identification

Distinguer une MG-F d'une TF se fait très facilement, du moins si l'on compare les deux autos de face. Pour faire court, sachez que la première mouture (la « F » donc) adopte une bouille joviale avec des optiques ovales, tandis que la seconde (la « TF »), se fait plus menaçante avec des phares en amandes (et des boucliers retravaillés). Vue de l'arrière, les différencier reste plus difficile, puisque la nuance la plus flagrante se limite à l'adoption sur la TF de clignotants blancs (et non plus oranges). Sur cette seconde génération, la finition progresse sensiblement, mais aussi la dotation de série.

Enfin, sachez que sur ces 2 versions les plaques « constructeur » se trouvent sur une plaque métallique dans le coffre avant, mais aussi derrière le pare-brise, côté conducteur.

Structure, châssis et carrosserie

Les MG F et TF, uniquement disponibles en carrosserie roadster, sont réalisées entièrement en acier (sauf boucliers). Comparé à l'aluminium, cela présente l'avantage d'être réparable chez n'importe quel bon carrossier en cas d'accrochage bénin. Si l'accident est plus sévère, voilà une autre bonne nouvelle : le prix des pièces (lorsqu'elles sont encore disponibles), reste très attractif. Pour exemple, un phare complet coûte 351 €, tandis qu'une aile avant sera facturée 245 € seulement (sur « TF »). Moderne d'aspect, cette petite MG l'est aussi dans sa conception, en recevant le moteur en position centrale arrière, de manière à offrir une répartition idéale des masses (proche de 50/50). Une disposition semblable aux meilleures sportives du marché, devant vous inciter à opter pour un moteur en rapport. Du moins à partir de la version « TF », car les premières « F » manquent un peu de rigidité au niveau du châssis.

Moteur

Les premières versions (MG-F) s'orientent d'avantage vers la balade tranquille que vers la conduite sportive en raison de leurs moteurs, plutôt paisibles. En effet, qu'il s'agisse du petit 1.8 Rover de 120 ch, ou de la version VVC (distribution variable) de 145 ch, les sensations restent édulcorées (et la fiabilité problématique !). Sachez que dans ce domaine les premières MG-F n'ont pas bonne réputation... Il y a de réels soucis de joints de culasse (dès 45 000 km, changement coûtant 1800 €) mais aussi de refroidissement jusqu'en janvier 2000, surtout sur la 1.8 VVC (fuites courantes vers 60 000 km). Heureusement, à partir du restylage opéré durant l'hiver 2002, la donne change radicalement.

En devenant TF (en référence aux appellations du passé), cette MG gagne en qualité, mais elle reçoit surtout un châssis nettement rigidifié et des moteurs « Rover K » enfin fiables, à la hauteur de cette ligne dynamique. L'entrée de gamme est un pétillant 1.6 de 115 ch, suivi d'un 1.8, décliné cette fois en trois niveaux de puissance : 120 ch (livré exclusivement avec la peu convaincante boîte séquentielle à variation continue Stepspeed), 135 ch et 160 ch. Pour garantir une bonne longévité de ces moteurs (peu accessibles mécaniquement en raison de leur implantation centrale-arrière), effectuez une vidange tous les 20 000 km (avec changement du filtre à huile), et pensez absolument à remplacer la courroie de distribution à l'approche des 160 000 km (ou tous les 6 ans maximum). Les bougies doivent être changées tous les 100 000 km (et le filtre à essence à 60 000 km, en même temps que la vidange de la boîte).

Pour information, cette mécanique demeure relativement abordable en cas de casse, puisqu'un moteur complet ne coûte « que » 3472 € (sur MG-TF 135).

Suspensions et trains roulants

Globalement, les MG F et TF offrent un confort appréciable en dépit de leur physique de « rase-bitume ». Du moins sur toutes les versions de la « F » (première mouture). Car la TF (chaussée plus généreusement que la F), se montre du coup bien plus ferme. Cela est encore pire sur la version de 160 ch, plus radicale (et sportive !) que les autres à cause de suspensions rabaissées. Un raffermissement profitant heureusement à la tenue de route, pas très convaincante à vive allure sur chaussée dégradée avec les suspensions « Hydragas » équipant tous les autres modèles.

Ces suspensions réclament une maintenance spécifique tous les 20 000 km, coûtant de 80 à 140 € selon les spécialistes. Bien sûr, cette MG offre 4 roues indépendantes (avec ressorts hélicoïdaux devant et derrière), mais aussi des barres antiroulis pour gagner en précision de conduite. Sachez qu'un rappel a été effectué sur les MG-TF en septembre 2003, à cause d'un serrage insuffisant de la fixation inférieure des amortisseurs avant et arrière (élément à vérifier avant d'acheter, permettant par la même occasion de s'assurer du bon suivi mécanique du modèle convoité).

Freinage, direction et pneus

Grâce à la présence de 4 disques (ventilés à l'avant), la légère MG-F (à peine 1050 kg) s'avère plutôt efficace dans le domaine du freinage. Pourtant, après le restylage (MG-TF), elle gagnera encore en efficacité (attaque de la pédale plus franche, mordant et endurance en hausse). Voilà qui donne envie d'user et d'abuser de ces périssables, et ce d'autant plus qu'ils s'avèrent vraiment bon marché (disque avant à 105 €, et jeu de plaquettes avant à 95 € sur MG-TF de 135 ch).

La direction, à assistance variable (électrique), s'avère suffisamment douce et précise pour donner l'envie de conduire sportivement. En outre, vous apprécierez en ville le rayon de braquage, assez court (10,6 mètres), idéal pour manœuvrer.

Enfin, cette propulsion adopte des pneumatiques de tailles différentes entre le train avant et arrière, ce qui interdit malheureusement la possibilité de les permuter entre eux. Le train avant, moins sujet à l'usure, adopte du 185/55 R 15 sur la petite MG-TF de 115 ch, et du 195/45 R 16 sur les autres versions. Le train arrière suit cette inflation avec respectivement du 205/50 R 15 sur cette première version et du 215/40 R 16 sur les autres. Bien sûr, que ce soit en 15 ou 16 pouces, cette MG a d'office le droit à des jantes en alliage… relativement vulnérables aux coups de trottoirs.

Habitacle et finitions

Evidemment, les critères en matière de finition ont énormément évolué depuis 1995, date de commercialisation de la MG-F ! Si la partie centrale de la planche de bord profite d'un matériau rembourré agréable à l'œil et au toucher, le reste du « mobilier » est moins flatteur.

Les diverses commandes apparaissent comme fragiles, et les ajustages sont souvent approximatifs, générant de nombreux bruits parasites dans l'habitacle. Les sièges, bien fixés et confortables, proposent en revanche des habillages de qualité médiocre, avec un cuir (optionnel) se relâchant facilement passé 50 000 km. Les moteurs des vitres électriques fatiguent rapidement (mauvaise remontée lorsque les vitres sont mouillées), et les alarmes présentent sur les modèles produits de 1995 à 1999 peuvent se déclencher de manière intempestive.

Quant à l'étanchéité de la capote, elle pose vraiment problème sur la « F » (jusqu'en 1997). Outre des déchirures possibles au bout de 5-6 ans (vers zones de pliage), la lunette arrière en plastique peut également se craqueler (très fréquent).

Aussi, ce modèle a bénéficié d'un rappel en décembre 2001 (sur MG-F produites de septembre 2000 à septembre 2001), afin de vérifier le système de prétendeur des ceintures de sécurité (faiblesse possible).

Tous ces défauts sont bien évidemment absents sur la MG TF, version mature et bonifiée, apparue en avril 2002 (et à la dotation enrichie). En revanche, sur les TF produites jusqu'en juin 2002, un risque de déchaussement d'une rotule d'articulation de commande de boîte existe.

Prise en main

En s'installant à bord de cette MG F, on ne peut pas vraiment dire que l'on « monte en voiture », tant elle est basse (1m26 de haut). Nul besoin de se contorsionner pour autant, mais la position de conduite est vraiment très basse. Ce centre de gravité, au ras du sol, permet de rester en contact direct avec la route, presque « sans filtre » ! Voilà de quoi donner l'envie d'adopter une conduite dynamique, chose que cette auto parvient à faire sans difficulté tant elle bénéficie d'un bon rapport poids/puissance, y compris avec les moteurs les plus modestes.

Les reprises demeurent ainsi toujours assez vives pour effectuer en toute sécurité un dépassement-éclair. Bien sûr, les plus sportifs d'entre nous trouverons tout cela un peu limité sur les entrées de gamme, mais cette MG a « plus d'un moteur sous son capot », et en optant pour une version de 135, voire 160 ch, vous devriez alors être comblé

Pour ne rien gâcher, la position de conduite est bien pensée, tout comme l'ergonomie, chose rare sur une anglaise. Un exemple ? Le maniement de la capote, bien que manuelle, se fait sans effort, instinctivement, en un tour de main ! Une facilité qui incite à rouler cheveux au vent, au premier rayon de soleil venu. Car c'est d'abord comme cela que l'on apprécie ce roadster : décapoté ! Le mieux est d'en profiter sur une petite route de campagne, sinueuse de préférence.

Mais attention à ne pas se laisser griser par la vitesse... Cette propulsion, malheureusement dépourvue d'ESP, est dotée de suspensions pouvant se révéler piégeuses sur mauvais revêtement, surtout lors d'appuis prononcés. La MG F devient alors instable, avec un risque de décrocher brutalement du train arrière. De plus, le freinage est pourvu d'un ABS trop sensible sur les inégalités du bitume. Qu'on se le dise : cette MG accepte sans broncher une conduite dynamique, mais elle n'est en rien une authentique sportive (allez plutôt du côté de la Lotus Elise si c'est ce que vous recherchez !). Il n'empêche, à ce niveau de prix en occasion, ce roadster plein de charisme, très attachant à l'usage, en donne vraiment un maximum !

Budget d'entretien et cote

Autrefois bien positionnée avec des tarifs en neuf attractifs, cette MG l'est encore plus depuis qu'elle coule des jours heureux en occasion. Une MG-F, qui reste la moins désirable (fiabilité, efficacité générale et finition imparfaites), se touche à partir de 8000 € (modèle de 1997, 92 000 km). Pour bénéficier d'une version plus actuelle en prestations, donc une TF restylée, les prix grimpent forcément (l'auto est plus récente). Ainsi, prévoyez environ 15 500 €, pour un beau modèle de l'année 2004, affichant à peine 25 000 km (MG-TF 135). Après, côté coûts d'entretien, cette voiture-plaisir demeure abordable au plus grand nombre, grâce à des prix très raisonnables. Il en va de même de l'assurance tous-risques annuelles, inférieure à 600 €. De quoi donner l'envie de filer à l'anglaise en MG !

À retenir

Il y a MG-F et MG-F ! Bien que semblables en apparence, une version restylée (TF) est pourtant bien plus séduisante à tout point de vue. Pour des raisons de fiabilité et d'agrément, optez pour une MG-TF, nettement plus convaincante à l'usage que la « F », et pas vraiment plus chère pour autant. Si tous les moteurs de la TF apparaissent comme vivants (version 1.6 comprise), notre préférence va à la TF-135 et TF-160. La première, plus homogène au quotidien, offre un très bon compromis entre confort et reprises (0 à 100 km/h en 8,8 secondes, et 205 km/h maxi). A ce titre, elle est censée plaire au plus grand nombre. Reste la TF-160, plus radicale dans sa configuration (suspensions rabaissées, freinage majoré), offrant un surcroît de peps. Elle séduira les plus sportifs, mais son manque de confort notoire peut vraiment fatiguer à la longue. Enfin, la MG-TF de 120 ch, disponible uniquement avec la boîte séquentielle à 6 rapports Stepspeed, nous paraît peu intéressante. La faute à cette boîte, pas assez réactive pour convaincre…
points fortsRapport prix/plaisir imbattable, maniabilité, ligne agréable, agrément de conduite (surtout TF)
points faiblesFiabilité et finition médiocres (F), comportement à vive allure (F), aspects pratiques négligés, pas d'ESP
Tag :

Avis des propriétaires

Autres articles pouvant vous intéresser

Commentaires

avatar de PATARSOR62
PATARSOR62 a dit le 04-11-2016 à 23:38
je souhaite faire l acquisition d' une MG tf quels garagistes sont ok sur secteur 62 000 Arras les joints de culasses renforcés sont ils systhematiquement installés lors d un changement de joint de culasse ou existe t il encore des garages qui utilisent des joints normaux...? MERCI pour vos partages Cdt.Patrick
avatar de Pininfarina
Pininfarina a dit le 25-05-2016 à 06:56
Le garage aumônier à Aiffres sera le plus proche de Bordeaux et le plus compétent surtout. Il ne faut que les anglaises mg rover bentley jaguar Aston.
avatar de Transmit
Transmit a dit le 10-05-2016 à 22:59
Bonjour, regarde sur le site du MG OWNERS http://www.mgocspares.com et normalement on trouve toutes pieces necessaires, prix correct et livraison des fois en 24hr
avatar de sab69
sab69 a dit le 25-04-2016 à 15:30
je ne trouve pas de garagiste pour ma Mg tf 136 ch villeurbanne 69100 merci pour votre reponse
avatar de mgtf80
mgtf80 a dit le 04-04-2016 à 23:30
bonjour il vous faut quel durite