< retour

Acheter une HONDA Civic Type R

Thomas Riaud le 21/04/2017

Sur deux ou quatre roues, Honda a une réputation justifiée de motoriste hors-pair qui n'est plus à faire. Et lorsque les meilleurs ingénieurs nippons se penchent sur la Civic du moment pour la transformer en sportive, cela donne la fantastique Type-R. Un « R » comme « Radicale » !

Fièvre jaune en zone rouge

HONDA Civic Type R

Généalogie
Best-seller de Honda depuis le début des seventies, l'originale Civic a cependant eu droit sur le tard à sa déclinaison sportive « Type-R ». Il aura fallut attendre la 7ème génération pour que cela se fasse, une mouture hélas ingrate sur le plan du style avec son architecture de berline haute. Mais tout s'arrange avec l'introduction en janvier 2006 de la 8ème génération de Civic qui nous intéresse. Dès octobre 2006, elle sera la seconde du nom à porter haut et fort le patronyme « Type-R », en héritant de la mécanique de sa devancière. Il s'agit d'un modeste 4 cylindres atmosphérique 2.0 VTEC, ce qui peut faire sourire. Même s'il n'est pas aussi brillant que celui de la regrettée S 2000 (240 ch !), il développe tout de même la puissance respectable de 201 ch (soit un rendement de 100 ch au litre) au régime incroyable de 8400 tr/mn, soit autant qu'une Ferrari ! Outre cette performance technique, le bas de caisse profilé, le châssis sport rabaissé, les boucliers spécifiques, le gros aileron, les doubles sortie d'échappement triangulaires et les jantes en alliage de 18 pouces assorties à la teinte de la carrosserie donnent à cette Type-R un charisme à la hauteur de ses performances. Qui sont du genre... élevées ! Si ce bloc reste creux à bas-régime (19,7 mkg à 5600 tr/mn), il séduit en revanche par son tempérament et ses chronos flatteurs (0 à 100 km/h en 6,6 sec, 235 km/h maxi). Et une fois assis dans les baquets, fermes et enveloppants comme il faut, on fait corps avec cette machine, qui donne le sentiment qu'elle a été construite autour de vous ! Arrêtée en 2010, cette GTI nipponne reste un outsider de choix, et ce d'autant plus qu'elle est réputée fiable... et abordable !

Identification
Le numéro de châssis, que l'on doit retrouver à l'identique sur la carte grise, est bien visible au niveau du pilier milieu, à gauche (côté conducteur). Ce même numéro est visible du même côté, sur une petite plaque métallique placée derrière le pare-brise.

Intérieur et équipement
Malgré une présentation originale, on trouve rapidement ses marques à bord, la position de conduite étant optimale, avec un petit volant agréable à prendre en main et un levier de vitesses bien placé. L'instrumentation rétro-éclairée donne la priorité au compte-tours, flanqué devant le nez du conducteur, mais le compteur de vitesse digital placé en retrait au dessus, caché en parti par la jante du volant, reste moins lisible. Quant à la rétrovision, elle est gênée par la présence du gros aileron arrière, rendant le radar de recul obligatoire. Les assemblages restent plus soignés que les matériaux utilisés, de qualités diverses, allant du correct au médiocre (plastiques durs et rigides, sensibles aux rayures). Ce manque de rigueur a provoqué quelques rappels, pour des problèmes mineurs. Les exemplaires produits en 2006 et 2007 ont nécessité une modification au niveau du pare-brise (dépose de clips et recentrage), à cause d'un bruit d'air anormal, perceptible en prenant de la vitesse. La trappe à essence (qui s'actionne depuis l'habitacle), a elle aussi réclamé une campagne en atelier, en septembre 2007 (elle pouvait se bloquer). Enfin, même chose pour le frein à main (rappel en mai 2008).

Voir plus de photos

La technique

Châssis et carrosserie
Outre une calandre grillagée, en lieu et place d'une « vitrine » translucide, la « R » adopte un kit carrosserie spécifique agressif, ainsi que des jantes de 18'' au design exclusif (peintes en blanc sur la version « Champion Chip »). Mis à part les boucliers et les jupes latérales (spécifiques à la Type-R), qui sont en matériaux composite, la structure et les ouvrants sont en acier (et strictement identiques à une Civic 3 portes de base), permettant d'effectuer une remise en état, à bon compte, chez un carrossier de son choix. Tant mieux, car la Civic Type-R est, de par son gabarit mesuré (4m25), habituée à fréquenter les centres-villes. Les teintes, limitées au noir, gris, rouge et blanc, sont bien appliquées, mais la carrosserie reste exposée aux petits chocs du quotidien (boucliers peints couleur carrosserie sans aucune protection, flancs dépourvus de baguette latérale). En raison d'une garde au sol réduite, auscultez attentivement les bas de caisse, mais aussi les parties basses du bouclier avant, proéminentes et donc vulnérables face à un trottoir.

Motorisation et transmission
Ce 4 cylindres atmosphérique 2.0 VTEC de 201 ch à double arbre à cames (issu de l'ancienne génération de Civic Type-R), est un véritable morceau de bravoure de la part des ingénieurs japonais. Malgré son caractère pointu (8400 tr/mn !) il s'avère robuste à l'usage (distribution par chaîne). Il est bien sûr impératif de bien laisser monter le bloc en température, avant de « tirer » dedans, mais aussi de le laisser d'origine. Autres précautions : mettre une huile de bonne qualité, de la 5W40 (vu les régimes de rotation, c'est mieux), et effectuer une vidange régulièrement (tous les 15 000 km maxi ou une fois par an). Si la Type-R, assez sous-vireuse, est une simple traction avant, elle passe correctement la puissance au sol, sans que l'antipatinage soit trop castrateur. La boîte de vitesses à 6 rapports, exclusivement mécanique, frise elle aussi le sans faute. Située à portée de main, elle brille par un guidage et un verrouillage sans faille. Et à l'instar du moteur, elle s'avère très fiable (pas de casse de répertoriée). Honda recommande néanmoins de la vidanger entre 80 000 et 120 000 km (coût de 140 € environ).

Suspensions et trains roulants
Malgré un poids majoré de 140 ch par rapport à la version précédente, la Civic Type-R reste relativement légère pour une berline compacte récente (1349 kg). Cela préserve les trains roulants, y compris les périssables (freins et pneumatiques). Bien sûr, en tant que traction avant, la Type-R a une tendance naturelle à user plus de gomme au niveau des roues motrices, qui doivent aussi assurer la direction (pneus de 225/40 R 18). Méfiance pour les exemplaires dont l'usure est anormalement prononcée sur les flancs : cela indique une conduite musclée répétée (sur circuit notamment). Cela étant, les organes de cette bombinette « made in Japan » affichent une longévité supérieure à la moyenne. C'est par exemple le cas des amortisseurs (remplacement au-delà des 200 000 km), du genre fermes mais résistants. Tout cela contribue à faire de cette Honda, efficace et bien née, une petite sportive relativement économique à l'usage. Sachez tout de même que certains exemplaires produits en 2006-2007 « tiraient à droite », un problème résolu sur la chaîne de production (ou en atelier par un contrôle de la géométrie). Enfin, pensez à vérifier l'état des jantes (peintes en blanc, couleur carrosserie sur série spéciale « Champion Chip »), assez exposées aux nids de poule et aux trottoirs en cas de créneau mal négocié.

Direction, freinage et tenue de route
Cette traction avant a de quoi enchanter. Mis à part une direction qui manque un peu de feeling, tout est au diapason du moteur : le châssis, équilibré et collé au sol est un régal, le train avant précis, et le freinage, endurant, est à la hauteur des prétentions de cette petite Honda. Quant à la boîte de vitesses manuelle à 6 rapports, située idéalement à portée de main, elle brille par son guidage sans faille et son étagement. Et si l'aspect futuriste du cockpit peut dérouter, sachez qu'il offre une ergonomie parfaite, très intuitive. Tout est pensé pour s'encanailler. Avant de buter sur le rupteur, de petites diodes rouges s'allument pour vous signaler qu'il est temps d'engager le rapport supérieur. Un pousse au crime, et ce d'autant plus que l'admission variable VTEC agit comme une fusée à double étage. Jusqu'à 5600 tr/mn on a une sportive « normale », dans la moyenne, sans plus. C'est au-delà que la magie opère, avec un vrai coup de pied au c... supplémentaire à partir de 7000 tr/mn, là où la plupart des autres blocs essence s'époumonent, et ce, jusqu'à 8400 tr/mn !

Tout savoir avant d'acheter

Fiabilité et coûts d'entretien
La Civic Type-R est assez portée sur la boisson au quotidien, et le prix moyen de ses pièces est plutôt dans la fourchette haute de la catégorie. Mais elles présentent heureusement une longévité exceptionnelle, ce qui permet de compenser. Quoiqu'il en soit, la Type-R reste une sportive abordable au plus grand nombre, à l'achat comme à l'entretien, et la fiabilité générale est supérieure à la moyenne. Pour un kilométrage annuel de 15 000 km, prévoyez une enveloppe d'environ 750 €, hors carburant et assurance.

Maintenance classique : coûts des interventions (main d'œuvre comprise)

Intervention Prix TTC en € sur V6Fréquence
Pneus AV/AR1 150 € les quatre (18")vers 30 000 km
Amortisseurs AV/AR350 €/ 480 € par trainvers 150 000 km
Disques AV550 € par train

vers 60 000 km

Disques AR340 € par train

vers 80 000 km

Plaquettes AV120 € le jeuvers 30 000 km
Echappement complet800 € (central + silencieux)plus de 150 000 km
Révision petit service180 € (vidange avec filtres)tous les 15 000 km

Les points essentiels

  • Exemplaires produits en 2006-2007 pouvant « tirer à droite » (rectification en atelier par un contrôle de la géométrie)
  • Vidange de boîte entre 80 000 et 120 000 km, et 15 000 km pour le moteur
  • « Moustaches » latérales du bouclier avant très vulnérables, ainsi que les soubassements et jantes en général
  • Exemplaires produits en 2006 et 2007 pouvant présenter un bruit d'air anormal, nécessitant une modification au niveau du pare-brise (dépose de clips et recentrage)
  • Trappe à essence (qui s'actionne depuis l'habitacle) pouvant se bloquer (rappel en septembre 2007)
  • Frein à main pouvant rester bloqué (rappel en mai 2008)

À retenir

Moteur communicatif plein de santé, ergonomie optimale et liaisons au sol typées sportives forment un cocktail détonnant, rendant sympathique cette japonaise. Et tous les millésimes sont recommandables, présentant une insolente fiabilité mécanique... digne d'une Accord diesel ! Du coup, si l'état général est irréprochable et le kilométrage raisonnable, pourquoi dépenser plus en choisissant une version récente de 2009-2010, qui n'apporte techniquement rien de plus... sauf des dépenses supplémentaires à l'achat ? En étant assez abordable en neuf (de 25 300 à 30 700 € à l'époque selon la dotation), la Type-R est encore plus accessible aujourd'hui, surtout depuis qu'une nouvelle génération est commercialisée. Ainsi, un bel exemplaire de 2007 affichant plus ou moins 60 000 km sera ainsi à vous pour 16 000 € environ. Banzaï !
points fortsStyle original, mécanique fiable et pointue, efficacité générale, position de conduite
points faiblesStyle trop original (?), moteur creux et sonore, rétrovision de ¾ AR, confort limité

Avis des propriétaires

Autres articles pouvant vous intéresser

Commentaires