< retour

Acheter une AUTOBIANCHI A112 Abarth (1975-1985)

Julien Lombard le 08/02/2007

Note au lecteur : ce guide ayant été publié le 08/02/2007, les prix indiqués pour les pièces et la côte des véhicules risquent de ne plus refléter l'état du marché actuel.

Très maniable et très nerveuse, l'Autobianchi A 112 Abarth procure un intense plaisir de conduite, tout en bénéficiant d'une présentation séduisante.

Historique

Vers la fin de l'année 1965, la Technique avancée de Fiat commence à étudier le remplacement des modèles 600 et 850 par une traction avant de gabarit réduit, capable de concurrencer la Mini, produite par la BMC. Le projet reçoit le nom de code X 1/2.

La X 1/2 hérite du moteur de la 850, désormais placé à l'avant en position transversale, avec une boîte de vitesses située dans le prolongement du vilebrequin ; cette architecture se traduit par une excellente habitabilité eu égard à l'encombrement.

La direction de Fiat décide de construire la X 1/2 à Desio chez Autobianchi, filiale du géant turinois depuis 1955, tandis qu'une version dotée d'une carrosserie plus spacieuse - la future 127 (1971) - portera l'écusson Fiat.

Autobianchi fait alors figure de laboratoire pour Fiat, en lui permettant de tester sans risque des solutions novatrices. Présentée fin 1964, la Primula est ainsi la première voiture du groupe Fiat à avoir recours à la traction avant, au moteur transversal, ainsi qu'au hayon arrière, autant d'éléments que l'on retrouvera sur la future petite Autobianchi, cette dernière bénéficiant en outre d'une suspension à quatre roues indépendantes.

Dessinée par le Centro stile Fiat, la petite Autobianchi, baptisée A 112, est présentée au Salon de Turin 1969. Carlo Abarth ne tarde pas à affûter la mécanique de ce modèle bien né, en vue de son engagement en compétition, pour assurer la succession des modèles dérivés des Fiat 600 et 850. Au moment du rachat de l'entreprise Abarth, Fiat reprend à son compte l'idée d'une A 112 poussée, même si la perspective est différente : il s'agit de concurrencer la Mini Cooper, en s'adressant à une clientèle jeune, éprise de performances. Fin 1971, est ainsi présentée, en même temps que la version cossue Elegant, une version Abarth de 58 chevaux.

Au total, l'A 112, toutes versions confondues, sera déclinée en sept séries. En 1975 (3e série), une Abarth « 70 HP » vient épauler la version 58 HP, retirée avec la 4e série (1977). Peu avant la présentation de la 5e série (1979), l'Abarth reçoit une boîte de vitesses à cinq rapports et l'allumage électronique. Au fil des années, l'A 112 va connaître – ou subir… - plusieurs restylings, marqués par un recours croissant au plastique, tout en bénéficiant d'un équipement amélioré. Au total, quelque 1 245 274 A 112 seront construites jusqu'en 1986, la version Abarth étant, quant à elle, arrêtée en 1985.

AUTOBIANCHI A112 Abarth (1975-1985) AUTOBIANCHI A112 Abarth (1975-1985)

Identification

Numéro de série : à droite du compartiment moteur, sur le tablier (sur la joue d'aile, côté passager, à partir de la 5e série),

Plaque constructeur : à droite du compartiment moteur, sur le tablier (sur la joue d'aile, côté passager, à partir de la 5e série),

Numéro de moteur : sur le bloc moteur, côté allumeur.

Lancée en 1975, l'A 112 Abarth de 3e série reste extérieurement très proche de l'Abarth de 2e série. Comme cette dernière, elle possède en effet :
- des pare-chocs en plastique noir avec une baguette chromée,
- une calandre en plastique noir,
- des badges Abarth sur les ailes arrière et le panneau arrière,
- des phares à iode cerclés de noir,
- des roues (optionnelles) en alliage léger,
- des poignées de porte chromées dont le levier est noir mat.

Cependant, l'Abarth de 3e série se reconnaît extérieurement de sa devancière à :
- ses feux arrière plus grands, intégrant les feux de recul,
- ses grilles de panneaux de custode agrandies,
- (le cas échéant) son monogramme « 70 HP », à gauche du panneau arrière.

Enfin, par rapport aux autres A 112, l'Abarth série 3 se reconnaît à :
- sa calandre spécifique, avec ses deux fausses prises d'air et sa barre médiane argentée en plastique marquée « Autobianchi Abarth »,
- ses essuie-glaces et ses entourages de phares noir mat (qu'on retrouve d'ailleurs également sur la très spartiate série Juventus),
- son capot noir mat,
- son double pot d'échappement,
- ses badges Abarth sur les ailes arrière et sur le panneau arrière,
- ses pare-chocs en plastique, auxquels le modèle de base n'a pas droit.

Groupe motopropulseur

Lancée en 1969, l'Autobianchi A 112 hérite du moteur de la Fiat 850, un quatre cylindres en ligne culbuté de 903 cm3, dont le bloc est en fonte et la culasse en alliage léger.

D'une cylindrée accrue (982 cm3), le moteur de la première version Abarth (1971) développe 58 chevaux à 6600 tours/min. Il possède un vilebrequin nitruré, de nouveaux pistons à segments chromés, tandis que le taux de compression est relevé et que l'arbre à cames, les sièges de soupapes, l'échappement sont modifiés. Le moteur Abarth bénéficie également d'un carburateur double corps et d'un radiateur d'huile.

Sur la version 70 HP, la cylindrée passe à 1050 cm3 (67,2 x 74 mm) ; les pistons, les bielles, l'arbre à came, la culasse et l'échappement sont à nouveau modifiés et le taux de compression encore relevé. L'alimentation est assurée par un carburateur vertical double corps Weber 32 DMTR 3. La puissance est de 70 chevaux DIN à 6600 t/m (le couple maximal s'établissant à 8,7 mkg à 4100 tours/min) et la vitesse maximale atteint 160 km/h. L'A 112 Abarth est équipée d'une boîte à quatre rapports synchronisés (à cinq rapports à partir de 1979).

Le moteur est solide, pour peu qu'il soit entretenu régulièrement et utilisé correctement, en faisant bien chauffer la mécanique avant de monter dans les tours : dans ces conditions, on peut espérer atteindre 100 000 ou 120 000 km sans intervention majeure. Au-delà, les coussinets de bielle et la segmentation sont souvent à revoir. Notons par ailleurs que la pompe à essence mécanique apparaît fragile, surtout si l'on adopte une conduite incisive, ce qui se conçoit aisément sur ce type de véhicule…

Comme le moteur, la boîte de vitesses est robuste. Cependant, il est parfois difficile de passer la 1ère ou la marche arrière. Par ailleurs, le synchro de 3e - le plus sollicité – peut présenter des faiblesses, tandis que les bagues en téflon qui assurent le guidage ont tendance à se désagréger avec le temps.

Suspensions, trains roulants

L'Autobianchi A 112 Abarth est équipée d'une suspension à quatre roues indépendantes. A l'avant, on trouve des jambes élastiques type McPherson, un levier transversal inférieur oblique et une barre de poussée longitudinale, ainsi qu'une barre stabilisatrice. A l'arrière, on trouve des bras oscillants et un ressort à lames transversal. On trouve, enfin, des amortisseurs télescopiques à l'avant et à l'arrière.

Notons que le réglage du train avant est très fin et qu'il doit être réalisé par un véritable connaisseur pour obtenir un bon résultat.

Structure, carrosserie, châssis

L'Autobianchi A 112 possède une carrosserie monocoque autoportante.
Dessinée chez Fiat, l'A 112 est très courte (3,23 m) et se caractérise par son absence de porte-à-faux avant ou arrière ; son élégance est incontestable.

L'A 112 Abarth de 1ère série (octobre 1971) possède des pare-chocs inox, un capot, un panneau arrière, des entourages de roues et des bas de caisse noir mat ; sa calandre se caractérise par une décoration spécifique avec deux fausses prises d'air et un entourage chromé ; l'Abarth reçoit aussi des badges spécifiques (Abarth et Autobianchi-Abarth).

Sur la 2e série (mars 1973), la calandre – qui perd son entourage chromé - et les pare-chocs sont en plastique noir, les entourages de phares noirs. Les badges sont différents et, à côté de la version sportive bicolore, rouge et noire, apparaît une version « raffinée » à carrosserie monochrome.

Sur la 3e série (janvier 1975), les feux arrière et les grilles de panneaux de custode sont agrandis.

La 4e série (décembre 1977) reçoit des feux arrière plus allongés, une calandre, qui n'est plus spécifique et englobe désormais les phares, de nouveaux clignotants avant, de nouveaux répétiteurs d'ailes avant, de nouveaux pare-chocs (sans baguette chromée), ainsi que des bandes latérales de protection ; le toit est rehaussé de 2 cm ; les poignées de portes noires avec un levier chromé sont inédites, tout comme les grilles de custode (à nouveau agrandies), les roues, les monogrammes avant/arrière, la prise d'air de capot. Le capot noir est en option.

La 5e série (juillet 1979) reçoit une nouvelle calandre, descendant jusqu'au pare-chocs, de nouveaux feux arrière encadrés par un bandeau noir, des pare-chocs plus enveloppants, des entourages de roues en plastique noir, des protections de bas de caisse plus volumineuses, de nouveaux monogrammes ; les badges Abarth disparaissent et les répétiteurs de clignotants sont déplacés vers l'arrière.

Sur la 6e série (octobre 1982), les pare-chocs sont plus hauts et intègrent les feux de position à l'avant ; les grilles de custode sont couleur carrosserie, les feux arrière inédits, de même que les roues (en acier ou en alliage léger).

Enfin, la 7e série (avril 1984) reçoit des phares longue portée intégrés au pare-chocs avant, des clignotants de couleur blanche, une antenne radio, un bandeau rouge à l'arrière, entre les feux (là où était la plaque de police) et des autocollants Abarth, ainsi qu'une bande décorative sur les flancs.

L'A 112 est très affectée par la corrosion, même si les séries les plus récentes sont beaucoup plus concernées que les trois premières. La rouille touche notamment la baie de pare-brise, les entourages de phares, les bas de caisse, les supports de cric, les passages de roues arrières, les portes et le hayon, la jupe arrière, etc. Un point est à vérifier en priorité au moment de l'achat : la tôle de joue d'aile, à la hauteur du berceau avant, a tendance à se fendre suivant un plan vertical ; cet élément est structurel et sa remise en état peut s'avérer très onéreuse.

Freinage, direction, pneus

L' Autobianchi A 112 Abarth est équipée de freins à disque à l'avant et à tambour à l'arrière, avec assistance sur les freins avant (sur les trois premières séries, jusqu'en 1977)

Elle possède des roues de 13 pouces de diamètre et de 4 pouces de large, chaussées de pneumatiques 135 SR 13.

En option étaient disponibles des roues en alliage léger de 4,5 pouces de large, qui pouvaient être équipées sur demande de pneumatiques plus larges (155/70 SR 13) à partir de la 3e série.
La direction est à crémaillère.

Intérieur -finitions

Dès la 1ère série (1971), l'Autobianchi 112 Abarth bénéficie d'une présentation plus sportive et d'un équipement plus complet que la version de base. Elle reçoit des sièges enveloppants à appuis-tête incorporés, un volant à trois branches métalliques ajourées dont la jante est recouverte de cuir, un tableau de bord noir mat avec un monogramme Abarth et une instrumentation qui s'enrichit d'un compte-tours, d'un voltmètre, d'un thermomètre de température d'huile et d'un manomètre de pression d'huile.

Sur la 2e série (1973), apparaissent de nouveaux sièges, munis d'appuis-tête réglables et également disponibles avec un revêtement en tissu écossais sur les versions « raffinées» (qui bénéficient également de la moquette au plancher), ainsi qu'un rembourrage de tableau de bord. Les cadrans auxiliaires sont placés verticalement sur une console centrale.

Sur la 3e série (1975), les cadrans auxiliaires sont replacés à l'horizontale sur le tableau de bord, tandis que la version 70 HP reçoit un nouveau volant à deux branches. Les sièges sont identiques ; cependant, ils ne sont plus disponibles qu'en skaï noir.

La 4e série (1977) reçoit un tableau de bord plus massif, avec une instrumentation carrée, un antivol de direction, un emplacement radio dissimulé sous un couvercle et une boîte à gants. Les sièges reçoivent un revêtement mixte en velours et skaï, tandis que les contre-portes sont modifiées et munies de porte-cartes.

L'intérieur de la 5e série (1979) n'évolue guère que sur des détails (sellerie légèrement modifiée, rétroviseur extérieur réglable de l'intérieur, etc.)

La 6e série (1982) reçoit une nouvelle sellerie avec des appuis-tête ajourés, ainsi qu'une instrumentation plus fournie (montre électrique, économètre).

Enfin, la 7e série reçoit des sièges modifiés, ainsi qu'une instrumentation au graphisme revu, avec un éclairage rouge.
Notons que si la contenance du coffre de l'Autobianchi est forcément limitée (200 dm3), la banquette arrière est rabattable, ce qui permet de porter la capacité de chargement à 700 dm3 ; l'A 112 se révèle ainsi d'une polyvalence insoupçonnée.

Prise en main

Très compacte, l'Autobianchi A 112 n'en possède pas moins une ligne équilibrée et élégante ; il est vrai que le savoir-faire des Italiens en la matière n'est plus à démontrer... La bonne bouille (qui doit beaucoup aux phares ronds et aux ailes avant séparées) de l'A 112 attire la sympathie des passants, certains pensant même avoir affaire à un nouveau modèle… Le capot noir mat et la calandre ornée de deux prises d'air (factices) confèrent à l'Abarth une touche d'agressivité bienvenue : c'est le mariage réussi du sport et du chic BCBG. L'Abarth de 3e - ou de 2e - série est, à notre sens, la plus jolie, car elle échappe à l'omniprésence du plastique.

L'intérieur est tout aussi séduisant, même si le noir domine sans partage. Les sièges en Skaï munis d'appuis-tête ont un aspect flatteur, de même que le ciel de toit à trou-trous. L'instrumentation, qui comporte deux gros cadrans ronds et trois petits cadrans auxiliaires, est très complète (on trouve même un thermomètre de température d'huile…) et concourt à l'ambiance sportive, tout comme le superbe volant à l'épaisse jante en cuir. Toutefois, la qualité de fabrication est perfectible, comme l'illustre le décrochement inopiné du pare-soleil…

En dépit du gabarit réduit, l'espace intérieur apparaît tout à fait décent et l'on se trouve bien assis, le dossier des sièges n'étant pas trop étroit, contrairement à celui de certaines A 112. En revanche, le pédalier rapproché, par ailleurs décalé sur la droite, proscrit l'usage de chaussures à semelles débordantes.

La conduite de l'Abarth est un vrai régal. Grâce à sa petite taille et à sa direction très directe, l'A 112 se révèle particulièrement maniable et peut se faufiler partout dans la circulation urbaine ou bien enchaîner avec aisance les virages sur une petite route de montagne. Avec les deux premiers rapports très courts, les démarrages s'effectuent en trombe, le moteur montant très volontiers dans les tours (la zone rouge du compte-tours commence à… 7100 tours/min), tandis que l'échappement émet un son rageur des plus suggestifs… Par ailleurs, la boîte de vitesses est très agréable à manier et le freinage convaincant. Force est de constater que l'engin a un côté pousse-au-crime et que le plus difficile est de réfréner ses ardeurs… Signalons enfin que si la tenue de cap ne pose pas de problème sur autoroute, le bruit devient en revanche très présent, surtout avec la boîte à quatre rapports des premières séries.

Cote et budget d'entretien

En très bon état, une Autobianchi A 112 Abarth 70 HP de 3e série se négocie environ 6000 euros.

Un entretien général s'impose tous les 5000 km ou une fois par an : vidange moteur (avec changement du filtre à huile une fois sur deux), changement du lookheed de freins, réglage de l'allumage-carburation mais aussi des culbuteurs, etc.

La disponibilité des pièces mécaniques est excellente, à l'exception du maître-cylindre de freins et du carburateur (même si les joints se trouvent facilement).

Les prix ne sont en général pas très élevés ; à titre d'exemple, une pochette de joints moteurs est facturée 56,79 euros, un filtre à air 25,96 euros, une pompe à huile 136,81 euros, un kit de distribution 70,19 euros, etc. (tarifs TTC aimablement fournis par la société DFA).

En revanche, les pièces de carrosserie et les garnitures intérieures sont quasiment introuvables. Elles ne sont pas refabriquées et on ne peut donc compter que sur les vieux stocks. A titre d'exemple, les bas de caisse sont facturés 91 euros l'unité (tarif DFA).

AUTOBIANCHI A112 Abarth (1975-1985) AUTOBIANCHI A112 Abarth (1975-1985)

Carnet d'adresses

Les clubs

Autobianchi Club de France
29, rue Eugène Millon
75015 Paris
Tél : 01 56 56 06 03
Fax : 01 56 56 06 04
clubautobianchi@wanadoo.fr
www.clubautobianchi.fr

Amicale Abarth
28, rue des Berges
77700 Bailly-Romainvilliers
Tél. 01 60 42 07 52
Fax 01 60 42 07 52.
amicalabarth@free.fr
http://perso.wanadoo.fr/fwi-sail/

Amicale Abarth Lo Scorpione
8, rue Bretonneau
75020 Paris
Tél. 01 40 30 02 52 ou 06 63 72 13 10
Fax 01 40 30 02 52.
dpouteau@tele2.fr

Club Abarth France
Château de Savigny
21420 Savigny-lès-Beaune
Tél. 03 80 21 55 03

Les professionnels entretien-réparations-restauration-achat-vente

Garage Clusos
12, avenue du Bois
92290 Chatenay Malabry
Tél : 01 46 32 23 87
Fax : 01 46 31 61 28

Pièces détachées

DFA
57, rue de Colombes
92600 Asnières sur Seine
Tél : 01 47 91 53 04
fax : 01 47 91 53 03
Mail : dfa-auto@wanadoo.fr

Classic Auto Behmann
Tél.: 06 30 82 99 25 ou 08 20 65 20 00
Site : www.classic-auto.org

Autostoria
62, rue Marengo
42000 Saint-Etienne
Tél : 04 77 91 16 03
Fax : 04 77 91 16 04
www.autostoria.fr

À retenir

Avec son allure très plaisante – tout particulièrement sur les premières séries -, sa maniabilité hors pair et son moteur plein d'allant, l'Autobianchi A 112 Abarth est un adorable petit jouet pour grands enfants, qui a, tout naturellement, de nombreux inconditionnels. Cette voiture devenue mythique est aussi une authentique Abarth, qui s'est longtemps illustrée en compétition et continue à le faire dans les épreuves historiques. Malheureusement, victime de la corrosion, l'A 112 Abarth est aujourd'hui très rare (surtout pour les premières séries), tandis que certaines pièces, notamment de carrosserie, sont devenues quasiment introuvables. Si l'A 112 Abarth n'est sans doute pas une dévoreuse d'autoroute, c'est, en revanche, une voiture avec laquelle on fait très vite corps et qui procure un réel plaisir de conduite, aussi bien dans la circulation urbaine que sur les petites routes sinueuses.
points fortsAgilité, Moteur brillant, Ligne plaisante, Homogénéité, Fiabilité mécanique, Habitabilité très correcte (aux places avant)
points faiblesCorrosion galopante, Pièces (carrosserie, intérieur) parfois difficiles à trouver, Rare en bon état, Bruyante sur autoroute (surtout avec boîte 4)
Tag :

Avis des propriétaires

Autres articles pouvant vous intéresser

JAGUAR XJS 5.3 V12 H.E.
JAGUAR XJS 5.3 V12 H.E.

Longtemps boudée par les puristes, la malaimée XJS revient lentement, mais...

BMW Série 8
BMW Série 8

Lorsque BMW lance en 1989 l'incroyable Série 8, fleuron de la gamme, elle...

LOTUS Esprit S3
LOTUS Esprit S3

Quand Lotus, spécialiste incontesté de la sportive légère et efficace,...

Tous les guides d'achat

Commentaires

avatar de Zeze181965
Zeze181965 a dit le 28-09-2016 à 18:35
J'ai eu dans les années 80 une série 3 une petite bombe,j'ai besoin de vous pour en retrouver une à un prix responsable avec des petits travaux !!
avatar de fred300873
fred300873 a dit le 26-06-2016 à 16:23
bonjour,je suis a la recherche d un moteur abarth 70 ph complet.pas bloque,pour en faire une réfection complete.merci.
avatar de fabianf
fabianf a dit le 25-04-2016 à 18:38
Bonjour je recherche un intérieur pour A112 abarth
avatar de sarci
sarci a dit le 09-03-2016 à 14:22
J'ai des pièces A112 Abarth à vendre. Toutes les garnitures extérieures, feux, vis ect...ect...
avatar de asda
asda a dit le 03-03-2016 à 16:59
je cherche de la peinture pour une a 112 abarth rosso métal 183f merci de votre reponse