< retour

Saga Cadillac Eldorado

Saga Cadillac Eldorado Dans l'Amérique de l'après-guerre, opulente, triomphante et sure d'elle-même, l'automobile est marquée par l'apologie exacerbée du " toujours plus ". Cadillac reflète à l'envi cet esprit de surenchère permanente, au risque de verser parfois dans l'excès, voire la caricature. Question : de quelle voiture peut rêver l'Américain qui soit au-dessus qu'une Cadillac ? Réponse : une super Cadillac ! A ce jeu, la firme a excellé en faisant comprendre à sa riche clientèle que la possession d'une berline ou d'un " coupé de Ville " de la série 62 ne suffisait pas pour faire définitivement partie du sérail. Au début des années cinquante, alors que Cadillac supplante définitivement Packard dans la hiérarchie automobile d'outre-Atlantique, la production de la marque franchit le cap symbolique des cent mille voitures par an. Un remarquable succès qui comporte toutefois un revers. En accédant au rang de grand constructeur, la prestigieuse division de la General Motors risque de perdre son image d'exclusivité. D'autant que le gratin des marques européennes, Rolls-Royce, Mercedes ou Jaguar, diffuse au compte-gouttes et par le biais d'importateurs indépendants comme Max Hoffmann, des véhicules exclusifs, dont le caractère artisanal et le luxe très " Haute couture " ne peuvent que séduire les clients les plus égotistes. C'est à eux que s'adressera l'Eldorado.

CADILLAC Eldorado 1953

CADILLAC Eldorado 1953

Représentation du rêve automobile d'outre-Atlantique, la Cadillac Eldorado incarne l'Amérique triomphante des années 50. Place à l'excentricité, à l'opulence et au glamour capiteux d'une époque...

CADILLAC Eldorado 1954-1959

CADILLAC Eldorado 1954-1959

Lignée de grand luxe extrêmement coûteuse, la Cadillac Eldorado monte en puissance de 1953 à 1959, année où elle devient la voiture la plus excentrique de l'histoire américaine.

CADILLAC Eldorado 1960-1966

CADILLAC Eldorado 1960-1966

Avec le crépuscule des ailerons, les années 60 sont marquées par un reflux de l'exubérance stylistique. La Cadillac Eldorado y gagne un design plus sage et sans doute plus esthétique.

CADILLAC Eldorado 1967

CADILLAC Eldorado 1967

Par son design très pur comme par sa technique, la traction avant, la Cadillac Fleetwood Eldorado de 1967 marque une rupture dans la généalogie du haut de gamme de la marque.

CADILLAC Eldorado Brougham

CADILLAC Eldorado Brougham

Dream car par excellence, la Cadillac Eldorado Brougham préfigure à titre exclusif le style de la marque. Commercialisée à un prix exorbitant, cette voiture de milliardaires revêt un luxe inouï.