< retour
  • PORSCHE BOXSTER : ÉVOLUTION OU RÉVOLUTION ?

Porsche Boxster : évolution ou révolution ?

Porsche Boxster : évolution ou révolution ? Porsche serait-elle une marque schizophrène ? Tout à la fois adepte du moteur central sur le Boxster et chantre du porte-à-faux arrière avec la 911, Porsche offre deux visages bien différents de l'architecture automobile ‹ pour ne parler que des modèles à deux portes). Pour le plus grand nombre, la firme de Stuttgart est, avec la 356 et la 911, le héraut de l'architecture à moteur en porte-à-faux arrière. Or la véritable doctrine de Ferdinand Porsche a toujours été celle du moteur en position centrale arrière. Technique qu'il a appliquée notamment sur les Auto-Union de Grands Prix des années trente, sur les Mercedes 130, 150 et 170 H, sur la Cisitalia de 1947, ainsi que sur le roadster de 1948 qui est la première voiture à porter le nom Porsche. Depuis, toutes les Porsche conçues pour la compétition ont repris cette disposition. Un modèle de la gamme y a même eu recours, la 914, dont l'échec commercial tient à d'autres raisons que son moteur central. Retenu pour des raisons économiques (coûts de production), le porte-à-faux de la 356 n'est que l'héritage de la Coccinelle. Il sera reconduit sur la 911 pour des raisons d'habitabilité afin de conserver deux places à l'arrière, fussent-elles de secours. Libéré de cette contrainte par sa nature de roadster (carrosserie à deux places), le Boxster, qui revendique sa filiation avec le Spyder 550 RS et hérite du moteur central arrière, s'avère aujourd'hui comme le véritable dépositaire des idées de Ferdinand. Le Boxster apparaît comme un modèle décisif dans l'histoire de la marque. Avant le Cayenne et son phénoménal succès, c'est lui qui a sans doute sauvé Porsche dans les années 90 — de l'aveu même des dirigeants de la firme. En 1992/1993, alors que le Boxster était encore à l'étude, Porsche ne produisait que 12 000 véhicules (contre 78 000 en 2004). La 911 serait-elle poussée vers la sortie par une politique de petits pas visant à lui substituer le Boxster ? S'oriente-t-on vers un remplacement rampant du mythe de Zuffenhausen ? L'avenir le dira. Plaident en faveur de cette hypothèse la montée en puissance du Boxster et le fait que les responsables de Porsche ne cachent pas leur souhait de voir le Boxster vivre la même saga que son illustre devancière. Le fait aussi que les ventes de la 911 ne représentent plus aujourd'hui que la moitié de celles du Cayenne. Il n'en reste pas moins que, sans cesse améliorée — transmission intégrale, moteur avancé, refroidissement liquide et puissance portée à 355 ch —, la 911 a encore de beaux jours devant elle.

 Interview de Harm Lagaay

Interview de Harm Lagaay

Harm Lagaay, ancien directeur du centre de style Porsche, nous parle de la genèse de la Boxster.

 La fin de la 911 est-elle programmée ?

La fin de la 911 est-elle programmée ?

La Boxster et la Carrera GT avec leur moteur central deviennent, chacune à leur niveau, les chantres de la sportivité selon Porsche. Bientôt la fin de la 911 ?

PORSCHE 550 RS Spider

PORSCHE 550 RS Spider

Plus connu sous l'appellation de " spyder 550 ", le spider 1500 RS est une machine de compétition à moteur central arrière.

PORSCHE Boxster

PORSCHE Boxster

Privilégiant l'évolution à la révolution, la marque a perfectionné son modèle sans chamboulement.