< retour

Essai VOLVO S80

Vincent Desmonts le 01/06/2006

La Volvo S80 offre un bon compromis entre confort et comportement routier. Une alternative aux rivales allemandes... dans les limites du raisonnable.

Voir la vidéo en HD

Présentation

La précédente S80, lancée en 1999, avait introduit le nouveau style Volvo. La nouvelle ne constitue pas un aussi grand bouleversement : elle s'allonge et s'élargit pour mieux affiner ses traits, à tel point qu'on pourrait presque la confondre avec sa petite soeur, la S40. La Volvo S80 s'inspire d'ailleurs de cette dernière pour sa console centrale fine dissimulant un espace de rangement. Volvo insiste beaucoup sur l'ambiance intérieure pétrie de « luxe scandinave »... un luxe un brin ascétique où la sobriété de la présentation atteint des sommets. Le confort également : les sièges larges et moelleux comptent parmi les plus accueillants de la production mondiale.

Côté motorisations, nous avons pu essayer la Volvo S80 dans trois variantes : la 3.2 litres, dotée d'un nouveau six cylindres en ligne de 238 ch, au caractère assez effacé, la V8 AWD équipée du mélodieux mais gourmand huit cylindres Yamaha (4.4 et 315 ch), et la diesel D5, version la plus homogène, qui représentera l'essentiel des ventes. Le talentueux moteur D5, fort de 185 ch, charme toujours par son énergie inépuisable : sa souplesse de tous les instants est complétée par une belle vigueur lorsqu'il faut partir à l'assaut du compte-tours, accompagnée d'une sonorité charmeuse. Vaisseau au long cours, la Volvo S80 dévoile tout son talent lors des longues étapes autoroutières, où seuls des bruits aérodynamiques un peu élevés viennent perturber la quiétude à bord. Dommage que l'habitabilité arrière soit décevante eu égard au gabarit, et que le coffre, étroit et pas très haut, soit si peu pratique à charger.

VOLVO S80 VOLVO S80

Sur la route

En tant que grande berline, suédoise qui plus est, la S80 garde toujours la tête froide. Toujours digne, elle ne se prête que d'assez mauvaise grâce à une conduite dynamique. Sa direction assistée Servotronic, dotée de trois réglages d'intensité du ressenti, ne convainc pas : un peu trop légère à haute vitesse, elle se révèle caoutchouteuse à basse vitesse et aux grands angles de braquage. Les suspensions ont pour priorité d'effacer en douceur les inégalités de la route, même si cela doit passer par une prise de roulis un peu importante. Le coûteux châssis actif Four-C optionnel, qui permet de choisir entre les modes confort, sport et « advanced » (amortisseurs plus ou moins fermes), n'apporte pas grand-chose en efficacité, tout en dégradant le confort. Enfin, l'équilibre du châssis se veut résolument sous-vireur, privilégiant la facilité d'utilisation au détriment de l'agilité.

Vous l'aurez compris, cette S80 s'apprécie à un rythme plus raisonnable, en laissant agir l'abondant couple du moteur D5 et la douceur de la boîte automatique Geartronic à 6 rapports. Cette dernière se révèle d'ailleurs assez lente à la réaction, raison supplémentaire pour privilégier une conduite en douceur. La S80 se pose alors en alternative originale aux références allemandes, Mercedes Classe E en tête. Avec pour atout un positionnement prix assez agressif, qui permet de s'offrir quelques options supplémentaires, telles que le régulateur de vitesse adaptatif couplé au radar anticollision (1 300 €), les vitres feuilletées hydrofuges (650 €) ou encore les phares bi-xénon directionnels (1 250 €).

VOLVO S80 VOLVO S80

À retenir

Sage et policée, la Volvo S80 est une berline politiquement correcte, allant jusqu'à proposer en option un pack « habitacle propre » pour éviter les allergies ! Cela ne l'empêche pas de proposer un bon confort et un diesel plaisant à un tarif intéressant. C'est sûr, une BMW Série 5 ou une Audi A6 prodiguent un agrément de conduite supérieur, mais obligent à casser sa tirelire. Et puis la S80 apporte un peu d'originalité et de diversité dans un univers dominé par les rigoureuses berlines allemandes...
points fortsPrésentation originale et élégante, confort, moteur D5 efficace, moteur V8 envoûtant, insonorisation moteur, filtre à particules en série sur diesel, comportement routier sûr, tarif compétitif
points faiblesHabitabilité arrière décevante, coffre peu pratique, boîte automatique lente, bruits aérodynamiques, direction peu consistante, moteur 6 cylindres fade
Les chiffres
Prix 2006 : 36 550 €

Avis des propriétaires

Autres articles pouvant vous intéresser

VOLVO S80 D5 205 ch
VOLVO S80 D5 205 ch

Avec ce moteur D5 nouvelle génération, la Volvo S80 rattrape son retard sur...

VOLVO XC60 D5 AWD
VOLVO XC60 D5 AWD

9 années et un million d'exemplaires se sont écoulés depuis le lancement de...

VOLVO V60 Polestar
VOLVO V60 Polestar

Volvo a osé dévergonder son break V60 avec la complicité du préparateur...

Tous les essais VOLVO
AUDI RS4 Avant (B9)
AUDI RS4 Avant (B9)

Le plus vendu des modèles RS fait son grand retour : la RS4, quatrième du...

MERCEDES AMG Classe E 63 S 4Matic+
MERCEDES AMG Classe E 63 S 4Matic+

À ma gauche, l'une des berlines les plus performantes jamais conçues par AMG....

VOLKSWAGEN Polo GTI 2018
VOLKSWAGEN Polo GTI 2018

Cette sixième génération de Volkswagen Polo GTI reçoit le plus gros moteur de...

Tous les essais

Commentaires