< retour

Essai VOLKSWAGEN Golf GTI DSG

Vincent Desmonts le 22/06/2009

À la fois discrète et performante, amie de la famille et sportive accomplie, la sixième Golf GTI réussit un quasi sans-faute.

Voir la vidéo en HD

Présentation

Déjà 33 ans que la Volkswagen Golf GTI nourrit sa légende ! Trente-trois ans de hauts et de bas, de l'initiation du mouvement GTI en 1976 aux peu mémorables versions policées, voire diesélisées, des Golf III et IV. Depuis la précédente génération, heureusement, la Golf GTI a renoué avec la grâce. La nouvelle, sixième du nom, poursuit sur cette lancée. Elle troque l'ancien 2.0 TFSI contre le nouveau 2.0 TSI à distribution par chaîne, affichant une puissance supérieure (210 ch au lieu de 200) et une consommation plus basse : 7,4 l/100 km avec la boîte DSG à 6 rapports.

Mais l'argument fort de la Volkswagen Golf GTI reste son étonnante polyvalence. Remarquablement discrète (une qualité pour certains, un défaut pour d'autres !), elle fera office de couteau suisse idéal pour le père de famille se refusant à céder à la mode des monospaces, SUV et autres « crossovers ». Suffisamment spacieuse, confortable et bien équipée pour satisfaire toute la maisonnée, la Golf GTI VI se révèle parfaitement adaptée à une utilisation quotidienne. Mais lâchez-la sur des routes sinueuses, et vous apprécierez son agilité, le caractère de son moteur et l'efficacité de son châssis ! Point de différentiel autobloquant ici, mais un système électronique baptisé XDS qui freine séparément la roue commençant à patiner. Un subterfuge convaincant par son efficacité en conduite sportive, et qui fait paraître la Golf GTI plus légère qu'elle n'est en réalité. La Golf GTI VI est affichée 29 970 euros en version DSG 5 portes.

Voir plus de photos

Design extérieur et intérieur

Les anglo-saxons appellent cela un « sleeper » : une auto à la discrétion inversement proportionnelle à ses performances. Un esprit à rebours de la tendance « tuning » auquel la nouvelle Golf GTI semble vouloir se conformer. En effet, à part les jantes 17 pouces héritées de la 5e génération, la calandre à nids d'abeille soulignée de joncs rouges, les badges « GTI » et le becquet arrière, cette Golf-là pourrait aisément passer pour un paisible diesel de VRP. Les uns apprécieront cette sobriété lorsqu'il s'agira de rendre visite à un client, les autres pourront regretter qu'une sportive de cette trempe passe quasiment inaperçue. Les dimensions de la Golf GTI VI feront en revanche l'unanimité : avec 4,21 m de long et 1,78 m de large, la Volkswagen se révèle maniable et facile à garer.

La Golf V avait été critiquée pour sa finition en retrait, mais la sixième génération a heureusement rectifié le tir. Les plastiques valorisants et les assemblages rigoureux placent clairement la compacte Volkswagen parmi les meilleures de la catégorie. L'équipement inclut la climatisation régulée sur deux zones, un volant sport et de beaux sièges baquet habillés d'un tissu à carreaux évoquant les selleries des premières Golf GTI. Quant à l'habitabilité, elle s'inscrit dans la bonne moyenne de la catégorie, même si le coffre pourrait être plus spacieux.

Mécanique et châssis

Dernière évolution du bloc « EA888 », le moteur 2.0 TSI équipant la Golf GTI VI est un cousin de celui équipant la récente Audi A4. Doté d'une distribution par chaîne, d'une injection directe et d'un turbocompresseur, il se distingue par une excellente efficacité énergétique, comme en témoigne les 210 chevaux, obtenus en échange d'une consommation n'excédant pas 7,4 l/100 km en cycle mixte. Et si la VW Golf GTI n'échappe pas au malus écologique de 750 €, son taux de CO2 limité à 173 g/km est l'un des plus bas de la catégorie. Notons enfin la courbe de couple en plateau (280 Nm de 1 700 à... 5 200 tr/min) et un échappement particulièrement travaillé au niveau de sa sonorité.

Notre modèle d'essai était équipé de la désormais célèbre boîte DSG à double embrayage, aussi douce en mode automatique que réactive dans ses changements de rapport. Les palettes au volant figurent en série. Le châssis offre des liaisons au sol classiques (Mac Pherson à l'avant, train multibras à l'arrière) mais bien réglées. L'ESP n'est cependant pas déconnectable : tant pis pour les sorties circuit ! Il faudra se consoler avec le système XDS, une extension du contrôle de stabilité qui freine la roue motrice intérieure au virage et fait office de différentiel à glissement limité. Pas aussi séduisant qu'un vrai autobloquant, mais déjà mieux que rien !

Sur la route

La Volkswagen Golf GTI VI peut se résumer en un mot : polyvalence. Cette sportive d'allure discrète saura se fondre dans le trafic quotidien. La boîte DSG transformerait presque les embouteillages en parties de plaisir, la direction ultradouce facilite les manœuvres, tandis que la souplesse du 2.0 TSI autorise une conduite aussi coulée qu'économique. Les suspensions fermes mais pas inconfortables et les sièges moelleux ménagent les passagers, alors que l'insonorisation permet d'écouter sa musique en toute décontraction.

Mais lorsque la route se fait plus tortueuse, la Golf GTI dévoile son vrai visage. Elle avale le 0 à 100 km/h en 6,9 secondes, le kilomètre départ arrêté en 27,3 secondes et atteint 238 km/h. Mais les chiffres ne racontent pas tout : la Golf GTI n'est pas non plus avare de sensations. Sa boîte DSG passe les rapports à la vitesse de l'éclair, son 2.0 TSI émet une sonorité évocatrice et son châssis affiche équilibre et efficacité. La direction s'affermit à mesure que le rythme s'accélère et dévoile une étonnante précision. Le train avant incisif reste rivé à la trajectoire, bien aidé par le dispositif XDS, tandis que l'essieu arrière enroule la courbe au lever de pied. Cette agilité fait paraître la Golf GTI VI plus légère qu'elle n'est en réalité, un vrai petit bonheur à l'heure où même certaines sportives affichent un embourgeoisement qui affadit les sensations. Hélas, les amateurs de circuit devront composer avec un ESP non déconnectable...

À retenir

À la fois discrète et performante, amie de la famille et sportive accomplie, la sixième Golf GTI réussit un quasi sans-faute. En associant sensations et confort, elle réalise une alchimie rare, tout en ménageant le budget d'utilisation grâce à un moteur particulièrement sobre. De quoi faire pardonner un tarif un peu élevé et un coffre juste moyen. Par contre, ceux qui fréquentent assidûment les circuits risquent de l'ôter de leur « short list » : l'ESP non déconnectable leur posera un vrai problème. Drôle de choix pour une « GTI » !
points fortsAgrément, châssis efficace et plaisant, moteur performant et souple, consommations maîtrisées, confort préservé, discrétion.
points faiblesCoffre moyen, ESP non déconnectable, tarif un peu élevé,... trop discrète ?
16.5

20
Les chiffres
Prix 2009 : 29 970 €
Puissance : 210 ch
0 à 100km/h : 6.9s
Conso mixte : 7.4l/100
Notre avis
Agrément de conduite : 17/20
Sécurité active et passive : 19/20
Confort et vie à bord : 16/20
Budget : 16/20
Tag :

Avis des propriétaires

Autres articles pouvant vous intéresser

Commentaires

avatar de momoca
momoca a dit le 18-10-2012 à 22:27
svp dite moi ou se trouve le klaxon sur la golf6 gti
avatar de internaute93
internaute93 a dit le 12-05-2012 à 02:59
Réponse à propulsion :Le nouveau gti fait le 400 m départ arrêté en 15s et met une raclé même à la golf gti oettinger 136cv de l'époque. La nouvelle golf VI gti est de loin la meilleure, même si elle est moins amusante en gagnant (trop ?) de la tenue de route et en étant plus sécurisante. N'en déplaise à certains. Discours complétement illogique : ->Une propulsion est peut être plus amusante, sur circuit ? car sur la neige, c'est dangereux. -> 4 roues motrices, pour consommer plus ? On veut s'amuser mais on joue la sécurité et l'aseptisation...
avatar de gtiman
gtiman a dit le 19-08-2010 à 17:39
En conclusion, je conseille vivement à ceux qui recherchent une voiture homogène et sportive d'essayer la Golf GTI. Pour ma part, l'essayer a été l'adopter. Cette voiture a su parfaitement conjuguer élégance et sportivité. JE L'ADORE!!!!!!!
avatar de gtiman
gtiman a dit le 19-08-2010 à 17:31
Je tiens à vous faire part de mon avis sur l'ultime version de la Golf GTI. Je suis d'ailleurs bien placé pour en parler puisque je possède cette voiture depuis 1 an, ce qui m'a laissé le temps d'en apprécier les nombreuses qualités et les rares défauts. Tout d'abord, il faut reconnaître à la dernière GTI une extraordinaire polyvalence tant cette voiture est agréable d'utilisation au quotidien, très fonctionnelle et plutôt confortable comparée aux sportives pures et dures. De plus, la GTI offre également énormément de plaisir à son conducteur. Il suffit pour s'en convaincre d'enclencher le mode séquentiel de la fabuleuse boîte DSG et d'adopter une conduite quelque peu virile. Vous êtes alors transporté dans un autre monde, celui du sport, sensation accentuée par le bruit sourd et rauque du moteur. Chaque passage de rapport est accompagné d'une explosion. Vraiment grisant. Et ce d'autant plus que la GTI pousse fort et longtemps, dès les plus bas régimes.
avatar de Racoon
Racoon a dit le 04-07-2009 à 00:41
Cher lecteur critique (euphémisme!) et néanmoins ami (...), tout d'abord merci de porter autant d'attention à notre modeste travail. Il est heureux de constater qu'en ces temps de crise, il reste des gens passionnés par l'auto au point de sacrifier le sacro-saint apéritif du vendredi soir pour venir déposer leur prose sur le beau site de Motorlegend ! Concernant l'essai en vidéo proprement dit, pardonnez-nous, nous faisons ce que nous pouvons avec les modestes moyens de notre culture automobile, forcément plus limitée que la votre. La Golf GTI est ici essayée comme une "compacte familiale", car c'en est justement une ! Spacieuse, confortable, mais aussi sportive. Tout le monde ne peut pas rouler en Caterham, certains sont même pères de famille (si, si... d'ailleurs ils prenaient l'apéro à l'heure où vous écriviez ces lignes ;) ). Les sièges sont des baquets, ne vous en déplaise, et le motif... ben c'est une question de goût. Moi, j'aime bien, mais j'ai compris que mon avis