< retour

Essai TESLA Roadster

Jean-François Destin le 31/05/2010

Conçue sur la base d'une Lotus Elise, la Tesla, première sportive de haut niveau 100% électrique constitue actuellement la meilleure approche de la future voiture à zéro pollution.

Voir la vidéo en HD

Présentation

Près de 210 km/h, le 0 à 100 en 3,7s et un coût de 3,3 € aux 100 km : telle est l'extraordinaire carte de visite de la Tesla 100% électrique. Ce Spyder taillé façon Lotus Elise qui nous vient d'Amérique constitue peut-être la réalisation la plus crédible de l'automobile sans pétrole. Certes, il faut débourser de 84.000 à 140.000 € (- 5000 € de bonus écologique) pour s'installer au volant de cette barquette légère et silencieuse. Mais Elon Musk, le fantasque milliardaire californien à l'origine de la marque annonce déjà à l'horizon 2011 une berline familiale "zéro émission" à 60.000 € et en 2013 une GT 2+2 à prix serrés. Et si les temps de recharges des 450 kg de batteries Lithium-ion oscillant entre 3h30 et 14h restent un épineux problème, l'agrément de pilotage est au rendez-vous.

Avant de l'avoir essayé, on ne s'imagine pas que le moteur électrique triphasé de 185 kw (soit 248 chevaux) grimpant en prise directe à 14000 tours va permettre les accélérations d'une Ferrari 599 GTB V12 de 620 chevaux ! Emettant un chuintement de métro parisien au démarrage puis celui d'une petite turbine, le propulseur vous catapulte sans rupture. Les virages d'un tracé sinueux de montagne arrivent si vite qu'il faut composer avec l'absence de direction assistée et le volume inhabituel du frein moteur. Lequel participe avec le freinage à la recharge des batteries puisqu'après avoir parcouru plus de 200 kms à très forte cadence, il nous en restait 150 ! Aussi craquante qu'une Lotus, la Tesla fera date dans l'histoire de l'automobile. Nikola Tesla, le génial inventeur serbe (1856-1943) dont elle reprend le nom en serait fier.

Voir plus de photos

Design extérieur et intérieur

Grand amateur de voitures de sport et propriétaire entre autres d'une Mc Laren F1, Elon Musk, 37 ans, fait assembler ses roadsters chez Lotus à Heathel en Angleterre pour l'Europe et à Menlo Park en Californie pour les USA. Plus de 1100 unités sont déjà en circulation et la cadence de fabrication a atteint récemment 70 voitures par mois répartis à parts égales entre les deux usines. Avec son châssis en aluminium et sa carrosserie en fibre de carbone, la Tesla fait immédiatement penser à l'Elise. Mais en réalité, elle ne reprend que 7% de ses composants (ex : les rétros, le pare-brise, la planche de bord et quelques commandes) et s'en éloigne par des dimensions très supérieures (L : 3.946m, l.1.873, h : 1.127m). Il a fallu en effet loger les 450 kilos de batteries, le moteur et toute l'électronique sans relever le centre de gravité et remettre en cause l'équilibre recherché dans une voiture de sport.

Strict roadster biplace par ses proportions, son petit toit amovible (très spartiate) et ses passages de roues marqués, la sportive électrique apparaît évidemment sans pot d'échappement, la trappe dévolue à l'entrée du réservoir dévoilant une grosse prise de courant. L'habitacle recèle aussi ses différences avec en lieu et place du levier de vitesse 4 simples boutons frappés du P (Parking), R (marche arrière), N (neutre) et D (Drive). Derrière le volant, deux cadrans, à gauche le compteur de vitesse et le compte-tours (avec zone rouge à 14.000 tours) et à droite celui de l'énergie électrique, l'aiguille indiquant en temps réel les kilowatts utilisés ou leur retour vers les batteries au lever de pied et au freinage. En haut de l'étroite console, un écran trop petit et très difficile à lire permet de choisir entre 3 degrés de rythme de propulsion et d'avoir toujours un œil sur l'autonomie. On reste ici dans la pure sportive mais contrairement à des Lotus volontairement basiques et dépouillées, la Tesla peut recevoir quantité d'options. Ainsi notre Tesla d'essai s'échangerait contre un chèque de 140.000 € notamment par la présence d'un intérieur cuir et fibre de carbone, de pneus hautes performances et de sièges baquet "Premium".

Mécanique et châssis

Le moteur électrique triphasé de 185 kw soit 248 chevaux animant la Tesla est une pure création maison. Simon Rochefort, en charge de la distribution de la marque à Monaco explique que son rendement, unique au monde, permet d'utiliser 92% de l'énergie contenue dans les batteries. Léger (45 kilos) et très compact, ce moteur travaille avec une transmission à rapport unique fabriqué en collaboration avec Borg Warner. Malheureusement aucun des 21 brevets développés au cours de la gestation de la voiture ne concerne cette boite que l'on retrouvera sur d'autres véhicules électriques. On verra plus loin que moteur et boite ne font qu'un lorsqu'il s'agit d'amener le roadster à sa vitesse maximum.

L'autre atout exclusif de cette pionnière concerne ses batteries fabriquées au Japon par Panasonic et Sanyo selon un cahier des charges bien précis. Chacune des 6831 cellules est gérée par l'informatique embarquée afin d'en tirer la quintessence. Cette densité énergétique "exceptionnelle" selon Simon Rochefort permet de les refroidir pendant leur fonctionnement (et même pendant leur recharge) et d'amener leur durée de vie à au moins 7 années. Si Tesla ouvre des perspectives dans l'emploi de l'énergie électrique, la marque bute quand même sur la recharge des batteries. La voiture est livrée avec un simple cordon reliant à une prise de 220 volts (il faut alors patienter 14 heures avant de repartir avec le plein!). En option à 1200 € est proposé un connecteur portatif universel de 32 Ampères (7 heures) ou mieux pour 2400 € un Home connecteur de 70 ampères ramenant la recharge à 3h30. Mais comme le souligne Simon Rochefort, la plupart des clients comme pour un téléphone portable n'attendent pas la panne pour rebrancher et avec le reliquat, on ranime à fond les batteries en moins de 2 heures.

Sur la route

Quand on se glisse derrière le volant d'un petit roadster pointu et performant, le premier plaisir est de mettre le contact pour profiter de la mélodie des échappements. A bord de la Tesla, une fois la portière en carbone claquée dans un bruit sourd, c'est le monde du silence. Un tour de clé, le bouton Drive appuyé et voici que le roadster décolle comme par enchantement. Tout juste perçoit-on le roulement des pneus sur l'asphalte qui, d'ordinaire, se fond dans l'environnement sonore. La Tesla étant un roadster ouvert et n'ayant pas roulé avec le hard-top optionnel ou le soft top, l'absence de bruit moteur est moins spectaculaire en raison du vacarme de la ville de Monaco à l'approche du GP de F1 et pendant l'Open de tennis ! Parvenus à grand peine à s'extraire des gigantesques embouteillages de la Principauté, nous voici sur la route montagneuse de l'arrière pays menant à Peille. L'occasion de constater l'impact d'une direction sans assistance sur la maniabilité. Loin de la ville, l'absence d'un moteur thermique est flagrante. Et comme vous pourrez constater sur notre vidéo, les seuls bruits proviennent de l'écoulement de l'air et d'un moteur électrique dont la signature sonore s'apparente au démarrage du métro puis à une petite turbine. Jamais agaçants, ces décibels étranges montent dans les aigües au rythme du régime de rotation allant jusqu'à 14.000 tours. On n'est pas loin des F1 et leurs 19.000 tours. Mais avec la Tesla, on ne consomme pas 70 litres de carburant à l'heure mais des kilowatts ne donnant lieu à aucune émission polluante. Et selon l'importateur, au prix actuel du kilowatt EDF, il faut compter 15 € les 450 km soit 3,3 € aux cent.

J'ai évidemment gardé le meilleur pour la fin à savoir l'extraordinaire vitalité de la Tesla dont le 0 à 100 km équivaut à celui d'une Ferrari 599 ou d'une Porsche Turbo. Les accélérations sont proprement météoriques et surtout sans la moindre rupture de charge. Sans boite de vitesses donc sans levier ni palettes à manipuler, on garde les deux mains en permanence sur le volant. Ce n'est pas un luxe car les lacets serrés et les épingles réclament une grande fermeté de bras en l'absence d'assistance. Il faut aussi apprendre à combiner le système de freinage (très suffisant) avec l'inertie du moteur électrique au lever de pied. Un apprentissage facile compte tenu de l'équilibre de la Tesla (les batteries étant en position centrale arrière) et d'une tenue de route d'une grande rigueur. Motricité et amortissement assurent à la fois efficacité et confort de suspension, des vertus communes à toutes les Lotus. Un bilan positif et ludique qui parvient à faire totalement oublier l'absence du bruit moteur. A ce propos, est-ce un bien ou un mal ? Lotus a déjà trouvé la parade et la dernière Evora 414E électrique très innovante dispose de tout un arsenal technologique reconstituant les sensations d'une sportive à moteur thermique en recréant virtuellement bruits et secousses au passage des rapports !

Nikola Tesla

Si la première voiture électrique commercialisée porte le nom de Tesla, ce n'est pas un hasard mais la reconnaissance des travaux de Nikola Tesla (1856-1943). Ce scientifique serbe de génie dont l'unité de mesure d'induction magnétique porte aujourd'hui son nom a tout inventé et en particulier le courant alternatif et le moteur électrique asynchrone. Un siècle avant nos préoccupations de l'automobile sans pétrole, il avait travaillé sur une voiture électrique propre. Un projet qui, selon de récentes découvertes d'archives fut torpillé (déjà !) par les compagnies pétrolières. Né dans un petit village serbe et mort seul et ruiné dans un hôtel de New York, Tesla a dû toute sa vie lutter contre le scepticisme et la jalousie de la communauté scientifique. Enfant surdoué puis savant précoce, il n'a jamais cessé d'avoir des visions d'avenir. Comme les grands peintres et compositeurs de musique, il concevait tout mentalement sans jamais travailler sur des prototypes. Il parvenait même à déceler dans sa tête les imperfections de ses découvertes et trouver les solutions. Huit cent brevets portent aujourd'hui son nom. Il avait pressenti des technologies courantes de nos jours dans des domaines aussi variés que la robotique, les missiles téléguidés, l'énergie solaire, la géothermie, les ampoules « basse tension » et bien sûr l'automobile électrique. Mais il révéla aussi qu'on maîtriserait le rayonnement solaire à neutrons pour bénéficier sur terre d'une énergie illimitée propre et gratuite ! Comme il l'explique lui-même dans un livre intitulé « mes inventions », Nikola Tesla avait pour objectif premier l'amélioration des conditions de vie des hommes en les réunissant par des réseaux. Dès 1893, il réussit à concevoir un système de transmission sans fil de l'information qui ressemble furieusement à notre Internet d'aujourd'hui.

Ascète, solitaire et resté célibataire toute sa vie, Nikola Testa a œuvré dans tous les domaines. Parmi ses inventions, on peut citer, le transformateur haute fréquence triphasé en étoile, la transmission d'énergie électrique sans fil annonçant la radio, la réflexion des ondes sur les objets qui est la base du fonctionnement du radar, la télécommande à distance , l'instauration d'un système universel de localisation (le GPS), l'enregistrement universel de l'heure à partir de pendules bon marché avec une précision astronomique et bien d'autres applications banales aujourd'hui. Confronté à Marconi, Edison, Westinghouse, Nikola Tesla n'a pas su ou voulu se mettre en valeur car trop occupé à mettre son exceptionnelle puissance mentale au service de l'humanité. Aux Etats Unis où il émigra dès 1884, la communauté scientifique le considéra parfois comme un scientifique illuminé voire dangereux. Le 6 novembre 1915, le New York Times annonça à la Une que le prix Nobel lui avait été attribué avant de démentir dans l'édition du lendemain. Une volte-face jamais élucidée. De même, des mystères restent entiers sur l'attitude du FBI après sa mort et la disparition de notes concernant des sujets sensibles comme le rayon désintégrateur (le laser de la guerre des étoiles) ou un projet de torpille révolutionnaire. Sous le titre « Nikola Tesla, l'homme qui a éclairé le monde » : reparait aujourd'hui un livre partiellement retraduit et enrichi aux éditions « Un infini cercle bleu ». 25 € 374 pages. Une exaltante biographie signée Margaret Cheney que tous les acheteurs du roadster Tesla devraient se faire offrir par le constructeur. Pour les autres, cet ouvrage est à commander par Internet sur le site. www.uninfinicerclebleu.com. Également disponible « Nikola Tesla, mes inventions » 16,30 € 121 Pages.

À retenir

Alors que les grands constructeurs de la planète planchent à grand peine sur la voiture électrique de demain, Tesla, dont l'aventure industrielle a pris naissance en mars 2008 du côté de San Francisco a réussi en moins de deux ans à franchir toutes les étapes pour proposer à la vente un puissant roadster à pollution zéro. Les esprits chagrins diront qu'à ce prix élitiste, ce projet avait toutes les chances d'aboutir. D'autant que Tesla a touché 465 millions de dollars du gouvernement américain au titre de la création d'entreprise visant à la protection de l'environnement. Mais qui peut le plus peut le moins et ce n'est pas un hasard si Mercedes est entré à hauteur de 10% dans le capital de Tesla Motor Inc. Une reconnaissance pour son PDG Elon Musk à qui le spécialiste allemand a demandé de motoriser la Smart Fortwo Electric Drive de deuxième génération. Depuis 2008 et les 100 premières Smart prototypes électriques confiées à des londoniens pour des tests "longue durée", la technologie a évolué grâce à Tesla aux Etats-Unis. Moteurs électriques de 30 kw et batteries lithium-ion adaptées se marient et fonctionnent selon la même procédure de pointe que dans le roadster. L'ensemble sera envoyé à l'usine Smart de Hambach en Lorraine pour équiper les prototypes actuellement en cours de validation. Avec l'objectif d'une commercialisation de cette 2 places de 2.50 m zéro pollution en 2012. Ce parallèle pour montrer que si la firme américaine a abordé la voiture électrique par le sommet, elle travaille aussi à la mobilité urbaine et déclinera comme on l'a dit plus haut une gamme complète de véhicules propres. Quant aux liens unissant Daimler et Tesla, ils semblent se pérenniser puisque Mercedes vient de demander à Tesla Motors de produire 500 Classe A prototypes. Un volume qui vraisemblablement annonce une production en série. Enfin, il y a quelques jours, Akio Toyoda, président du géant Toyota a sollicité un rapprochement avec Tesla pour travailler au développement de véhicules électriques "J'ai compris l'énorme potentiel de la technologie et des méthodes de fabrication Tesla" a-t-il déclaré tout en saluant l'esprit de compétition, la prise de décision rapide et la flexibilité de la start-up californienne. Un incroyable aveu d'impuissance du géant japonais qui a sans doute trop misé sur les motorisations hybrides et pas assez sur l'énergie électrique.
points fortsZéro pollution, design, performances, comportement ludique, coût au kilomètre, autonomie correcte.
points faiblesPrix, contrainte et durée de la recharge des batteries, pas de direction assistée, rayon d'action limité, options nombreuses et coûteuses.
14.8

20
Les chiffres
Prix 2009 : 140 000 €
Puissance : 248 ch
Notre avis
Agrément de conduite : 17/20
Sécurité active et passive : 13/20
Confort et vie à bord : 12/20
Budget : 13/20

Avis des propriétaires

Autres articles pouvant vous intéresser

TESLA Model X
TESLA Model X

Avant la très attendue Model 3, Tesla s'autorise une incursion dans le...

TESLA Model S P90D
TESLA Model S P90D

La Tesla Model S se décline désormais en version à quatre roues motrices et...

TESLA Model S P85+
TESLA Model S P85+

Plus de 400 km d'autonomie et des performances de Porsche Panamera GTS dans...

Tous les essais TESLA
BMW X3 xDrive30d
BMW X3 xDrive30d

Avec plus de 1,5 million d'exemplaires vendus depuis 2003, le X3 est devenu...

KIA Stinger GT 370 ch
KIA Stinger GT 370 ch

Après presque six années de gestation, la Stinger, version de série du...

AUDI RS3 Berline
AUDI RS3 Berline

La course à la puissance bat son plein chez les super-GTI : les 300 ch sont...

Tous les essais

Commentaires

avatar de olive20
olive20 a dit le 17-11-2017 à 14:08
Excusez moi mais zéro pollution??!!!! Et comment on fabrique les batteries?
avatar de alfa8C
alfa8C a dit le 02-06-2010 à 16:12
J'ai eu l'occasion d'essayer cette Tesla une bombe une accélération linéaire la nuque dans l'appui tête ! quel plaisir
avatar de jefffafa
jefffafa a dit le 31-05-2010 à 19:15
En effet, le Home Connect dont je parle dans le dossier permet une recharge de 3H30. Une info qui a sauté au montage de la vidéo pour rester dans le format des 3 minutes. Cordialement. JFD
avatar de Elviss
Elviss a dit le 31-05-2010 à 12:55
très kool l'essai, je pense par kontre ke le temps de charge de la Tesla est aussi de 3h30 sur prise spéciale. où est le revendeur ?