< retour

Essai SUBARU WRX STi

Vincent Desmonts le 25/02/2011

Ne l'appelez plus Impreza ! Désormais, la « Sub' » se nomme Subaru WRX STI. Un changement de nom qui s'accompagne du retour de la traditionelle version à 4 portes.

Voir la vidéo en HD

Présentation

Ne l'appelez plus Impreza ! Désormais, la « Sub' » se nomme tout simplement Subaru WRX STI. Un changement d'appellation qui s'accompagne du retour d'une version à 4 portes dotées d'un impressionnant aileron arrière. Amateurs de discrétion, vous repasserez ! Si le moteur 2,5 litres boxer turbo délivre toujours 300 ch et 407 Nm de couple, il fait aujourd'hui preuve d'une plus grande docilité en ville, tandis que la commande de boîte est plus douce et plus rapide. Le « flat four » nous a également paru un peu moins vorace en carburant que par le passé, même si la Subaru WRX STI siphonne encore trop rapidement son réservoir... La bombe japonaise a revu en profondeur les réglages de son châssis : géométries avant modifiées, élastocinématique recalibrée et nouveaux amortisseurs améliorent encore l'efficacité, tout en préservant un excellent niveau de confort.

La polyvalence est d'ailleurs plus que jamais la qualité majeure de cette dernière évolution de la Subaru WRX STI. Les suspensions tolérantes, l'insonorisation étonnamment bonne (le moteur est presque trop discret!) et la douceur des commandes confèrent à cette sportive de surprenantes qualités de routière. Au risque de décevoir ceux à la recherche de sensations fortes, qui auraient sans doute apprécié une version « stripped down », à l'équipement et l'insonorisation allégés. Une opération qui aurait également permis d'alléger le tarif : à 43 800 € sans GPS et avec une finition très basique, la Subaru WRX STI apparaît bien chère...

Voir plus de photos

Design extérieur et intérieur

Après des années d'absence sur le marché français, la Subaru WRX STI revient donc dans sa version 4 portes. Une offre qui renoue avec la tradition des versions WRC des années 90-2000, auxquelles le splendide bleu métallisé de notre modèle d'essai fait clairement référence. Heureusement, Subaru nous a fait grâce des jantes dorées et adopte de plus sobres roues grises. En revanche, l'énorme aileron arrière est de retour ! S'il ne laisse planer aucun doute sur la vocation sportive de l'auto, son intérêt en termes d'appui aérodynamique reste semble-t-il assez théorique...

L'habitacle n'évolue quasiment pas. Hélas, serait-on tenté d'ajouter : les plastiques brillants et durs apparaissent toujours aussi déplacés à bord d'une auto dépassant les 40 000 €. Par rapport à la « luxueuse » version Club 5 portes (49 900 €), cette version S affichée à 43 800 € fait l'impasse sur le GPS et les sièges baquets signés Recaro. Mais elle profite tout de même d'une fonction Bluetooth et de prises auxiliaires (dont une USB) pour l'autoradio. La banquette arrière est rabattable, ce qui est heureux, car les suspensions et le pont arrière empiètent sur le volume du coffre.

Mécanique et châssis

Côté moteur, la Subaru WRX STI cru 2011 reste inchangée : le 4 cylindres à plat opposés de 2,5 litres délivre toujours 300 ch et 407 Nm de couple. Rappelons que ce bloc suralimenté est également doté d'un double calage variable de la distribution, ainsi que d'une électronique offrant plusieurs cartographies d'injection que le conducteur choisit à l'aide d'une commande située sur la console centrale. Trois typages sont disponibles : le programme « Intelligent » privilégie l'économie de carburant, tandis que les modes « Sport » et « Sport Sharp » se caractérisent par des réactions plus franches aux pressions sur l'accélérateur.

Côté châssis, la formule a été revue en profondeur. La garde au sol a été réduite de 5 mm afin d'abaisser le centre de gravité. Les bras inférieurs des suspensions avant ont également été redessinés afin d'offrir une meilleure précision de direction. Les cales élastiques du train arrière ont été revues, tandis que les ressorts et amortisseurs offrent de nouveaux réglages. Ce qui ne change pas, en revanche, c'est la transmission intégrale, toujours dotée d'un différentiel central piloté. Le conducteur peut ainsi choisir le niveau de verrouillage du différentiel central, influant ainsi sur l'équilibre de l'auto. A noter que le différentiel arrière se charge de son côté d'envoyer préférentiellement le couple sur la roue extérieure au virage, afin d'optimiser l'agilité.

Sur la route

Amateurs de sensations fortes, préparez vous à être déçus : malgré son look ultra-agressif, la Subaru WRX STI est une sportive bien élevée. Elle a beau accélérer de 0 à 100 km/h en 5,2 secondes et atteindre 255 km/h en vitesse maxi, elle le fait sans brutalité. Le moteur se révèle souple et assez linéaire, tout en se montrant si discret sur le plan sonore que c'en devient décevant. Les suspensions recalibrées concilient quant à elles fort bien une efficacité de haut niveau et un confort surprenant. La facilité de prise en main est incontestablement l'un des points forts de la WRX STI modèle 2011 : douce en conduite urbaine, la Subaru se montre rassurante sur route, même aux allures les plus élevées. Chercher les limites du châssis hors d'un circuit serait pure folie, particulièrement sur le sec, où le grip atteint un niveau exceptionnel.

Sur un sol plus glissant, la WRX STI dévoile un tempérament nettement plus primesautier, surtout lorsque l'on joue avec les réglages du différentiel central piloté. L'auto devient alors très rassurante, avec une tendance au sous-virage, ou au contraire franchement agile, avec un train arrière qui n'hésite pas à se déhancher lorsque le pied droit se fait lourd. De quoi donner la « banane » au plus blasé des conducteurs ! Reste que l'on ne peut que déplorer un certain affadissement du caractère général de la WRX STI, notamment sur le plan sonore : les vocalises si attachantes du « flat four » se font bien trop discrètes.

À retenir

Toujours plus efficace, la Subaru WRX STI se montre également plus polyvalente que jamais. Son confort et sa facilité d'utilisation étonnent pour une sportive de cette trempe. Cette dualité ne sera pas forcément du goût des amateurs de sportives sans concession, qui auraient sans doute souhaité des sensations plus authentiques, mais elle peut permettre de convaincre un plus large public. Dommage que les tarifs restent aussi déraisonnables eu égard à la finition médiocre et aux quelques lacunes d'équipement...
points fortsPerformances, efficacité du châssis, agilité « à la carte », confort étonnant, souplesse du moteur, commande de boîte douce et précise.
points faiblesSensations édulcorées, finition à parfaire, budgets achat et carburant.
15.5

20
Les chiffres
Prix 2011 : 43 800 €
Puissance : 300 ch
0 à 100km/h : 5.2s
Conso mixte : 10.5l/100
Notre avis
Agrément de conduite : 18/20
Sécurité active et passive : 16/20
Confort et vie à bord : 14/20
Budget : 12/20

Avis des propriétaires

Autres articles pouvant vous intéresser

SUBARU WRX STI
SUBARU WRX STI

A l'heure où la moindre compacte sportive approche (voire dépasse) des 300...

SUBARU BRZ
SUBARU BRZ

Enfin ! Après des mois d'attente, les Toyota GT 86 et Subaru BRZ arrivent en...

SUBARU Impreza XV
SUBARU Impreza XV

Les crossovers, breaks ou berlines à transmission intégrale, ont le vent en...

Tous les essais SUBARU
BMW X3 xDrive30d
BMW X3 xDrive30d

Avec plus de 1,5 million d'exemplaires vendus depuis 2003, le X3 est devenu...

KIA Stinger GT 370 ch
KIA Stinger GT 370 ch

Après presque six années de gestation, la Stinger, version de série du...

AUDI RS3 Berline
AUDI RS3 Berline

La course à la puissance bat son plein chez les super-GTI : les 300 ch sont...

Tous les essais

Commentaires

avatar de savlog
savlog a dit le 20-03-2017 à 19:33
je possede cette caisse depuis fin 2010 et RAS... rien que dalle.. que du bonheur !
avatar de Racoon
Racoon a dit le 08-03-2011 à 14:04
Bonjour Jeromissimo. Loupé ? Vous y allez fort ! Certes, la Subaru WRX STI affiche un caractère un peu plus timoré que ce que l'on est en droit d'attendre d'une sportive de 300 chevaux, mais elle reste malgré tout d'une rare efficacité tout en étant ludique et utilisable au quotidien. Il est juste regrettable que le tarif soit aussi élevé...
avatar de jeromissimo
jeromissimo a dit le 08-03-2011 à 09:45
ça sent le loupé... une fois de plus...