< retour

Essai PORSCHE 718 Boxster

Camille Pinet le 05/09/2016

Nous avions déjà essayé le nouveau Boxster S doté du quatre cylindres 2.5 de 350 ch. Son petit frère équipé du deux litres n'a plus rien d'un modèle d'entrée de gamme, puisqu'il offre déjà 300 ch ! Quant à savoir s'il parvient à oublier le six cylindres qu'il remplace, c'est une autre question…

Voir la vidéo en HD

Magie, es-tu là ?

On le sait, le Boxster a récemment jeté aux orties son six cylindres atmosphérique au profit d'un quatre cylindres Turbo. Pour conserver un peu de noblesse dans cet équipage, Porsche a adopté une architecture de Boxer, fidèle à son héritage. Fidèles également à la course à la puissance qui tenaille tous les constructeurs allemands, les deux versions de ce moteur se révèlent plus puissantes que les six cylindres qu'elles remplacent. Ainsi le moteur « de base » qui nous occupe aujourd'hui développe 300 ch soit 35 ch de plus que le 2.7. Ce surcroit de nerf se double bien entendu d'un couple copieux de 380 Nm disponible dès 1 950 tr/min. Le petit 2.0 est pourtant dépourvu du turbo à géométrie variable de la S si bien qu'on reste un peu étonné du faible écart de puissance et de couple qui sépare les deux modèles (50 ch et 40 Nm).

Voir plus de photos

Un 2.0 plein de santé

Au volant, le Porsche 718 Boxster ne donne jamais l'impression d'être sous-motorisé. La sensation de couple est constamment présente et on se demanderait presque si la version S est bien utile. On en vient même à préférer ce moteur au 2.5 car il délivre ses chevaux avec une plus grande progressivité, ce qui lui confère un comportement plus naturel, plus proche d'un moteur atmosphérique. On en est cependant très loin, notamment à haut régime. Comme toujours avec un moteur Turbo, le 2.0 n'a plus grand-chose à donner passé 5.000 tours et ne gratifie le pilote d'aucune envolée lyrique. Au contraire, c'est plutôt au démarrage et en dessous de 2.000 tours/minutes que le moteur conserve une sonorité sympathique de « vrai » moteur à plat Porsche. Au-delà, le bruit devient quelconque et très peu défini, même avec l'échappement sport dont notre modèle était équipé. Décidément, le turbo est l'ennemi des sensations mécaniques : même Porsche ne parvient pas à réaliser de miracles en la matière. C'est donc par ses performances et par son châssis que le Boxster 718 continue à distiller du plaisir. Toujours confortable, particulièrement précis, il rend en la matière une copie proche de la perfection. L'équilibre en courbe et le niveau d'adhérence sont tout simplement bluffant mais la version S que nous avions essayée nous en avait déjà convaincu.

Le Boxster 718 au quotidien

Nous avons eu la chance de nous glisser dans la peau d'un propriétaire de 718 pendant trois jours et de vivre l'expérience du quotidien avec cette sportive. C'est dans ce domaine que cette Porsche brille particulièrement. La position de conduite impeccable et le dosage parfait des commandes le rendent extrêmement facile à conduire. La garde au sol suffisante permet d'aborder les gendarmes couchés sans appréhension, tandis que les ailes galbées donnent au conducteur une appréhension remarquable de ses extrémités. Très facile à placer en virage il se révèle incroyablement à l'aise en ville. Il se stationne presque aussi facilement qu'une citadine et il faut le regard et les exclamations des passants pour se souvenir qu'on n'est pas à bord d'une auto comme les autres. L'autre bonne surprise réservée par le 718 concerne sa consommation. Il faut dire que Porsche n'a reculé devant rien pour l'abaisser. Avec la boîte PDK, il dispose en mode normal d'une fonction roue libre, comme les modèles basse consommation Audi ou Volkswagen. Toujours dans ce mode, il empile les sept rapports de la transmission aussi vite que possible si bien qu'à 90 km/h, la PDK est déjà en septième : elle place le moteur en sous-régime vibrant, ce qui s'avère assez désagréable et plutôt incongru sur une telle auto. Bref, en roulant aux limitations de vitesses, nous sommes parvenus à ne consommer que 6,5 litres aux 100 km sur un Paris Fontainebleau. En conduite sportive bien sûr il apparaît très facile de dépasser les 12 litres, mais cela n'a rien de scandaleux vu les performances.

À retenir

Le 718 Boxster apparaît comme une sportive particulièrement aboutie, dont le niveau de performance et la qualité du châssis font honneur à la marque. A certains égards il apparaît même plus désirable que la version S au moteur moins raffiné. Reste qu'on ne peut s'empêcher de pleurer l'ancien six cylindres atmosphérique. Certes moins performant, sans doute plus gourmand en cycle NEDC, il donnait au Boxster ce supplément d'âme qui a déserté le nouveau modèle.
points fortsChâssis exceptionnel, performances, facilité d'utilisation
points faiblesMoteur peu enthousiasmant, gestion de boîte en mode normal
15

20
Les chiffres
Prix 2016 : 90 458 €
Puissance : 300 ch
0 à 100km/h : 4.7s
Conso mixte : 6.9l/100
Notre avis
Agrément de conduite : 19/20
Sécurité active et passive : 19/20
Confort et vie à bord : 16/20
Budget : 12/20

Avis des propriétaires

Autres articles pouvant vous intéresser

Commentaires

avatar de AJN500SL
AJN500SL a dit le 07-09-2016 à 20:38
Attention 90 000 euros c'est avec pratiquement toutes les options possible,le prix de base est à environ 56 000 euros. J'ai commandé une 718 Cayman avec un bon nombre d'options et je l'ai payé 74 000 euros moins 3 000 euros de remise. Le Cayman est à un peu plus de 53 000 euros de base.
avatar de Racer2015
Racer2015 a dit le 07-09-2016 à 16:13
Comparer une Porsche avec une Subaru,il fallait oser.La 718 ne sera pas pratique non-plus pour déménager! Ne pas comparer non-plus made in Japan,China et Germany.La mondialisation ne profite pas au français "d'en bas".
avatar invité
un internaute a dit le 07-09-2016 à 10:22
Pour moins de 50 000 euros, je préfère ma Subaru WRX STI Club 2013 et son 2,5 l Turbo de 300 cv, qui offre une transmission intégrale et 5 portes/5 places... Un Boxster, c'est beau, plaisant mais pas pratique au quotidien, ni efficace sous la pluie/neige et ... cher !
avatar de side
side a dit le 07-09-2016 à 10:01
Une boxster à 90 000 euros, est-on bien sérieux ?