< retour

Essai PEUGEOT RCZ R

Loïc Bailliard le 27/01/2014

Déjà doué en châssis, le Peugeot RCZ R revendique désormais 270 ch pour des performances au top. De quoi en faire la meilleure sportive française ?

Voir la vidéo en HD

Petit chaton devenu lion

Le Peugeot RCZ est d'abord et avant tout une affaire de style. Présenté sous la forme de concept-car sur base de 308, il reçut un accueil suffisamment favorable pour que le constructeur décide de risquer sa mise en production. En 2009, le modèle définitif était ainsi dévoilé et les premiers clients livrés en 2010. Pour notre plus grande joie, les lignes spectaculaires du concept furent alors largement préservées. Mais il subsistait un problème au niveau de la fiche technique : la puissance culminait à 200 ch extraits du sage 1.6 THP. Lorsque nos concurrents proposent des Scirocco R, 370Z ou TTS dépassant tous les 250 ch, c'est un peu juste. D'autant que cette version haut de gamme se voulait dynamique, mais pas suffisamment sportive pour que l'on s'en relève la nuit. Il faudra attendre 2012 pour que Peugeot réagisse en dévoilant un concept annonçant 260 ch. Aujourd'hui, ce Peugeot RCZ R est enfin devenu réalité et s'offre même 10 ch supplémentaires. Alors, le chaton est-il devenu un véritable lion ?

Voir plus de photos

Un sacré pelage

Avant de le savoir, il est tout de même nécessaire de faire un tour du propriétaire. Le Peugeot RCZ R profite de l'ensemble des modifications apportées par le restylage de 2012. La plus notable (et la plus agréable) reste évidemment la disparition du museau de 308. L'immense bouche de poisson a ainsi disparue, remplacée par un sourire carnassier. Les phares restent sensiblement identiques, mais cette entrée d'air retravaillée confère un visage bien plus menaçant et aiguisé à l'engin.

Un sentiment renforcé ici grâce aux classiques éléments spécifiques (bouclier, bas de caisse, diffuseur et indispensables logos « R ») ainsi qu'à un abaissement de 10 mm. Large et imposant, le RCZ R ne manque donc pas de caractère. Les jantes de 19 pouces et l'aileron fixe installé sur la malle arrière achèvent de transformer le joli coupé en terreur des circuits. Il conserve cependant les détails plus subtils qui ont séduit le public au premier coup d'œil : double bossage, arches de toit, lignes souples avec décrochage sur le montant B… Les ingrédients essentiels sont donc toujours présents.

Demi-teinte

L'installation à bord laisse une impression mitigée. Qu'on le dise immédiatement, la qualité est présente et de nombreux détails flattent l'œil et le toucher des occupants : superbes baquets, cuir omniprésent, éléments spécifiques (dont quelques badges et un pommeau de vitesse) ou horloge centrale confèrent une atmosphère spéciale au Peugeot RCZ R. Mais le gros volant défiguré par l'airbag, les nombreux éléments issus d'engins bien plus anciens ou encore l'agaçant système Bluetooth, capable de se connecter à un téléphone mais pas d'en lire la musique, gâchent un peu le tableau. On s'étonne également que les places arrière ridicules soient encore présentes, alors que leur suppression aurait été un bon moyen de gagner quelques kilos supplémentaires sans se priver de quoi que ce soit, vu leur incroyable exiguïté. Mais l‘omniprésence du logo Peugeot Sport parvient à redonner le sourire au conducteur.

Félin de course

Car l'essentiel est bien là, dans la collaboration avec les équipes du département compétition de Peugeot. Ce partenariat a touché les trains roulants, qui profitent d'un certain nombre d'améliorations, mais aussi et surtout le bloc moteur. Grâce à un travail en profondeur (pistons forgés, turbo et collecteur spécifiques, notamment), ce dernier atteint le rendement presque record de 170 ch au litre. Ce qui signifie que le 1,6 litres développe ici 270 ch et 330 Nm de couple de 1 900 à 5 500 tr/min. Et il atteint ces chiffres tout en annonçant une consommation mixte digne d'un diesel : 6,3 l/100 km. Si on parle d'ordinaire des « sorciers » de Renault Sport ou d'AMG, le terme semble également amplement mérité pour le département compétition de Peugeot.

Envoûtement

D'autant que ces chiffres ne signifient pas grand chose face à la réalité du comportement du RCZ R. Dès le premier contact, le moteur affiche une véritable personnalité : rond et plutôt souple malgré une légère dose de turbo-lag à bas-régimes, il émet une sonorité plaisante à des vitesses mesurées. Au volant, on ressent bien la route, on apprécie la fermeté bien dosée de la boîte, des suspensions et de la direction. L'ensemble apparaît rigoureux et bien tenu. Une fois les liquides montés en température et la route dégagée, on peut enfin déployer l'ensemble des talents du coupé français. Et un sourire de satisfaction apparaît aussitôt sur notre visage : enfin un vrai caractère sportif ! Étonnamment, le moteur grimpe joyeusement dans les tours avec une sonorité de 4 cylindres agressive façon rallye. Lorsqu'on entrouvre la fenêtre, les miaulements sont accompagnés par le souffle du turbo et les sifflements de la soupape de décharge. La poussée est bien répartie, suffisamment linéaire pour ne pas surprendre mais pas trop pour ne pas gommer le caractère de l'engin. Et gare au permis, car les vitesses atteintes sans nécessairement pousser le RCZ dans ses retranchements sont très vites indécentes, même sur petites routes !

La direction se montre précise. Et le différentiel autobloquant fonctionne aussi bien que le XDS d'une Golf GTI : en courbe, il suffit d'enfoncer progressivement la pédale de droite pour sentir la roue extérieure tirée vers l'intérieur et la trajectoire se resserrer. Dans ces conditions, un lever de pied parvient même à faire pivoter l'arrière. En clair, le RCZ se montre sain mais n'en devient pas pour autant aseptisé : il implique le conducteur et en devient donc gratifiant. Seule la boîte dont les débattements sont un peu trop longs oblige à bien décomposer ses mouvements et gêne donc la conduite très sportive. Quant aux gommes, elles offrent un peu moins de grip que celles d'une Mégane RS sur le gras-mouillé, ce qui rend le RCZ un tantinet moins rassurant. Mais pour le reste, quel engin ! D'autant que, cerise sur le gâteau, à la fin d'un essai… exigeant, la consommation n'est grimpée qu'à 10,5 l/100 km.

À retenir

La direction se montre précise. Et le différentiel autobloquant fonctionne aussi bien que le XDS d'une Golf GTI : en courbe, il suffit d'enfoncer progressivement la pédale de droite pour sentir la roue extérieure tirée vers l'intérieur et la trajectoire se resserrer. Dans ces conditions, un lever de pied parvient même à faire pivoter l'arrière. En clair, le RCZ se montre sain mais n'en devient pas pour autant aseptisé : il implique le conducteur et en devient donc gratifiant. Seule la boîte dont les débattements sont un peu trop longs oblige à bien décomposer ses mouvements et gêne donc la conduite très sportive. Quant aux gommes, elles offrent un peu moins de grip que celles d'une Mégane RS sur le gras-mouillé, ce qui rend le RCZ un tantinet moins rassurant. Mais pour le reste, quel engin ! D'autant que, cerise sur le gâteau, à la fin d'un essai… exigeant, la consommation n'est grimpée qu'à 10,5 l/100 km.
points fortsCaractère moteur, style, consommation, réglages des trains roulants.
points faiblesTarif un brin trop cher, débattements de la boîte de vitesses.
17.5

20
Les chiffres
Prix 2014 : 43 350 €
Puissance : 270 ch
0 à 100km/h : 5.9s
Conso mixte : 6.3l/100
Notre avis
Agrément de conduite : 18/20
Sécurité active et passive : 17/20
Confort et vie à bord : 14/20
Budget : 17/20

Avis des propriétaires

Autres articles pouvant vous intéresser

PEUGEOT RCZ
PEUGEOT RCZ

En passant du concept-car à la série, le coupé Peugeot RCZ n’a rien...

PEUGEOT 308 GTi
PEUGEOT 308 GTi

Elle a l'air plutôt sage, cette 308 GTi. Mais ne vous fiez pas aux apparences...

PEUGEOT 308 GT 205 ch
PEUGEOT 308 GT 205 ch

GT pour Grand Tourisme, deux lettres pour une promesse qui n'est pas à...

Tous les essais PEUGEOT
ALFA ROMEO Stelvio 2.0 T 280 ch
ALFA ROMEO Stelvio 2.0 T 280 ch

Réjouissez-vous amis automobilistes, les nouveautés se succèdent enfin chez...

LAND ROVER Discovery 5 Td6 HSE Luxury
LAND ROVER Discovery 5 Td6 HSE Luxury

Le Land Rover Discovery s'offre une cure de jouvence et modernise sa...

VOLKSWAGEN Golf GTI Performance DSG7
VOLKSWAGEN Golf GTI Performance DSG7

La Golf GTI Performance s'offre un (tout) petit lifting et reçoit 15 chevaux...

Tous les essais

Commentaires

avatar de turbo84
turbo84 a dit le 11-11-2014 à 18:13
Je possede également une RCZ je suis sur vignon je cherche égalment es passionnés de cette supere voiture cocoricooo!
avatar de FredM
FredM a dit le 30-01-2014 à 01:51
Qu'on aime ou pas, c'est une très belle initiative ! Bravo Peugeot pour le châssis, et merci BMW pour le moteur... Hé oui il ne faut quand même pas oublier qu'il sagit du bloc de la mini Cooper S, certe retravaillé en vue d'un plus gros rendement, mais la base est la même. Il est équipé en grande partis des technologies BMW, et soyons honnête, c'est surtout pour ça qu'il est aussi réussi. le rendement est énorme, le moteur doit donc être plus fragile, mais BMW étant le meilleur motoriste du monde, on peu tout de même être confiant. Cette voiture doit être très sympa à conduire et ne souffrira pas la comparaison avec une TT sur ce plan. Avoir une belle finition est certe agréable, mais quand on s'emmerde au volant? Celui pour qui conduire voir piloter est plus important que l'image n'achètera pas une TT. Il y a beaucoup plus sportif et plaisant à conduire chez d'autres Allemands, et depuis quelques années c'est aussi bien finis chez eux. Merci Peugeot d'oser cette RCZ R...
avatar de ENIGMA
ENIGMA a dit le 29-01-2014 à 10:08
Belle copie de l'icône, l' AUDI TT TFSI 2.0L, mais à quel prix ! De plus tirer 270ch sur base d'un moteur 1,6 THP c'est préoccupant niveau fiabilité et durée de vie. La consommation réalisée lors de l'essai correspond à celle de l' AUDI TT dont la finition exemplaire est sans équivalant. Pour ce tarif là et les risques de fiabilité encourus et à performance équivalentes, même sur la TT 2.0L, 211ch de base, je n'hésite pas une seule seconde! De plus la qualité des matériaux, acier, peinture, moteur, décoration intérieure; rien n'est comparable. C'est comme, on l'a déclaré à l'époque, comparer une Renault Fuego à une Porsche........
avatar de tc50
tc50 a dit le 29-01-2014 à 09:52
Habitué des courses en superkart,rouler pauvre,c'est ce qu'il faut,maintenant prendre les motoristes peugeot,pour des billes,la!!!!
avatar de Viggo
Viggo a dit le 29-01-2014 à 09:03
Ha oui... En plus, ce moteur tourne pauvre en mélange puisqu'il donne des performances et ne consomme presque rien. A moins que l'on me dise que les chemises ont été garnies de céramique, ce n'est vraiment pas un point qui me rassure, ne serait-ce qu'à moyen terme. Car même en admettant que ça puisse ne pas casser, il y aura une usure prématurée des chemises.